Nous suivre Info chimie

Effluents : FWE propose un modèle innovant pour exploiter des « actifs d'eau »

Par Dinhill On

La start-up française est spécialisée dans le conseil pour la mise en oeuvre d'une stratégie sur le traitement des eaux industrielles. Elle promeut un modèle original pour l'exploitation d'unités sur le long terme et de manière économique.

Aider les industriels du secteur du traitement de l'eau à répondre à la fois aux enjeux économiques, écologiques et sociétaux. C'est avec cette ambition qu'a été créée l'entreprise FWE en décembre 2016. S'appuyant sur le modèle de développeur d'actifs d'eau (« water asset developer »), elle propose la mise en place d'une stratégie d'exploitation « eau », depuis les besoins en eau, en passant par le traitement des effluents générés par l'activité industrielle jusqu'au recyclage ou à la réutilisation. « Notre société n'offre pas de solution technologique, mais des prestations de services permettant à un industriel d'exploiter de manière optimale et durable des installations de traitement de l'eau », explique Jean-Michel Herrewyn, ex-président de Veolia eau et actuel et fondateur de la société FWE. Avant d'ajouter : « Notre société s'appuie sur une équipe composée de 7 associés, la plupart anciennement collaborateurs au sein de Veolia Eau, ainsi que de deux consultants experts du développement durable et de la finance. Cela permet ainsi de bénéficier d'une expertise pointue et complète pour répondre au mieux aux problématiques des clients faisant appel à nous ».

 

Un concept inédit et avantageux

 

De manière traditionnelle dans ce secteur, un industriel est propriétaire de son installation, et doit à la fois s'occuper de l'ingénierie, de la construction, du financement et de l'exploitation de son usine de traitement. Le modèle prôné par la start-up FWE consiste en la création d'une société d'actifs (AssetCo) dédiée aux infrastructures liées à l'eau : installations de traitement de boues, unités de désalinisation, usines de traitement d'effluents industriels, etc. S'appliquant aussi bien à des créations de projets ou à des unités existantes, cette démarche va permettre à l'industriel d'externaliser l'ensemble de ses actifs liés à l'eau, et à en bénéficier comme un service moyennant un contrat sur le long terme. « Cela peut paraître contraignant au premier abord, mais le nouveau concept que nous proposons offre un bénéfice multiple à l'industriel, à la fois d'ordre financier, opérationnel et sociétal. », affirme Jean-Michel Herrewyn. Sur le plan financier, la société d'actifs pourra accueillir, en tant qu'actionnaire, des fonds d'infrastructure pour financer des projets sur des usines de traitement. « Le client n'aura plus de coûts d'investissement, les fonds de financement tiers s'en chargeant. Les fonds d'infrastructure bénéficieront, quant à eux, de revenus réguliers sur une période de 10 à 20 ans », indique le dirigeant de FWE. Du point de vue opérationnel, les actifs industriels seront confiés à des tiers exploitants, qui auront des obligations de service et de qualité envers l'AssetCo. De plus, la position de client de l'industriel lui permettra de bénéficier d'une solution de traitement d'eau au plus près de ses besoins. Enfin, la société FWE s'est fixé un intérêt environnemental et sociétal. Outre de promouvoir des solutions technologiques durables (réutilisation d'effluents), elle souhaite orienter les financements tiers de nouveaux projets d'actifs dans des zones géographiques qui en manquent, en particulier les pays en développement. « Notre modèle de rupture réconcilie la responsabilité sociétale et environnementale (RSE) et la finance », soutient Jean-Michel Herrewyn. Avant de compléter : « Et il donne l'opportunité à des actionnaires de générer des revenus. Ce qui incitera d'autres investisseurs à s'engager, et maintenir ainsi une mécanique vertueuse de création d'actifs d'eau ».

Si le concept de la société FWE semble au point, reste encore à convaincre les industriels décisionnaires d'adopter ce modèle inédit d'actifs d'eau. « Nous espérons pouvoir monter notre premier projet en 2017. Nous ne ciblons pas de région géographique pour le moment, mais il est vrai que les pays émergents proposent davantage d'opportunités pour ce qui est du domaine du traitement de l'eau », précise Jean-Michel Herrewyn. Avant de conclure : « À plus long terme, nous pensons que les avantages procurés par notre modèle sont tels que le concept pourrait être élargi à d'autres infrastructures que celles de traitement d'eau ».

LA SOCIÉTÉ FWE EN BREF

Création en décembre 2016 Effectif : 7 associés + 2 consultants Secteurs industriels : Traitement des effluents, traitement de l'eau Activité : conseil et structuration de projets, mise en relation entre industriels, exploitants et fonds de financement d'infrastructure

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Catalyse : Partenariat entre Clariant et l’université de Tianjin

Catalyse : Partenariat entre Clariant et l’université de Tianjin

Le chimiste suisse Clariant a annoncé, le 9 septembre 2020, le début d’une collaboration de R&D avec l’université de Tianjin, en Chine.  Cette collaboration de quatre ans vise à développer[…]

Peinture automobile : BASF lance une gamme de finition plus verte

Peinture automobile : BASF lance une gamme de finition plus verte

BASF Venture Capital investit dans IntelliSense.io

BASF Venture Capital investit dans IntelliSense.io

R&D : La chimie allemande confiante malgré la crise du Covid-19

R&D : La chimie allemande confiante malgré la crise du Covid-19

Plus d'articles