Nous suivre Info chimie

Energie : la consommation a reculé en 2003

Sylvie Latieule
Fraîchement nommé ministre délégué à l'Industrie, Patrick Devedjian a rendu public, le 9 avril dernier, le bilan énergétique 2003 de la France. Pour la première fois depuis neuf ans, la consommation énergétique globale a baissé de 1,7 % à 159 Mtep (millions de tonnes équivalent pétrole).
Un résultat dont on peut se féliciter, d'autant qu'il va de pair avec une réduction des émissions de CO 2 . Le seul bémol est que cette baisse de la consommation rappelle cruellement que 2003 a été une année de faible croissance. D'ailleurs, dans l'industrie, la consommation a diminué de 2 % pour s'établir à 37,5 Mtep. Du côté du "résidentiel-tertiaire", la consommation recule de 2 % à 68,2 Mtep. Les Français joueraient-ils le jeu de la "chasse au gaspi" ? En ce qui concerne la baisse de la consommation de gaz et de fioul, elle a été aidé par le niveau élevé des prix. En revanche, la consommation d'électricité continue de croître (+1,9 %) sous l'effet combiné du développement des appareils électroniques et de la climatisation. Patrick Devedjian s'est empressé de souligner que cette évolution n'avait qu'un effet limité sur les émissions de gaz à effet de serre. Point de vue que ne partage pas l'Ademe* qui n'hésite pas à qualifier la climatisation de « désastre pour le climat ». Dans le transport, on peut parler de véritable effet Sarkozy avec une consommation en baisse de 1,1 % à 49 Mtep. Avec la peur du gendarme, les Français commencent à respecter les limitations de vitesse, ce qui a entraîné une baisse de la consommation des véhicules de 1,8 %. Malgré ces données, la facture énergétique de la France s'est envolée de 4,7 % à 22,7 milliards d'euros, après deux années consécutives de baisse. Elle tient à l'augmentation des importations de gaz (+ 9,1 %) et à la chute des exportations d'électricité (­21,6 %) tandis que la facture pétrolière reste stable (­0,2 %). Le ministre n'a pas manqué de rappeler que la facture aurait pu être bien plus lourde sans la dépréciation du dollar. Il en a aussi profité pour glisser un plaidoyer pronucléaire, au moment où débute à l'Assemblée nationale un débat sur l'énergie, dernière étape avant le projet de loi d'orientation sur les énergies qui doit engager les choix de la France sur trente ans. « Le taux d'indépendance énergétique de la France, qui se maintient globalement à 50 % grâce à la production nucléaire, réduit fortement la sensibilité de l'économie française à l'évolution des prix de l'énergie , a jugé P. Devedjian. Notre facture énergétique serait en effet augmentée de 7 à 10 milliards d'euros si l'on devait substituer à notre parc nucléaire des importations de gaz et de pétrole ». Le parc nucléaire fournit en effet 78 % de l'électricité française et sa production a crû de 1 % à 440 TWh en 2003. En revanche, la part des énergies renouvelables électriques est en recul. L'hydraulique a pâti de la sécheresse de l'été, tandis que l'éolien fait encore beaucoup de bruit, mais ne contribue que pour 0,0006 % à la production d'électricité. Seules les énergies renouvelables thermiques, à savoir le bois, l'utilisation des déchets et le solaire, ont crû de 8 % à 12,6 Mtep. Et la France devra redoubler d'efforts pour atteindre le seuil de 21 % en 2010 fixé par l'Europe pour la production d'énergies renouvelables. Sylvie Latieule *Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Intelligence artificielle : Evonik devient membre du MIT-IBM Watson AI Lab

Intelligence artificielle : Evonik devient membre du MIT-IBM Watson AI Lab

Le groupe allemand Evonik étend sa coopération avec IBM dans le domaine de la numérisation. Les deux entreprises prolongent leur partenariat stratégique jusqu'en 2025. Ce partenariat avait commencé en 2017[…]

22/04/2021 | Spécialités
Peintures : AkzoNobel lance la deuxième édition de « Paint the Future »

Peintures : AkzoNobel lance la deuxième édition de « Paint the Future »

La chimie en France va rebondir de 6 à 7 % en 2021

La chimie en France va rebondir de 6 à 7 % en 2021

Commerce chimique : Azelis s’empare de deux sociétés en Inde

Commerce chimique : Azelis s’empare de deux sociétés en Inde