Nous suivre Info chimie

abonné

Entretien

« Ecoat doit passer à une échelle industrielle plus tôt que prévu »

Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

, ,
 « Ecoat doit passer à une échelle industrielle plus tôt que prévu »

© Ecoat

Spécialisée dans la production de polymères, à la fois biosourcés et en émulsion aqueuse, la société Ecoat va doubler sa capacité de production pour répondre à une forte demande des marchés du bâtiment et de l’industrie. Explications de son président fondateur, Olivier Choulet, qui vient de recevoir un coup de pouce du programme France Relance. 

Comment s’est déroulée l’année 2020 pour la société Ecoat ?

Le début de l’année 2020 a été difficile. En janvier, la demande a brutalement chuté en provenance de la Chine avec le confinement d’une partie du pays, alors que nous réalisons 40 % de notre activité dans cette zone. Puis, le confinement est arrivé en Europe au mois de mars. Mais finalement, les baisses d’activité n’auront duré qu’à peine deux mois. Les marchés sont très bien repartis et nous avons réalisé une année 2020 en forte croissance. En deux ans, sur les exercices 2020-2021, nous allons multiplier par huit notre chiffre d’affaires et nous pensons atteindre l’équilibre financier, l’année suivante. Ecoat emploie désormais une trentaine de personnes, alors que nous étions encore 17 collaborateurs, début 2020.

Qu’est-ce qui fait le succès d’Ecoat ?

Nous sommes des fabricants de polymères en émulsion dans l’eau, qui sont utilisés comme liants dans les peintures architecturales et industrielles. Nos produits sont généralement obtenus à partir de polyesters.

La particularité de nos liants est qu’ils sont partiellement biosourcés. Sur le marché de l’architecture, nous proposons des gammes de liants biosourcées à 95 %. Nous sommes portés par la demande en peintures murales biosourcées. Le confinement a créé une tendance à des consommations plus éco-responsables. Les fabricants qui avaient des lignes de peintures écoresponsables ont progressé de 50 % en volume avec le Covid-19. Parmi ceux qui n’en avaient pas, bon nombre d’entre eux ont lancé leur gamme.

Pour ce qui est du marché industriel, nous proposons des gammes biosourcées à 50 ou 60 % pour le revêtement du bois, des métaux et en anticorrosion. Le fait que ces liants soient proposés en phase aqueuse nous[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Cahier AFTPVA : Avec des si...

Cahier AFTPVA : Avec des si...

L'édito de Jean-Claude Saal, président de l'AFTPVA. Je ne sais pas s'il faut commencer par le proverbe : « Le malheur des uns fait le bonheur des autres » ? ou par l'expression enfantine : « avec[…]

La section Nord s'est connectée le 3 juin 2021

La section Nord s'est connectée le 3 juin 2021

La section Méditerranée s'est réunie le 18 juin 2021

La section Méditerranée s'est réunie le 18 juin 2021

Grolman France et Elementis étendent leur collaboration aux additifs

Grolman France et Elementis étendent leur collaboration aux additifs

Plus d'articles