Nous suivre Info chimie

Energie et chimie, les liens se resserrent

Sylvie Latieule
L'industrie chimique est l'un des plus gros consommateurs d'énergie en Europe. Elle engloutit 12 % de la demande avec un mix énergétique composé de pétrole, charbon, gaz et électricité. Un peu plus de la moitié est utilisée pour produire des intermédiaires ou substances actives. L'autre partie sert à faire tourner ses installations. Pompes, compresseurs, unités électrolyses, fours… les technologies utilisées sont toutes plus énergivores les unes que les autres.
Aussi rien d'étonnant à ce que le Cefic figure parmi les premières organisations à commenter la nouvelle stratégie énergétique de Bruxelles. Celle-ci s'appuie sur trois piliers: le renforcement de la sécurité d'approvisionnement, la lutte contre le changement climatique et une industrie compétitive. Dans ce programme, le développement des énergies renouvelables reste une priorité de même que l'amélioration de l'efficacité énergétique (+ 20 %) et la réduction des émissions de CO2 (- 20 % d'ici à 2020). En accord avec les objectifs globaux, le Cefic s'est vivement inquiété des nouveaux objectifs en matière de réduction du CO2. Ils représenteraient un coût disproportionné pour les industriels de la chimie, donc un frein à leur compétitivité. Sachant que ces mêmes contraintes ne pèseront pas sur les plus gros émetteurs de la planète (États-Unis et Asie) faute d'accord international. Quant au bénéfice sur l'environnement, il n'est pas prouvé : augmenter les coûts de production en Europe, c'est encourager la délocalisation de sites vers des zones moins réglementées. Ce sujet mis à part, tous ces mouvements dans le secteur de l'énergie constituent de formidables opportunités pour les industriels de la chimie. Comme la quasi-totalité des industries aval, le secteur des énergies renouvelables se nourrit de la chimie pour améliorer ses technologies. C'est déjà le cas dans le domaine du photovoltaïque où il y a urgence à développer et à investir dans de nouveaux procédés de production de silicium. Même remarque pour les piles à combustibles où la chimie apporte son savoir-faire dans le domaine des membranes, de la catalyse, ainsi que dans la génération et le stockage de l'hydrogène. Et c'est encore grâce à la chimie que l'on pourra économiser l'énergie au quotidien notamment au niveau de l'habitat. Pionnier dans ce domaine, BASF est à l'origine du Bâtiment Génération E de Fontenay-sous-Bois. Une fois équipé des dernières innovations du groupe, ce bâtiment sera en mesure de diviser par huit sa facture énergétique. Souvent pointée du doigt pour les désordres environnementaux qu'elle provoque, la chimie a aussi ce pouvoir de tout remettre en ordre. Mais tant que les règles du jeu ne seront pas les mêmes partout, il n'y a pas de raison de demander à la chimie européenne de régler, à ses frais, tous les maux de la planète. D'autant qu'elle doit lutter sans relâche pour préserver sa compétitivité. Exemple en France où Rhodia, Arkema, Air Liquide, Solvay, réunis au sein d'Exeltium avec Alcan, Arcelor et UPM, ont passé plusieurs mois à négocier avec EDF un contrat d'approvisionnement d'électricité à long terme à des prix plus bas que ceux du marché. Heureusement, un accord a finalement été trouvé.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Intelligence artificielle : Amyris acquiert Beauty Labs

Intelligence artificielle : Amyris acquiert Beauty Labs

La société américaine de biotechnologies Amyris a annoncé le 14 avril 2021 l’acquisition de la société d’intelligence artificielle (IA) Beauty Labs. Cette société offre des[…]

Protéines d’insectes : Ÿnsect s’empare de Protifarm

Protéines d’insectes : Ÿnsect s’empare de Protifarm

Inovyn va fermer son unité de produits soufrés à Runcorn

Inovyn va fermer son unité de produits soufrés à Runcorn

Ingénierie : Maire Tecnimont décroche un contrat de 500 M$ en Arabie Saoudite

Ingénierie : Maire Tecnimont décroche un contrat de 500 M$ en Arabie Saoudite