Nous suivre Info chimie

abonné

Edito : BASF tient bon dans la tempête

Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

, ,
Edito : BASF tient bon dans la tempête

© BASF SE

Entre les mouvements de portefeuilles, les volumes en recul et les baisses de prix, BASF est repassé sous la barre des 60 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour finir à 59,3 Mrds € (-2 %) en 2019. Le géant allemand a fait les frais d’une croissance mondiale d’à peine 2,6 % alors qu’on l’attendait à 3,2 %. La demande de nombreux secteurs industriels a sensiblement faibli, en particulier en provenance de l’automobile. Les tensions géopolitiques entre les États-Unis et la Chine et le Brexit n’ont fait qu’accentuer la tendance. Aussi, pour la deuxième année consécutive, BASF a dû publier des résultats en recul, affichant un Ebit avant éléments exceptionnels de seulement 4,5 Mrds € en baisse de 28 %.
Néanmoins, pas d’affolement. Cela fait plus d’un an et demi que Martin Brudermüller, président de BASF, déploie une stratégie pour affronter justement ces vents contraires. Elle est basée sur la simplification des organisations et des process pour accéder à une culture de la performance et de la satisfaction clients. Ce programme doit passer par la suppression de 6 000 emplois d’ici à 2020 (et non plus d’ici à 2021), en partant de  122 000 collaborateurs en 2018. Le nouveau BASF sera par ailleurs plus inclusif vis-à-vis de la gent féminine. D’ici à 2030, 30 % de postes à responsabilités seront occupés[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

[Édito] : L’abominable scénario de 2020

[Édito] : L’abominable scénario de 2020

L’année avait mal commencé. En cause, un ralentissement assez notable de l’économie mondiale en 2019, avec une baisse de la demande dans de nombreux secteurs industriels en aval de la chimie, dont[…]

11/01/2021 | Edito HebdoCoronavirus
[Édito] : Yara chamboule l’ammoniac

[Édito] : Yara chamboule l’ammoniac

[Édito] : Le CIR à double tranchant ?

[Édito] : Le CIR à double tranchant ?

[Édito] : Le double agenda de Thierry Le Hénaff

[Édito] : Le double agenda de Thierry Le Hénaff

Plus d'articles