Nous suivre Info chimie

Éthylène : BASF va investir 200 M? pour augmenter ses capacités en Belgique

Sujets relatifs :

« Nous avons évalué avec soin nos développements de demande interne et la situation du marché externe pour les produits issus du craquage et nous sommes arrivés à la conclusion que 2007 était le bon moment pour une extension », a déclaré Werner Prätorius, président de la division pétrochimique de BASF. Chose dite, chose faite. Le choix est fait. Le groupe chimique allemand va ainsi investir près de 200 millions d'euros pour augmenter les capacités de production d'éthylène de son site belge d'Anvers. L'opération devrait être réalisée lors d'un arrêt du vapocraqueur prévu à l'automne 2007. Elle permettra de porter la production annuelle d'éthylène de 800000 tonnes actuellement à 1,08 million de tonnes, faisant du site « le plus grand vapocraqueur à four unique en Europe », selon la compagnie. « Comme dans le passé, une partie de la production d'éthylène du vapocraqueur sera commercialisée soit directement, soit de préférence via des arrangements d'échange. Comme aucun nouveau projet majeur de craqueur n'est prévu en Europe jusqu'en 2009 et au vu des estimations moyennes de croissance de la demande autour de 1 à 1,5 % par an, les volumes additionnels d'éthylène s'inséreront dans le marché », a expliqué Werner Prätorius. L'Europe ne fait en effet plus figure de favorite pour la construction de nouveaux vapocraqueurs, qui se concentrent en Asie ou au Moyen-Orient. À deux exceptions près. Sabic a récemment décidé d'investir un milliard d'euros dans un vapocraqueur de naphta (550000 t/an) devant être construit sur le site de Geleen, aux Pays-Bas (CPH n°296). Il devrait fournir 650000 t/an de propylène et 400000 t/an d'éthylène à l'horizon 2009. L'autre projet, plus modeste, est mené par Borealis. Ce dernier va procéder à l'augmentation des capacités d'oléfines de son site de Porvoo (Finlande), qui seront portées à 380000 t/an, contre 330000 t/an actuellement. Pour sa part, BASF possède deux autres vapocraqueurs en Europe, à Ludwigshafen (Allemagne), de 400000 t/an et 220000 t/an respectivement. En dehors de cette région, il en détient également un à Port Arthur (Texas, États-Unis). Le vapocraqueur texan, joint-venture entre BASF et Total Petrochemicals lancé en 2002, possède des capacités de production de 860000 t/an d'éthylène et autant de propylène. Et en juillet dernier (CPH n°304), BASF et Sinopec ont inauguré à Nanjing en Chine un vapocraqueur d'éthylène de 600000 t/an, élément central d'un Verbund d'une capacité totale de 1,7 million de tonnes par an.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

BASF a reconduit un accord avec les représentants du personnel pour son site allemand de Ludwigshafen. Prévu pour 2011-2015, il succède à un premier accord initié en 2004. BASF s'est engagé à investir entre 9 et 10 Mrds € sur ce nouveau[…]

01/12/2010 | Pétrochimie
Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

Indorama, leader mondial du PET

Indorama, leader mondial du PET

Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Plus d'articles