Nous suivre Info chimie

Eurochem signe avec Maire Tecnimont pour ses projets russes, américain et kazakh

J.C.

Sujets relatifs :

, ,
Eurochem signe avec Maire Tecnimont pour ses projets russes, américain et kazakh

Le producteur russe d'engrais, basé à Zug (Suisse), a signé un protocole d'accord avec l'ingénieriste italien Maire Tecnimont pour un ensemble de cinq projets d'ammoniac/urée dans le monde, destinés à être développés dans les dix prochaines années. Ces projets doivent permettre à Eurochem d'augmenter de 5 millions de tonnes par an ses capacités mondiales d'ammoniac, et de 7,5 Mt/an celles d'urée. Les projets concernent principalement la Russie, mais également les États-Unis et le Kazakhstan.

En Russie, le protocole stipule qu'Eurochem demandera à Maire Tecnimont de lui soumettre ses propositions pour l'ingénierie, la fourniture des équipements et la construction sur trois projets distincts. Sur le site de Nevinnomyssk, dans le sud-ouest de la Russie, Eurochem prévoit de construire une nouvelle usine d'ammoniac et d'urée. Début 2014, le groupe russe avait évoqué le projet en parlant de capacités de 2 700 t/jour d'ammoniac et de 3 500 t/jour d'urée sous forme granulaire. Actuellement, le complexe de Nevinnomyssk abrite des capacités totales de 1,16 Mt/an d'ammoniac et de 930 000 t/an d'urée. L'autre volet porte sur le futur complexe de Kingisepp, dans la région Saint-Petersbourg, à la frontière avec l'Estonie. Sur place, Eurochem veut d'abord construire une unité d'ammoniac. Le groupe avait évoqué, toujours début 2014, des capacités de 2 700 t/j. Mais Maire Tecnimont pourrait aussi être mandaté pour plancher sur un projet d'unité adjacente d'urée afin de mieux intégrer le complexe.

En dehors de la Russie, le quatrième projet concerne la construction d'un complexe aux États-Unis. Mi-2013, Eurochem avait indiqué qu'il comptait s'implanter en Louisiane. Évoquant qu'un projet de cette nature, en l'occurrence un complexe ammoniac/urée, nécessite un investissement d'environ 1,5 milliard de dollars. Enfin, le cinquième projet est centré sur le Kazakhstan. Le complexe d'ammoniac/urée serait construit aux environs de Zhanatas, dans la province du Jambyl (sud du pays). C'est précisément dans cette région qu'Eurochem a démarré l'an dernier des opérations de production de minerais de phosphate. Se revendiquant parmi les leaders mondiaux des engrais, Eurochem est intégré avec des capacités de production de gaz naturel d'environ 1,1 milliard de m3 (qui comptent pour 25 % de ses consommations annuelles en propre), de terminaux portuaires ou encore d'un réseau de distribution dans toute l'Europe et la Communauté des États Indépendants (CEI). Le groupe, qui recense 20 000 salariés dans le monde et a publié l'an passé un chiffre d'affaires de 5,1 Mrds $ et un Ebitda de 1,5 Mrd $, détient des usines de production d'engrais en Russie, en Lituanie, en Belgique et en Chine, via sa coentreprise avec Migao.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Recyclage : l’APHP veut traiter les masques anti-Covid-19

Recyclage : l’APHP veut traiter les masques anti-Covid-19

Les hôpitaux de l’AP-HP (assistance publique hôpitaux de Paris) Saint-Antoine, Necker-Enfants malades et Rothschild ont décidé de trouver une solution pour recycler les masques chirurgicaux. En effet,[…]

11/05/2021 | RecyclageActualités
Résultats : Un bon premier trimestre 2021 pour DSM

Résultats : Un bon premier trimestre 2021 pour DSM

Résultats : Arkema sur une bonne lancée pour son premier trimestre

Résultats : Arkema sur une bonne lancée pour son premier trimestre

Résultats : Solvay en baisse au premier trimestre

Résultats : Solvay en baisse au premier trimestre

Plus d'articles