Nous suivre Info chimie

Federec lance une alerte sur les difficultés du recyclage

Par Sylvie Latieule

Les prix des matières vierges sont au plus bas, entraînant dans leur chute ceux des produits recyclés. Regroupés au sein de Federec, les professionnels du recyclage sont à la peine.

C'est un paradoxe ! Alors que la tenue de la conférence sur le climat COP21 approche à grands pas et que l'économie circulaire n'a jamais eu aussi bonne presse, l'économie linéaire serait en train de reprendre le dessus, selon Jean-Philippe Carpentier, président du syndicat Federec, qui touche aussi bien les métaux, les plastiques, le papier-carton, le bois, le textile que le BTP. En cause, des raisons économiques et un prix du pétrole au plus bas qui entraîne dans sa chute le prix des matières vierges. Pourtant sur l'année 2014, les professionnels du recyclage, qui représentent 1 300 entreprises en France dont 500 adhérents de Federec, ont recyclé un volume de déchets de 74 millions de tonnes, en hausse de 4 % par rapport à 2013. Mais le chiffre d'affaires correspondant s'est inscrit en recul de 2 % à 9 031 millions d'euros, en raison des baisses de prix. Et pour 2015, il n'y a pas d'amélioration en vue.

Ces chiffres masquent cependant des disparités entre les secteurs. Par exemple, plastiques, ferrailles et textiles ont vu leur prix de vente s'éroder. D'autres matières ont continué de bénéficier d'une demande et de prix relativement stables (métaux non ferreux, cartons, verre...), tandis que la toute récente exploitation des gisements de déchets issus du bâtiment offre des perspectives tout à fait intéressantes.

Le président de Federec tire cependant la sonnette d'alarme car ce secteur du recyclage offre un potentiel industriel non négligeable. Il a représenté 28 000 emplois (non délocalisables) sur notre territoire en 2014, un chiffre en hausse de 1,8 % par rapport à l'effectif de 2013. Le montant des investissements en innovation ou renouvellement reste élevé, à hauteur de 5 % du chiffre d'affaires, ce qui représente une aubaine pour tous les fournisseurs et sous-traitants.

« Tout se passe comme si la raréfaction des matières premières n'était plus d'actualité. Pourtant, cette raréfaction est toujours là, mais les prix ne le montrent pas », s'insurge Jean-Philippe Carpentier. Quoi qu'il en soit, la profession n'a d'autre choix que de trouver des solutions pour faire face à des prix de matière vierge au plus bas.

Une première réponse apportée est celle de l'innovation. La profession avance d'ailleurs sur la mise en place d'un centre technique du recyclage pensé comme un réseau transverse capable d'aller chercher les compétences là où elles se trouvent (par exemple, dans la chimie ou l'industrie des plastiques) pour améliorer le recyclage d'un objet donné. Une autre réponse consistera à insister sur les vertus des produits recyclés à destination des utilisateurs, en particulier les émissions de CO2 évitées et les économies d'énergies réalisées. Et dans une étape suivante, il faudra bien se décider à intégrer les externalités dans le prix de vente de produits recyclés. « Que ce soit par le biais d'un prix du carbone ou d'une TVA circulaire, il faudra bien retrouver la valeur intrinsèque de nos produits pour disposer d'un espace concurrentiel par rapport à la matière vierge », a conclu le président, Jean-Philippe Carpentier.

MATIÈRES PLASTIQUESLE RECYCLAGE EN CHIFFRES

Si Federec s'apprête à fêter ses 70 ans, le recyclage des matières plastiques est une activité plus jeune qui a débuté dans les années 80. En 2014, 860 000 tonnes de matières plastiques ont été collectées en France et 830 000 t ont pu être recyclées. Ce gisement se partage entre les déchets issus de la collecte sélective (27 % ou 230 000 t) chez des particuliers. De cette collecte, on recueille principalement du PET et du PEhd issus de nos emballages. Les déchets industriels représentent 73 % du gisement (630 000 t). Dans cette catégorie, on retrouve des films en PEhd mais aussi du PP, PS, PVC, et de façon plus marginale, du POM, PA ou PC.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Metron contribue à « l'intelligence énergétique » des industriels

Metron contribue à « l'intelligence énergétique » des industriels

L'entreprise technologique Metron a développé une solution d'intelligence artificielle au service de la performance énergétique. Elle permet à l'industriel de s'inscrire dans l'usine 4.0[…]

25/02/2019 | Génie des procédésZoom
Les coraux digèrent mal l'octocrylène

Les coraux digèrent mal l'octocrylène

Axelera en route pour la phase IV

Axelera en route pour la phase IV

Les micro-organismes d'Agrauxine améliorent la santé des plantes

Les micro-organismes d'Agrauxine améliorent la santé des plantes

Plus d'articles