Nous suivre Info chimie

Edito : La chimie prête à entrer dans le futur

Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

,
Edito : La chimie prête à entrer dans le futur

© Etude Pipame

Si les sujets autour de l’industrie du futur et de la transformation digitale font la Une des médias et alimentent les débats dans de nombreuses manifestations professionnelles, les entreprises, en particulier dans le domaine de la chimie, avancent en ordre dispersé. À grandes entreprises, gros moyens, pour mobiliser des ressources et engager des investissements. Tandis que les plus petites sociétés restent souvent sur le bord du chemin. Or l’industrie chimique vit toujours sous la menace du même vieux démon : un risque de perte de compétitivité. Elle est tributaire du coût du travail, du poids de la réglementation, de la fiscalité…, mais surtout du coût de l’énergie et des matières premières qui jouent la même partie de yoyo que le pétrole. En repartant à la hausse, le prix du baril rallume les warnings pour l’industrie chimique en France.

C’est dans ce contexte que la Direction générale des entreprises (DGE), France Chimie et la Copacel, qui fédère les acteurs du papier et du carton, ont demandé à EY Consulting d’investiguer sur l’industrie du futur et sa contribution pour “rebooster” l’industrie chimique. Le rapport Pipame, qui en a découlé, est téléchargeable sur le site de la DGE.
Passons sur les 120 premières pages d’état des lieux et d’enjeux sans véritables surprises, pour se concentrer sur la partie la plus intéressante : celle des synthèses et recommandations. Et premier enseignement, le rapport souligne «?l’absence d’orientation stratégique de la France?» par comparaison avec d’autres pays, comme l’Allemagne ou le Japon. Les auteurs expliquent : «?Ni les pouvoirs publics ni les grands groupes français n’ont décidé de s’engager dans une différenciation, qu’elle soit technologique ou qu’elle soit de procédés ou de produits?». D’où l’urgence de préparer des feuilles de route au plan national, comme dans chaque entreprise. L’objectif étant de faire émerger une vision et des priorités afin de pouvoir avancer.
Autre enseignement du rapport, le manque de connaissances et de compétences sur les technologies en lien avec l’industrie du futur, tant chez les décideurs qu’au niveau des salariés. Il est vrai que les technologies relatives à la transformation numérique sont récentes et parfois complexes. De l’analytics industriel à l’IoT en passant par le MES, la simulation numérique ou le market place, elles font appel à de nouvelles connaissances, voire de nouveaux métiers.

Cependant, le rapport n’évoque pas que des nouveautés. Il exhume l’intensification des procédés et les microréacteurs. Des sujets anciens qui n’ont jamais pu émerger, parce qu’ils remettent en question la conception même des usines. Enfin, le rapport inscrit la chimie du végétal au cœur de l’industrie du futur, préconisant son développement pour apporter une vraie différenciation à l’industrie nationale. Cette chimie présente en outre l’avantage d’être l’un des piliers de la chimie verte, au même titre que la biotechnologie ou la biocatalyse qui sont des domaines d’excellence dans l’Hexagone. Tout ceci s’articulant parfaitement avec les attentes sociétales en quête de naturalité et de durabilité.
Fin de la lecture ? Pas tout à fait car il va falloir passer à la phase de mise en œuvre. EY a ainsi préparé quelques fiches détaillées à destination des pouvoirs publics, de France Chimie, de Copacel, des pôles de compétitivité et des entreprises de la chimie pour les aider dans leur nouveau challenge : transformer la chimie en France en une véritable industrie du futur.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Edito : Le premier semestre 2019 en résumé

Edito : Le premier semestre 2019 en résumé

Alors que votre publication s’apprête à faire une pause estivale, il est temps de dresser un bilan de ce premier semestre 2019. Dans la chimie, deux sociétés ont indéniablement occupé le devant de[…]

19/07/2019 |
Centenaire de l’IUPAC : Quatre grands patrons de la chimie réunis à Paris

Centenaire de l’IUPAC : Quatre grands patrons de la chimie réunis à Paris

Chimie européenne : Le Cefic annonce un bon début d’année

Chimie européenne : Le Cefic annonce un bon début d’année

Une chimie hyper-durable en 2050

Une chimie hyper-durable en 2050

Plus d'articles