Nous suivre Info chimie

Feu vert américain pour Bayer-Monsanto

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Les autorités américaines ont accordé leur feu vert pour l’acquisition de Monsanto par Bayer. Cette autorisation comporte toutefois certaines exigences qui sont, de fait, déjà résolues par les propositions de cession à BASF. Bayer estime proche, désormais, la finalisation de cette gigantesque opération.

C'est le bout du tunnel pour le géant allemand. Après presque deux ans de procédures, et à la suite de l’obtention du feu vert européen au printemps (CPH n°837), Bayer vient de recevoir l’approbation américaine pour l’acquisition du mastodonte américain des semences, Monsanto. Le ministère américain de la Justice (DOJ) a officialisé son accord, le 29 mai, et accepté l’idée de cette gigantesque opération évaluée à 66 milliards de dollars. Comme l’UE, les États-Unis ont toutefois assorti ce feu vert de certaines conditions imposantes. Bayer devra céder des actifs d’une valeur d’environ 9 Mrds $ relatifs à certaines activités qui sont en compétition directe avec celles de Monsanto, et éviter que la fusion n’engendre des hausses de prix, des qualités et des choix moindres pour de nombreux produits phytosanitaires et semences, selon le DOJ. Des conditions guère infranchissables désormais, après celles requises par l’Europe, et celles déjà initiées par Bayer, avec notamment les différents projets de cession d’activités au géant mondial et allemand BASF. Il y a à peine un mois était ainsi officialisé un dernier volet portant sur la cession de semences potagères, principalement (CPH n°842). Le DOJ souligne d’ailleurs que ces propositions de cessions à BASF « résoudront toutes les inquiétudes en termes de concurrence ». Bayer n’a pas manqué de se féliciter, dans la foulée, de cette annonce américaine. Le groupe allemand précise avoir désormais obtenu quasiment tous les feux verts réglementaires dans le monde pour procéder à l’acquisition de Monsanto. Cela devrait être très rapide désormais, indique le groupe allemand, ajoutant qu’un délai d’environ encore deux mois serait probablement nécessaire pour la finalisation des cessions proposées à BASF. Quelques jours plus tôt, le 25 mai, la direction de Bayer s’était montrée très optimiste et confiante pour la finalisation rapide de cette gigantesque transaction devant ses actionnaires réunis en assemblée générale annuelle à Bonn, en Allemagne. En parallèle, le groupe a aussi tenté de convaincre ses actionnaires sur deux points : le financement de l’opération et l’équilibre du futur Bayer. Sur le premier point, la direction a souligné que son désengagement progressif, ces dernières années, de Covestro, l’ancienne division chimique Bayer MaterialScience, devrait lui rapporter plus de 15 Mrds € au final, soit 4,5 Mrds € de plus qu’envisagé initialement. D’autre part, les cessions d’activités à BASF, qui ont représenté 2,2 Mrds € de ventes en 2017, génèreront un apport de 7,6 Mrds €. Sur le futur Bayer, la direction estime qu’avec Monsanto, le groupe disposera d’un portefeuille équilibré entre la pharmacie et l’agrochimie, pesant pour un chiffre d’affaires total de l’ordre de 45 Mrds €, selon les données 2017, dont environ 20 Mrds € pour la partie agrochimique (Crop Science). L’acquisition de Monsanto est perçue par le management comme autant attractive aujourd’hui qu’il y a deux ans. La direction en attend des impacts positifs sur le rendement par action dès 2019, avec un rendement en croissance de deux chiffres à partir de 2021. Des synergies d’environ 1,2 Mrd $ par an sont attendues pour l’Ebitda à partir de 2022.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Matériaux : Johnson Matthey étend sa production en Chine

Matériaux : Johnson Matthey étend sa production en Chine

Le groupe Johnson Matthey (JM) a engagé 7,5 millions de livres britanniques (environ 8,3 M€) dans l’extension de capacités de production de composants pour piles à combustible sur son site de Shanghai en Chine. Le[…]

MCA : Nouryon et Atul reçoivent une autorisation pour leur usine en Inde

MCA : Nouryon et Atul reçoivent une autorisation pour leur usine en Inde

Résines photosensibles : Shin-Etsu investit pour sa production en Asie

Résines photosensibles : Shin-Etsu investit pour sa production en Asie

Parfums : Givaudan démarre un site de production en Chine

Parfums : Givaudan démarre un site de production en Chine

Plus d'articles