Nous suivre Info chimie

Dow taille dans Dow Corning

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Andrew Liveris évoque des « actions difficiles mais nécessaires ». C'est ainsi que le grand patron de Dow Chemical a présenté son vaste plan de restructuration pour sa filiale Dow Corning. Après 73 ans d'une existence sous la double ombrelle de Dow et de Corning, ce géant mondial des silicones est aux seules mains de Dow depuis le 1er juin. À peine un mois après ce changement majeur de propriétaire, les efforts requis sont particulièrement conséquents. La direction de Dow, qui a déboursé environ 5 milliards de dollars pour la totale prise de contrôle de Dow Corning, souhaite un rapide retour sur investissement. En générant sans attendre des synergies et pour « accélérer la création de valeur pour les actionnaires », dixit la direction. Ce qui passera par la suppression de pas moins de 2 500 postes dans le monde ! Si cela ne représente environ que 5 % des effectifs mondiaux de Dow Chemical (49 500 salariés sur la planète), cela compte pour un quart de ceux de Dow Corning (10 000 salariés) !
 

« La suppression de pas moins de 2 500 postes dans le monde »


Le groupe américain n'a pas détaillé son programme de coupes. Pour le moment, il n'a parlé que de la fermeture de deux usines de production de silicones, à Greensboro en Caroline du Nord (États-Unis), et à Yamakita, au Japon. Dow évoque aussi la fermeture de certaines antennes administratives et certaines unités de production dans le monde, sans plus de détail. Dow Corning, qui a généré un chiffre d'affaires de 4,5 Mrds $ en 2015, recense actuellement 62 implantations sur le globe, dont 25 sites industriels dans 9 pays, essentiellement aux États-Unis et en Asie, mais aussi en Amérique du Sud et en Europe. En France, par exemple, Dow Corning détient une usine de production de granulés plastiques à Saint-Laurent-Du-Pont, en Isère, où officie une centaine de salariés.

Dow précise par ailleurs qu'au-delà d'une consolidation de la masse salariale, il visera également des actions comme l'harmonisation des contrats énergétiques sur les plus grands sites, l'optimisation des espaces de stockage et des infrastructures logistiques, la mise en place de bonnes pratiques notamment pour les matériaux et la maintenance, ou encore l'amélioration des services de technologie de l'information et des structures de R&D.

Comme prévu lors de l'annonce de cette prise de contrôle dès la fin 2015, Dow vise des synergies de coûts de 400 M$ par an et compte générer un Ebitda supplémentaire de 1 Mrd $ par an. Le groupe vient d'y ajouter le souhait de dégager aussi des synergies de croissance de 100 M$ par an. Le géant américain entend aller vite sur cette restructuration d'ampleur. Elle doit être finalisée d'ici à deux ans maximum. Environ 70 % des objectifs de synergie doivent être atteints dans les 12 mois, et 100 % d'ici à 24 mois. Pour ce faire, le chimiste américain a prévu de faire passer une charge de 410 à 460 M$ dans ses comptes du deuxième trimestre 2016.

Le temps compte aussi dans le cadre de la gigantesque fusion avec son compatriote DuPont, qui doit se finaliser au cours du second semestre 2016. Fusion qui doit aboutir à la création de trois groupes distincts centrés sur l'agrochimie, les spécialités et les matériaux.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Les emballages plastiques en crise

Les emballages plastiques en crise

L’association professionnelle française Elipso, représentant les fabricants d’emballages plastiques, alerte sur la crise des matières premières, provoquée par des cas de « force[…]

16/04/2021 | EmballagePlastiques
LG Chem atteint une capacité de 1700 t/an de nanotubes de carbone en Corée

LG Chem atteint une capacité de 1700 t/an de nanotubes de carbone en Corée

Covestro révise à la hausse ses prévisions

Covestro révise à la hausse ses prévisions

Caoutchouc : Hexpol acquiert Unica

Caoutchouc : Hexpol acquiert Unica

Plus d'articles