Nous suivre Info chimie

Electricité : Exeltium et EDF s'accordent

Sujets relatifs :

Après plus de six mois de négociations, EDF et le consortium Exeltium sont enfin parvenus à un accord sur la fourniture d'électricité pour une durée de 15 ans à 25 ans à un prix basé sur les coûts de production.
Fondé par sept membres : Air Liquide, Alcan, Arcelor Mittal, Arkema, Rhodia, Solvay et UPM-Kymmene, le consortium représente dans les faits une soixantaine d'entreprises électro-intensives et près de 160 sites industriels en France, selon la définition apportée par le gouvernement. Il s'était formé en mai pour négocier des prix d'électricité plus bas avec les producteurs, dans un contexte de hausse des prix due à la libéralisation du marché de l'énergie. Les détails de l'accord n'ont pas été dévoilés. « Cet accord définit les conditions d'un partenariat industriel et commercial à long terme notamment sur le volume, le prix et le partage des risques industriels », se contentent d'expliquer EDF et Exeltium. Des termes en deçà des attentes des industriels Initialement, l'appel d'offres portait sur 40 térawattheures, avec un prix espéré de 20 euros par MWh. Selon les sources, il semble qu'EDF ne garantira que « 55 % des besoins exprimés » à un prix d'environ 40 euros du MWh. L'objectif du consortium est désormais de signer « dans les prochaines semaines » le contrat avec EDF, ainsi qu'avec les banques pour le financement des premières livraisons d'électricité au cours du 2e trimestre 2007. Les entreprises vont s'acquitter de leur dette en ayant recours à l'autofinancement et à la dette. « Les seuls montants à financer par la dette pour les entreprises du consortium avoisinent les 3,5 milliards d'euros », précise-t-on chez Exeltium sans vouloir donner le montant de la totalité du contrat. Chaque entreprise du consortium devra aussi exprimer son besoin pour qu'un partage équitable de l'électricité puisse se faire. En payant d'avance, les industriels électro-intensifs vont permettre à EDF d'investir dans de nouveaux équipements. Car, outre l'ouverture du marché et le réalignement de la France sur les tarifs européens, c'est aussi la nécessité de renouveler le parc européen de production d'électricité qui est à l'origine des hausses de prix. Ce partenariat industriel est un peu la version française du système finlandais où des industriels sont copropriétaires de tranches de production du futur EPR pour bénéficier en retour de prix préférentiels sur l'électricité. Cet accord doit maintenant être soumis aux autorités européennes de la concurrence. De son côté, François Loos, ministre délégué à l'Industrie, s'est félicité de la signature d'un accord qui « contribue à préserver la compétitivité des industries électro-intensives, assurant ainsi la pérennité de ces entreprises et notamment le maintien des emplois correspondants sur le territoire français ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Les persulfates pointés du doigt en décoloration capillaire

Les persulfates pointés du doigt en décoloration capillaire

L'agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) recommande de « réduire au maximum » et « dans les meilleurs délais » les persulfates d'ammonium, de potassium et de sodium, notamment[…]

Des tensions géopolitiques qui raffermissent les cours du pétrole, sans excès

Des tensions géopolitiques qui raffermissent les cours du pétrole, sans excès

La Métropole de Lyon dévoile les 14 lauréats de son Appel des 30

La Métropole de Lyon dévoile les 14 lauréats de son Appel des 30

Solvay réorganise son comité exécutif

Solvay réorganise son comité exécutif

Plus d'articles