Nous suivre Info chimie

Entre deux eaux

Julien Cottineau

La situation s'adoucit sur le front de la réforme des retraites avec le ralentissement de la mobilisation. Au total, quatre des douze raffineries françaises restaient encore bloquées au 28 octobre. En revanche, le conflit sur le port de Marseille s'enlisait. Avec pour conséquence près de 80 navires bloqués, dont sept chimiquiers et quatre péniches sur le Rhône, pénalisant un très grand nombre d'unités de production chimique dans tout le pays. L'État évoque des pertes de 50 à 100 M€ par jour pour le secteur. « Si cela devait continuer certaines entreprises seraient en très grande difficulté », s'inquiète Olivier Homolle, le président de l'UIC. Outre le manque d'approvisionnements, cette situation pénalise aussi les sorties de produits, Marseille représentant 10 % des exportations chimiques annuelles, presque 30 % des exportations hors Europe. D'où des risques inhérents sur l'emploi et de pertes de marchés pour un secteur industriel qui a déjà largement souffert de la crise.

C'est dans ce contexte difficile que sont parvenues des nouvelles plus réjouissantes. En l'occurrence plusieurs initiatives destinées à renforcer la compétitivité et l'innovation. La semaine dernière, Christian Estrosi, ministre de l'Industrie, officialisait ainsi la création du Comité stratégique de la filière chimie et matériaux, successeur du Cosic. Une naissance accompagnée de quatre mesures. Début novembre, l'État fondera une instance inter-pôles de compétitivité pour la filière afin de renforcer la cohésion des projets innovants et la collaboration entre les différents acteurs. L'instance réunira les pôles Axelera, IAR, Maud, Plastipolis, Elastopôle, Céramiques, Fibres, et Mecafuture. Sur le front de l'emploi, les industriels se sont engagés à doubler dans les cinq ans le nombre d'apprentis, notamment en faveur des jeunes en difficulté, ainsi qu'à créer sept nouveaux certificats de qualification professionnelle dans les deux ans. Autre engagement : celui de doubler, de 7 à 15 % d'ici à 2017, la part des matières premières bio-sourcées dans les matières premières carbonées. Dans les six mois, pour un accompagnement concret, un groupe de travail concoctera un objectif quantifié et un échéancier, en plus d'un indicateur. Enfin, le ministère veut concrétiser dans les quatre ans le projet de connexion du réseau de pipelines français d'oléfines au réseau nord européen pour garantir et sécuriser les approvisionnements. Cet investissement estimé à 160 M€ paraît d'autant plus stratégique au regard de l'avenir incertain du vapocraqueur de Carling ou encore des problèmes d'approvisionnement actuels. Pour soutenir ces projets, le Comité chimie et matériaux mettra en place cinq groupes de travail : emploi et compétences, infrastructures et logistique, économie du recyclage, ou encore chimie verte. Le cinquième groupe réunira chimistes et plasturgistes pour améliorer les liens et renforcer une démarche de filière et mieux anticiper les crises d'approvisionnement. C'est aussi la semaine dernière que la députée Laure de La Raudière a remis son fameux rapport destiné à simplifier les réglementations et accroître la compétitivité industrielle. Rapport qui va entraîner plusieurs mesures. Comme celle, dans le cadre de l'implantation d'un site industriel d'un investissement de plus de 1 M€, de nommer un chef de projet désigné par le préfet concerné afin de coordonner les multiples procédures à respecter. Autre engagement phare : assouplir les disparités entre les réglementations françaises et européennes pour le secteur industriel et ne pas durcir toute directive européenne lors de sa transposition en France.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Édito] : L’abominable scénario de 2020

[Édito] : L’abominable scénario de 2020

L’année avait mal commencé. En cause, un ralentissement assez notable de l’économie mondiale en 2019, avec une baisse de la demande dans de nombreux secteurs industriels en aval de la chimie, dont[…]

11/01/2021 | Edito HebdoCoronavirus
[Édito] : Yara chamboule l’ammoniac

[Édito] : Yara chamboule l’ammoniac

[Édito] : Le CIR à double tranchant ?

[Édito] : Le CIR à double tranchant ?

[Édito] : Le double agenda de Thierry Le Hénaff

[Édito] : Le double agenda de Thierry Le Hénaff

Plus d'articles