Nous suivre Info chimie

Evonik va acquérir la division de JM Huber pour 630 M$

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
Evonik va acquérir la division de JM Huber pour 630 M$

Le groupe allemand se lance dans l'acquisition de l'activité Silice de l'Américain JM Huber. La transaction qui s'élève à 630 millions de dollars va permettre à Evonik de renforcer ses positions dans la silice et surtout de diversifier dans le domaine ses marchés finaux, aujourd'hui très centrés sur l'industrie, vers les biens de consommation.

Nouvelle opération de consolidation dans la chimie de spécialités. Evonik s'est engagé à acquérir la division Silices de JM Huber. Le montant de l'opération, prévue pour être finalisée au second semestre 2017, est évalué à 630 millions de dollars (607 M€). En 2016, cette activité du groupe américain de spécialités aura généré un chiffre d'affaires d'environ 300 M$, pour un Ebitda d'environ 60 M$. Soit une marge de 20 % qui séduit beaucoup Evonik. Sur le plan financier, l'acquisition devrait générer des synergies de l'ordre de 20 M$ d'ici à maximum 2021 dans les domaines de la production, de la logistique ou encore de l'harmonisation du portefeuille de produits. Environ 700 des 4 000 salariés de JM Huber sont concernés par l'activité Silices du groupe. Lequel détient six sites industriels dans le monde pour ce type de production : deux aux États-Unis (Etowah dans le Tennessee et Havre de Grace dans le Maryland), à Ostende en Belgique, à Hamina en Finlande, à Jhagadia en Inde et à Qingdao en Chine. Quatre centres technologiques dédiés aux silices sont implantés à Havre de Grace, Hamina, Jhagadia et aussi à Shanghai (Chine).
 

Le marché mondial des silices bénéficie d'une croissance annuelle de 4 à 6 %, selon Evonik. Actuellement, le groupe allemand se revendique comme l'un des leaders mondiaux des silices pour les applications dans la fabrication de pneumatiques automobiles et de revêtements et de peintures. D'autres grandes applications concernent l'utilisation comme additifs dans les domaines de l'agroalimentaire, des cosmétiques, des silicones et de la pharmacie. Avec l'activité de JM Huber, Evonik voit l'opportunité de diversifier ses marchés finaux pour les silices. Très concentré sur les applications industrielles, son portefeuille va ainsi s'étendre considérablement sur les applications pour les produits de grande consommation. Car les silices de JM Huber visent davantage les marchés de l'agroalimentaire, du papier ou des soins, comme pour l'hygiène dentaire. La division, qui devrait être intégrée à la division Resource Efficiency d'Evonik, permettra aussi au groupe allemand de renforcer ses positions dans les silices sur les marchés américain, chinois et indien.
 

Fondé en 1 883 par un immigré allemand, Joseph Maria Huber, le groupe américain de spécialités veut désormais se concentrer sur ses autres spécialités et matériaux de performance. Comme les additifs retardateurs de flamme ou le carbonate de calcium naturel. En 2015, JM Huber avait généré un chiffre d'affaires total de 1,88 Mrd $.

120 M$ pour une usine américaine

En parallèle de l'acquisition, Evonik a annoncé un plan d'investissements de 120 M$ pour construire aux États-Unis une usine de silices précipitées. L'usine sera construite près de Charleston, en Caroline du Sud, à proximité de grands constructeurs de pneumatiques automobiles, cibles prioritaires d'Evonik pour ces futures productions. L'usine devrait être mise en service en 2018. Le groupe allemand détient actuellement des capacités de 600 000 t/an de silices précipitées et pyrogénées et d'agents matifiants.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Covid-19 : BASF augmente sa production de gel hydroalcoolique

Covid-19 : BASF augmente sa production de gel hydroalcoolique

BASF Personal Care, filiale du chimiste allemand BASF, a démarré la production de désinfectant pour les mains sur différents sites de production à travers l’Europe. Comme annoncé au mois de mars,[…]

07/04/2020 | ActualitésCoronavirus
Le marché européen du recyclage menacé par le Covid-19

Le marché européen du recyclage menacé par le Covid-19

Covid-19 : Beierdorf va fournir du désinfectant

Covid-19 : Beierdorf va fournir du désinfectant

Covid-19 : BASF va produire du gel hydroalcoolique

Covid-19 : BASF va produire du gel hydroalcoolique

Plus d'articles