Nous suivre Info chimie

Fibres de carbone made in France

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Le dernier-né d'Airbus a pris son envol. Le 30 septembre, l'A350-900 a reçu sa certification européenne.

Le constructeur entrevoit désormais les premières livraisons de sa gamme A350 XWB sur laquelle il a énormément misé et qui a déjà engrangé 750 commandes dans le monde. Si la production va démarrer doucement, Airbus prévoit une cadence de 10 appareils par mois à l'horizon 2018. Un horizon identique à celui visé par l'Américain Hexcel pour produire en France des fibres de carbone. Spécialiste des matériaux composites pour l'aéronautique (mais aussi l'éolien), Hexcel ne compte pas rater la montée en puissance de la production d'avions commerciaux dont les structures utilisent de plus en plus de fibres de carbone. Une révolution entamée ces dernières années avec le B787 de Boeing, et à laquelle Airbus a essentiellement répliqué avec son A350 qui est lui aussi composé de plus de 50 % de matériaux composites. Et au vu de la demande en appareils pour nourrir la croissance du trafic aérien mondial, le filon a de l'avenir.


« Hexcel annonce un investissement de 200 M€ »

 
Cette opportunité industrielle n'échappe pas, pour une fois, à l'industrie chimique en France. Même sans gaz de schiste, le territoire hexagonal peut donc se montrer attractif. Bien sûr la présence d'Airbus et d'une multitude de sous-traitants aéronautiques sur le territoire est un atout majeur pour un acteur comme Hexcel. Lequel voit donc les choses en grand et annonce un investissement de 200 millions d'euros, avec 120 créations d'emplois à la clé, sur la plateforme chimique Les Roches-Roussillon dans l'Isère. Plateforme qui regroupe déjà une quinzaine d'acteurs de la chimie et offre une mutualisation des équipements gérés par le GIE Osiris. Elle présente également l'avantage d'être à proximité de deux usines d'Hexcel, à Avenières (Isère) pour le tissage carbone, et à Dagneux (Ain) pour l'imprégnation de nappes et de tissus carbone. Le projet se décline en deux points. À partir de mi-2015, Hexcel construira une usine de polyacrylonitrile (PAN), précurseur indispensable aux fibres de carbone, puis une ligne de fabrication de fibres de carbone. Ce projet va permettre de « compléter notre intégration verticale en Europe pour la production de matériaux composites », se réjouit Thierry Merlot, vice-président et directeur général Europe, Asie et Moyen-Orient du groupe. Très présent aux États-Unis, où l'industrie aéronautique produit aussi des avions en masse, Hexcel va pouvoir ainsi compléter son offre pour l'aéronautique en Europe où il dispose surtout d'usines de pré-imprégnés (Allemagne, Royaume-Uni, Autriche, Espagne et France) pour une seule usine de fibres de carbone à Illescas, en Espagne. Mais l'avantage crucial du projet isérois est qu'il lui permettra d'établir sa première base de PAN en Europe.


L'indépendance en matériaux précurseurs sur le sol européen a aussi largement motivé Toray. Le groupe japonais, géant mondial des fibres de carbone, a pris un peu d'avance sur Hexcel puisqu'il vient d'inaugurer sa première usine européenne de PAN sur la plateforme de Lacq (Pyrénées-Atlantiques). Après deux ans de travaux et plus de 100 M€ investis, Toray dispose d'une production de fibres de carbone intégrée en France en alimentant directement en PAN son usine voisine d'Abidos. Devenu indépendant de la fourniture de précurseurs depuis le Japon, Toray exportera même du PAN vers ses sites de fibres de carbone en Corée du Sud. Selon le groupe japonais, la demande mondiale de fibres de carbone fabriquées à partir de PAN a dépassé les 40 000 t/an l'an dernier, et est promise à une croissance annuelle de 15 %. De quoi nourrir d'autres ambitions d'investissements. De quoi faire rêver la chimie en France.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Édito] : Total garde (pour le moment) Cray Valley

[Édito] : Total garde (pour le moment) Cray Valley

Cray Valley n’est pas à vendre. C’est Total qui l’a affirmé par voie de communiqué, le 21 octobre dernier, pour faire taire des rumeurs lancées par l’organisation syndicale CFDT. En[…]

[Édito] : Quand l’industrie chimique craint un Reach bis…

[Édito] : Quand l’industrie chimique craint un Reach bis…

[Édito] : La génomique célébrée chez les autres

[Édito] : La génomique célébrée chez les autres

Chimie européenne : Amélioration possible en fin d’année

Chimie européenne : Amélioration possible en fin d’année

Plus d'articles