Nous suivre Info chimie

Face à White Tale, Clariant et Huntsman renoncent à fusionner

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Le chimiste suisse et son homologue américain ont jeté l'éponge pour leur projet de fusion entre égaux. Pressurisés depuis des mois par le fonds White Tale Holdings, lequel s'est emparé entre-temps de plus de 20 % du capital du groupe suisse, Clariant et Huntsman préfèrent revenir à leurs stratégies indépendantes.

Il s'agit d'une victoire pour un fonds activiste. Et d'une sacrée déconvenue pour deux groupes chimiques. White Tale Holdings est parvenu à ses fins dans le dossier Clariant/Huntsman en faisant capoter cette opération engagée en mai et valorisée à près de 20 milliards de dollars (CPH n°803). En 2015, les fonds Third Point et Trian Partners n'avaient pas aussi bien réussi dans leur volonté de démanteler les géants américains Dow et DuPont, lesquels avaient finalement décidé de se regrouper (CPH n°743). Avec le projet de séparation en trois entités de DowDuPont, Third Point et Trian Partners sont toutefois parvenus à des demi-victoires en influant largement sur la stratégie des deux mastodontes. Dans le cas de la fusion avortée entre Clariant et Huntsman, la victoire de White Tale est plus éclatante car le fonds a réussi à obtenir ce qu'il voulait : la cessation pure et simple du projet. White Tale avait toutefois parfaitement manoeuvré et fait valoir une carte majeure en grimpant progressivement au capital du groupe suisse en quelques mois, jusqu'à s'emparer de plus de 20 % des parts. Ce qui a été officialisé le 27 octobre. Soit la date exacte du renoncement officiel et conjoint de Clariant et de Huntsman de se réunir entre égaux.

 

Une certaine amertume

 

Les communications officielles, aussi précautionneuses soient-elles, ne masquent pas une certaine amertume. Côté suisse, Rudolf Wehrli, président du conseil d'administration regrette « cette opportunité manquée de création de valeur ». Un regret d'autant plus vif que ce conseil d'administration et le comité exécutif « considéraient unanimement que la fusion avec Huntsman était la meilleure option pour poursuivre le développement du groupe ». Clariant se dit également convaincu que ce point de vue était partagé par une « vaste majorité des actionnaires ». Côté américain, le patron Peter Huntsman a souligné que cette fusion était perçue comme « une opportunité d'accélérer notre croissance en aval et pour les deux groupes de devenir encore plus performants ensemble ».

Dans une déclaration conjointe, Clariant et Huntsman ont indiqué avoir convenu de l'abandon de leur projet d'une manière unanime. Et cen en raison de « l'acquisition de parts de Clariant par l'investisseur activiste White Tale Holding et son opposition à la transaction, ce qui a désormais le soutien de plusieurs autres actionnaires ». Le 27 octobre, Clariant et Huntsman ont donc conclu qu'il y avait désormais « trop d'incertitude concernant l'obtention par Clariant des deux tiers des voix de ses actionnaires pour l'approbation de la transaction ». Signe que les deux protagonistes ne sont pas fâchés, les indemnités de rupture prévues au départ, d'un total de 270 M$ pour Clariant, ne seront pas appliquées.

Si Clariant et Huntsman assurent séparément qu'ils poursuivront chacun de leur côté leur bon développement, le chimiste suisse est toutefois obligé de composer désormais avec White Tale, devenu son premier actionnaire. Dès le 30 octobre, Clariant indiquait avoir engagé des discussions avec le fonds pour mieux collaborer à l'avenir. Et la demande, par White Tale, d'obtenir des sièges au comité directeur sera traitée prochainement.

En Bourse, les investisseurs ont semblé plutôt satisfaits de la tournure des événements. Les deux actions Clariant et Huntsman ont nettement rebondi, chacune de leur côté, depuis le 27 octobre. Tellement que l'action Clariant n'avait pas été à pareille fête depuis 2002, et celle d'Huntsman depuis 2005 !

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Ineos Oxide projette un complexe américain d'oxyde éthylène et de dérivés

Ineos Oxide projette un complexe américain d'oxyde éthylène et de dérivés

La filiale du pétrochimiste britannique Ineos avance sur un projet de complexe d'oxyde éthylène et de dérivés aux États-Unis. Ineos Oxide a indiqué, le 5 juin, avoir obtenu des[…]

11/06/2018 | Etats-UnisPétrochimie
Lanxess en croissance de 20 % en France

Lanxess en croissance de 20 % en France

ENB: Ineos songe à produire au Moyen-Orient ou en Asie

ENB: Ineos songe à produire au Moyen-Orient ou en Asie

Matériaux: DuPont investit plus de 400 M$ au Luxembourg

Matériaux: DuPont investit plus de 400 M$ au Luxembourg

Plus d'articles