Nous suivre Info chimie

Evonik, en croissance, envisage de céder ses méthacrylates

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

Le projet est à l'étude. Le chimiste allemand a dévoilé, le 6 mars, la possibilité de se désengager des méthacrylates. Le comité exécutif d'Evonik étudie toutes les possibilités pour l'avenir de cette activité, ce qui pourrait se traduire soit par la création d'une coentreprise soit par une cession. Evonik occupe des positions de numéro 2 mondial à la fois pour le méthacrylate de méthyle (MMA) et le polyméthacrylate de méthyle (PMMA), et se revendique comme le seul producteur au monde à bénéficier d'une intégration MMA/PMMA sur trois continents, en l'occurrence aux Amériques, en Asie et en Europe. Selon Christian Kullman, président du comité exécutif, ces activités étant « profitables et attractives », le groupe n'est pas dans l'urgence et pourra « explorer toutes les options sans pression et décider de la meilleure solution ».

Cette annonce a été faite dans le cadre de la présentation des résultats annuels d'Evonik. Le bilan 2017 est plutôt bon. Le chiffre d'affaires a progressé de 13 %, sous l'effet d'une bonne croissance organique et de l'intégration des additifs de spécialités acquis auprès d'Air Products (CPH n°760) et de l'activité Silice de JM Huber (CPH n°785). Les trois principales divisions d'Evonik ont participé à la croissance. La division Resource Efficiency (spécialités pour applications industrielles) a vu ses ventes progresser de 21 % en un an, à 5,39 Mrds €. Les ventes de Performance Materials ont bondi de 17 %, à 3,78 Mrds €. Celles de Nutrition et Care n'ont évolué que de 5 %, à 4,51 Mrds € sous l'effet de conditions de marché plus délicates, en particulier en matière de prix. L'Ebitda ajusté d'Evonik a enregistré un gain de 9 % sur un an, à 2,36 Mrds €, mais le résultat net a fléchi de 15 %, à 717 M€. Le chimiste allemand s'attend à une année 2018 favorable qui devrait permettre une croissance des ventes et porter l'Ebitda ajusté entre 2,4 et 2,6 Mrds €.

Prise de participation dans Velox

Via sa filiale capital-risque, Evonik est entré au capital de la start-up israélienne Velox, spécialiste des technologies d'impression digitale. Le montant de l'investissement et la part exacte du groupe au capital n'ont pas été détaillés. Velox développe ses propres encres et ses technologies pour l'impression digitale sur du métal, des plastiques ou encore du verre.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Protoxyde d’azote : le parlement interdit la vente aux mineurs

Protoxyde d’azote : le parlement interdit la vente aux mineurs

Le parlement français a annoncé que la vente de protoxyde d’azote, quel que soit le conditionnement, serait désormais interdite aux mineurs. Le texte de loi précise, en outre, qu’il est « interdit de[…]

26/05/2021 |
Produire du papier en France permet de lutter contre le changement climatique

Produire du papier en France permet de lutter contre le changement climatique

Recyclage : l’APHP veut traiter les masques anti-Covid-19

Recyclage : l’APHP veut traiter les masques anti-Covid-19

Résultats : Un bon premier trimestre 2021 pour DSM

Résultats : Un bon premier trimestre 2021 pour DSM

Plus d'articles