Nous suivre Info chimie

DuPont va se séparer de ses produits chimiques de performance

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
Le géant américain a annoncé qu'il examinait plusieurs options pour se séparer de sa division Performance chemicals, jugée pas assez rentable et bien trop cyclique. Avec des ventes de 7,2 Mrds $ en 2012, elle compte pour 20 % du chiffre d'affaires total de DuPont.

Le grand ménage se poursuit. Moins d'un an après l'annonce de la cession de ses revêtements automobiles et industriels, acquis par Carlyle pour 4,9 milliards de dollars, DuPont est sur le point de bouleverser à nouveau son périmètre d'activités. En mettant désormais sa division Performance Chemicals dans la balance, le géant chimique américain voit plus grand. Cette division a généré l'an dernier des ventes de 7,19 Mrds $. Soit plus de 20 % des ventes totales de DuPont l'an dernier, un pan gigantesque du n°3 de la chimie américaine. Cette division regroupe les activités dioxyde de titane (TiO2), spécialités fluorés, et spécialités chimiques industrielles. Elle recense de multiples produits comme le téflon, les méthylamines, le HCFC 22, ou le TiO2, qui s'adressent à de multiples marchés, allant des revêtements aux systèmes d'air conditionné, des plastiques à l'électronique. Sauf qu'aujourd'hui ces produits de performance n'ont plus le dynamisme requis pour garder leur place dans le périmètre du groupe, juge DuPont. Dotée d'un potentiel de croissance trop faible, soumise à des marchés trop cycliques comme celui du TiO2, et malgré la puissance de ses revenus, cette division n'est plus assez rentable et ne délivre plus assez de valeur aux actionnaires, estime le management. Lequel souhaite toujours plus positionner le groupe vers des marchés plus dynamiques, comme les produits pour l'agriculture et les biosciences, marchés qui correspondent mieux aux mégatendances liées à l'accroissement de la population mondiale, une stratégie chère à DuPont. Et qui correspondent également plus au changement de profil, plus technologique et scientifique, initié par le groupe lors de sa reprise de Danisco pour plus de 6 Mrds $ en 2011. DuPont n'a pas encore indiqué comment se profile ce désengagement. Toutes les options sont sur la table : séparation partielle ou totale de chacune des activités, soit par spin-off, cession ou « autre transaction ». Aucun calendrier n'a été indiqué.

« Cette division a généré plus de 20 % des ventes totales de DuPont l'an dernier. »Cette décision a semblé ravir les investisseurs. Le cours de Bourse a repris des couleurs le jour même de l'annonce, en dépit de résultats trimestriels décevants. Car DuPont a présenté pour le deuxième trimestre des ventes de 9,8 Mrds $, en léger repli de 1 % sur un an en raison, notamment, des prix de ventes plus faibles pour le TiO2, et un résultat opérationnel de 1,2 Mrd $, en chute de 16 % en glissement annuel. En scrutant par segment, la progression de la division Performance chemicals affiche le plus mauvais bilan, avec un résultat opérationnel en chute de 56 % sur un an, à 264 M$, soit 330 M$ de moins qu'au deuxième trimestre 2012. A l'exception de la division Nutrition et santé (61 M$, -42 % sur un an), toutes les autres divisions ont limité leurs retraits à moins de 10 %. Même en termes de ventes, les produits chimiques de performance de DuPont souffrent : -10 % au cours du deuxième trimestre, à 1,78 Mrd $, et près de -13 % sur les six premiers mois, à 3,37 Mrds $. En parallèle, à l'exception de la division Électroniques et communications, qui subit un marché du photovoltaïque plus faible qu'envisagé, toutes les autres divisions ont accru leurs ventes. Sur six mois, le chiffre d'affaires de l'ensemble du groupe a même légèrement progressé, de quasi 1 %, à 20,2 Mrds $. Les faibles performances de cette division tombent d'autant plus mal, au moment où DuPont s'est lancé dans un grand plan de restructuration qui vise la suppression de 1 500 postes dans le monde d'ici à fin 2013, début 2014. Plan dont les détails n'ont d'ailleurs toujours pas été annoncés.

 

 

Les activités de DuPont, en % du chiffre d'affaires 2012.

Source : DuPont

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Chimie en France : Des résultats 2020 à la baisse, sauf pour l’emploi

Chimie en France : Des résultats 2020 à la baisse, sauf pour l’emploi

Avec près de 3 000 entreprises et plus de 168 000 salariés en France, la chimie a pu quasiment stabiliser ses effectifs totaux (production, recherche et sièges sociaux) en 2020. Et ce, malgré la crise[…]

25/06/2021 | PanoramaFrance-Chimie
Chimie mondiale : La Chine gagne du terrain sur l'Europe et les États-Unis

Chimie mondiale : La Chine gagne du terrain sur l'Europe et les États-Unis

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

France Relance : Douze chimistes portés par la 3e vague

France Relance : Douze chimistes portés par la 3e vague

Plus d'articles