Nous suivre Info chimie

ExxonMobil voit grand en Chine

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
ExxonMobil voit grand en Chine

© ExxonMobil

Tandis que le locataire actuel de la Maison Blanche ne cesse de s'écharper avec la Chine sur les barrières douanières, de nombreuses entreprises américaines entretiennent des relations bien plus charmantes sur l'autre rive du Pacifique. C'est le cas du géant pétrolier et pétrochimique américain. Le 5 septembre, ExxonMobil a ainsi annoncé la signature d'un accord-cadre de coopération avec le gouvernement provincial du Guangdong, pour un projet de complexe chimique. Celui-ci serait implanté au sein du parc industriel pétrochimique de Dayawan, à Huizhou, sur la côte sud-est de la Chine. Sans surprise avec ExxonMobil, il est question d'un projet de grande envergure. Le groupe évoque un investissement de plusieurs milliards de dollars.

Le complexe comprendrait un vapocraqueur flexible d'une capacité de 1,2 million de tonnes par an d'éthylène. En aval est envisagé la possibilité de construire deux unités de polyéthylène et deux unités de polypropylène, avec deux grades distincts de performance. Selon ExxonMobil, le complexe s'appuierait sur ses technologies avancées dans le domaine du craquage direct de brut et celui de la production de polymères de performance. Le projet est lié à celui d'un terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) à Huizhou, terminal auquel ExxonMobil cherche à participer, notamment dans l'approvisionnement en GNL. A ce stade, le groupe américain indique attendre l'obtention de permis de construire et les résultats d'études sur la compétitivité du projet avant de s'engager pleinement. Mais avec un démarrage du complexe ambitionné dès 2023, cette décision d'investir, ou non, ne devrait pas prendre des années.

« Un vapocraqueur flexible de 1,2 Mt/an »

Cet éventuel complexe pétrochimique en Chine viendrait s'imbriquer dans le gigantesque programme stratégique d'ExxonMobil pour renforcer ses capacités mondiales. Enfin plus précisément ses capacités chimiques en Asie-Pacifique et en Amérique du Nord. Objectif : les augmenter de 40 % ! Et ce via la construction de 13 usines de part et d'autre du Pacifique ! Le pan nord-américain de ce programme a déjà largement commencé dans le cadre du projet « Growing the Gulf », qui a vu le groupe investir et construire massivement dans le Golfe du Mexique ces dernières années. Un programme estimé à 20 milliards de dollars, entamé en 2013 et prévu jusqu'en 2022. Dans ce cadre, ExxonMobil vient ainsi de mettre en service son gigantesque vapocraqueur de 1,5 Mt/an sur son complexe de raffinage-chimie de Baytown, au Texas. Toujours au Texas, à San Patricio, le groupe avance sur un autre vapocraqueur, encore plus grand (1,8 Mt/an d'éthylène) aux côtés de son partenaire, le Saoudien Sabic. Leur complexe comprendrait aussi une unité de monoéthylène glycol et deux unités de polyéthylène (CPH n°842).

Si le géant texan s'est beaucoup concentré sur ses investissements en Amérique du Nord, il semble désormais s'attaquer au versant asiatique. Car derrière ce projet de complexe pétrochimique à Huizhou, ExxonMobil précise qu'il évalue d'autres projets chimiques en Asie. L'objectif est de toujours mieux se positionner pour répondre à la formidable demande régionale.

Pour l'heure, en Chine, le géant américain est surtout implanté au sein de la coentreprise Fujian Refining et Petrochemical (FREP), détenue à 50 % par Sinopec, à 25 % par Saudi Aramco et 25 % par ExxonMobil. En aval de la gigantesque raffinerie (280 000 barils par jour) se trouve un vapocraqueur de 1,1 Mt/an, des capacités de 960 000 t/an de polyéthylène, de 550 000 t/an de polypropylène, ainsi qu'un complexe d'aromatiques.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Edito : La chimie allemande au pied du mur

Edito : La chimie allemande au pied du mur

L’année 2019 restera marquée par un environnement économique mondial difficile. Cela pour au moins deux raisons : les différends commerciaux entre la Chine et les États-Unis, qui ont ralenti les[…]

06/12/2019 | ConjonctureEdito Hebdo
Edito : Quand l'accident Lubrizol entrave le « produire en France »...

Edito : Quand l'accident Lubrizol entrave le « produire en France »...

Edito : Un Grand Chaptal pour Thierry Le Hénaff

Edito : Un Grand Chaptal pour Thierry Le Hénaff

Edito : Croissance, cash et rendement

Edito : Croissance, cash et rendement

Plus d'articles