Nous suivre Info chimie

abonné

Edito : Arkema a presque fini sa métamorphose

Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

, ,
Edito : Arkema a presque fini sa métamorphose

Thierry Le Hénaff, p-dg d'Arkema.

© Arkema - Mazodier

Arkema est en train de prendre un dernier virage pour devenir en 2024 un groupe chimique de spécialités à 100%.

Même au plus fort de la crise sanitaire, Thierry Le Hénaff ne déroge pas à son programme. En mode digital, le p-dg d’Arkema a conduit, le 2 avril, une conférence à l’adresse de journalistes et d’analystes financiers pour présenter la stratégie de son groupe à l’horizon 2024. En dépit du manque de visibilité dû à l’épidémie de Covid-19, il a sauté le pas en annonçant qu’Arkema sera, à cette date, une société de matériaux de spécialités à 100 % (contre 79 % aujourd’hui), avec un chiffre d’affaires de 10 à 11 milliards d’euros et une marge d’Ebitda de 16 à 17 %.

Pour prendre ce dernier virage, quelques pans d’activités vont devoir faire l’objet « d’une revue d’options stratégiques », ce qui est souvent synonyme de cession. Il s’agit de l’activité MMA/PMMA et de l’essentiel des produits fluorés utilisés en climatisation ou réfrigération. En revanche, Arkema conservera des activités dans les fluorés en lien avec ses matériaux de spécialités (PVDF ou électrolytes pour batteries). Restera également à restructurer la partie « monomères acryliques » en Asie où Arkema dispose de gigantesques capacités et pas assez d’intégration en aval.

Ainsi, le portefeuille sera redistribué en trois plateformes communicantes – Adhesive Solutions, Advanced Materials et[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

[Édito Plan de relance] : la chimie et la pharma aux aguets

[Édito Plan de relance] : la chimie et la pharma aux aguets

Le plan de relance de l'économie française est encore en cours de préparation. Cependant, on sait qu’il mobilisera 100 milliards d’euros sur deux ans. Un montant à mettre en regard du plan de relance[…]

24/07/2020 | Edito Hebdo
[Édito] : Quand Reliance se met au vert

[Édito] : Quand Reliance se met au vert

[Édito] : Ineos toujours aussi dépensier

[Édito] : Ineos toujours aussi dépensier

[Édito] : La chimie lyonnaise secouée par les municipales

[Édito] : La chimie lyonnaise secouée par les municipales

Plus d'articles