Nous suivre Info chimie

Feu vert pour la construction de l'unité de Metex à Carling

S.L.

Sujets relatifs :

, ,
Feu vert pour la construction de l'unité de Metex à Carling

© © Jérôme Pallé

Le groupe français vient de boucler le financement nécessaire à son usine de PDO et d'acide butyrique biosourcés qui va ainsi pouvoir être construite sur la plateforme de Carling-Saint-Avold, d'ici à 2020.

Au second semestre 2020, la plateforme chimique de Carling Saint-Avold célèbrera le démarrage de la première unité de production de Metabolix Explorer (Metex), un peu plus de 20 ans après la création de la société par Benjamin Gonzalez, son actuel président. Le parcours a été long et semé d'embûches. Mais désormais toutes les conditions suspensives ont été levées. Metex Nøøvista, la co-entreprise 55/45 entre Metabolic Explorer et Bpifrance - à travers le fonds SPI -, dispose enfin du financement nécessaire pour la construction et l'exploitation de son unité de production de PDO (1,3-propanediol) et d'AB (acide butyrique). La prochaine étape sera maintenant la cérémonie de pose de la première pierre.

Cette installation constituera la première tranche du projet avec une capacité de 6 000 t (5 000 t de PDO et 1 000 t d'AB) et la création de 48 emplois directs. Une deuxième tranche permettant d'augmenter la capacité à 24 000 t/an (20 000 t/an de PDO et 4 000 t/an d'AB) pourrait être mise en oeuvre, un à deux ans après le démarrage de la première. La particularité de l'unité sera de proposer ces composés en version biosourcée à partir de fermentation de glycérine, selon un brevet princeps provenant de l'Inra. Ce projet s'inscrit donc dans le cadre de la transition écologique et « valide la compétitivité économique de nos bioprocédés qui s'inscrivent dans la nécessaire transition écologique en permettant de répondre aux attentes des industriels en quête de performances, de qualité et plus largement de "naturalité" sur les marchés tels que la cosmétique, l'alimentation animale ou l'alimentation humaine », estime Benjamin Gonzalez.

En termes de financement, Metex et le fonds SPI investiront respectivement 17,15 millions d'euros (24,15 M€ en ajoutant la compensation de la redevance au titre de la licence) et 19,75 ME en numéraire sur une période de deux ans afin de couvrir les 37 M€ nécessaires au financement de la première tranche du projet (Capex de 29 M€ ; BFR, contingences et divers frais de démarrage de 8 M€). Ces investissements permettront d'assurer la construction, le démarrage et l'exploitation commerciale de la technologie PDO/AB pour une capacité de 6 000 t annuelle. Les financements nécessaires à l'adaptation du site pour accueillir la première unité de biochimie industrielle (bâtiments, utilités et études) sont assurés par les parties prenantes du projet (notamment le groupe Total, l'État, la région Grand-Est et la Communauté d'agglomération de Saint-Avold Synergie). Le lancement de la seconde tranche de l'usine nécessitera des financements complémentaires.

Cette industrialisation est une bonne nouvelle pour le secteur de la chimie du végétal qui a connu quelques déboires en cette année 2018. À commencer par la société BioAmber, qui avait démarré la production d'acide succinique au Canada, mais a été rayée de la carte cette année. La coentreprise Synvina entre Avantium et BASF vient de tourner court, ce qui retardera les espoirs d'industrialisation de FDCA, matière première du PEF censée concurrencer le PET. Global Bioenergies qui a opté pour une molécule drop in a certes franchi le stade de la démonstration, mais il est toujours en stand-by pour la construction de sa première usine, apparemment en raison des cours du sucre et/ou du pétrole qui ne garantissent pas la compétitivité de son procédé de production d'isobutène biosourcé dont le principal débouché est le marché des carburants. Ceci oblige Global Bioenergies à retourner à la paillasse pour améliorer encore et encore la performance de son procédé.

Pour Metex, les voyants sont déjà passés au vert. Molécule drop in, le propanediol a la chance d'avoir trouvé des marchés, tels que la cosmétique, qui ont l'avantage d'offrir une plus forte valeur ajoutée. DuPont Tate&Lyle a largement ouvert la voie avec son propanediol biosourcé, produit à partir de sucre de maïs. Metex ajoute sa touche, avec un sourcing de matière première garanti non-OGM, qui sera sans doute très apprécié du secteur de la cosmétique.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Amyris en partenariat avec Xinfu

Amyris en partenariat avec Xinfu

Le producteur américain d’ingrédients renouvelables Amyris a paraphé un accord de long terme avec la société chinoise Xinfu. Ce  partenariat concerne la redevance sur la commercialisation[…]

07/01/2019 | Chimie verteChimie verte
L'ACDV accueille deux nouveaux adhérents

L'ACDV accueille deux nouveaux adhérents

Neste engage 1,4 Mrd € à Singapour

Neste engage 1,4 Mrd € à Singapour

Total Corbion PLA démarre en Thaïlande

Total Corbion PLA démarre en Thaïlande

Plus d'articles