Nous suivre Info chimie

Fin de la première phase sur les garanties financières

Aurélie Dureuil

Sujets relatifs :

, ,
Fin de la première phase sur les garanties financières

Les cuves de rejets doivent être prises en compte dans le calcul des garanties financières.

© Axyntis - Synthexim

Issue de la loi Risques de 2003, la directive sur les garanties financières entre en application d'ici à la fin de l'année. Chacun prépare ses calculs et ses modes de financement.

Les industriels ont jusqu'au 31 décembre pour rendre leur copie. La première phase de la directive sur les garanties financières de mise en sécurité s'achève. « Il s'agit de la loi Risques, dite loi Bachelot de juillet 2003. Elle prévoit que l'État dispose de garanties financières pour subvenir aux entreprises qui seraient en difficultés économiques dans le but de sécuriser un site d'exploitation », détaille Christophe Gosselin, directeur du département Santé sécurité environnement (SSE) de l'Union des industries chimiques (UIC) Île-de-France. L'objectif est de couvrir une potentielle défaillance économique au moment de la cessation d'activité afin que des sites industriels dangereux ne soient pas laissés à l'abandon avec des produits chimiques inflammables ou explosifs notamment. Christophe Gosselin cite les exemples de « Metaleurop en 2003 et en île-de-France LGD et Citron en Normandie pour lesquels l'État a dû intervenir. Pourtant, il s'agit aujourd'hui d'une charge financière supplémentaire pour toutes les entreprises afin d'assurer les possibles agissements de quelques exploitants ». Le décret d'application, paru en mai 2012, a lancé le début de l'application de cette loi. Ces garanties ne sont débloquées qu'à la fermeture du site « si et seulement si l'exploitant n'a pas les moyens financiers d'assurer cette mise en sécurité », précise l'UIC IdF.

Un calcul en cinq étapes Les calculs du montant de la garantie financière relative aux risques économiques doivent être déposés auprès des préfectures, d'ici au 31 décembre. « En Île-de-France, la plupart de nos adhérents sont concernés », témoigne le dirigeant SSE de la section régionale de l'UIC. Et pour cette première étape, des zones de flou persistent. « Jusqu'à présent, le principe de cumul totalité du site s'appliquait. Cela signifie que si une seule installation du site est concernée, tout le site doit être pris en compte. Le calcul peut donc monter très vite. Cependant, fin octobre, nous avons reçu l'information que la DGPR écrit une circulaire qui pourrait réduire le champ. Seules les installations connexes à celle concernée pourraient être prises en compte. Cela réduirait considérablement le calcul à la baisse », souligne le directeur SSE de l'UIC IdF.

L'organisation professionnelle conseille donc à ses adhérents « d'être prêts, mais il est peut-être urgent d'attendre pour déposer les calculs auprès des préfectures ». Pour le calcul, cinq éléments doivent être inclus. Le premier concerne la gestion des produits dangereux et des déchets. Pour ce premier point, les exploitants peuvent exclure les produits et intermédiaires à valeurs marchandes qui pourront être vendus. De ce fait, il reste essentiellement les déchets. « Nous devons estimer le tonnage des déchets ainsi que le coût de leur destruction en tenant compte du transport », indique Emmanuel Huet, directeur HSE d'Axyntis qui précise : « Nous travaillons en flux tendu sur nos sites, nous avons donc très peu de stocks de matières premières ». Le deuxième élément de calcul concerne la neutralisation des cuves enterrées présentant un risque d'explosion ou d'incendie. Le troisième élément à prendre en compte est la limitation des accès au site. « Je doute qu'il y ait beaucoup de sites sans clôture. Afin de réduire le calcul, nous conseillons à ceux qui n'en auraient pas d'en installer afin de ne pas les comptabiliser pour les garanties financières », précise Christophe Gosselin. Le quatrième point est relatif au contrôle des effets de l'installation sur l'environnement. Là encore, l'UIC IdF conseille « d'installer d'ores et déjà des piézomètres pour la surveillance des eaux souterraines », selon le dirigeant. C'est le cas d'Axyntis. « Nos sites sont déjà clôturés et disposent de piézomètres. Nous connaissons de plus les coûts de prélèvements et d'analyse pour l'estimation. Ainsi, nous devrions être sous la barre des 75 000 euros pour cinq de nos sites. Nous sommes en phase de calcul pour le site Calaire Chimie que nous avons acquis le 1er novembre. Nous l'estimons supérieur à 500 000 € », souligne Emmanuel Huet. Enfin, le point le plus coûteux selon l'organisation professionnelle : le gardiennage du site. « L'exploitant doit évaluer les besoins du site selon sa taille, sa configuration, sa localisation, etc. Il faut prévoir une période de six mois, durée nécessaire estimée pour la mise en sécurité du site », indique Christophe Gosselin.

Constituer la réserve financière Ensuite, les industriels devront constituer le montant avec un premier versement au 1er juillet 2014 pour les sites ICPE* et 1er juillet 2017 pour les autres sites. Seule dérogation, les sites dont le montant de la garantie n'excède pas 75 000 € sont exemptés de provisionner la somme concernée. A l'inverse, les nouveaux sites devront constituer la totalité du montant pour la première échéance de juillet 2014. C'est ce qui arrive à Extract Ecoterres, filiale de Vinci Construction France spécialisée dans la valorisation des sédiments et terres polluées. « Nous voulons étendre notre activité avec la création d'un centre de traitement des sédiments et terres polluées », indique Pascal Reyz, directeur administratif d'Extract Ecoterres. La société qui compte 35 personnes a déjà passé les étapes d'enquête publique pour installer son activité sur un site de 3 hectares en Île de France. « Nous prévoyons de traiter 230 000 à 250 000 tonnes par an de sédiments et terres polluées. Pour cela, nous allons embaucher 10 à 15 personnes. Nous devrions avoir les premières autorisations en fin d'année 2013 pour une ouverture au printemps prochain », ajoute-t-il. Et nouveauté réglementaire oblige, la société a calculé le montant des garanties financières en cas de défaillance économique. « Notre premier calcul s'élève à 4,3 M€ pour l'ouverture d'un site qui nécessite un investissement de 2 M€. Il s'agit d'une formule très complexe à laquelle nous devons nous conformer avant même de commencer à exploiter », note Pascal Reyz. Le calcul devra ensuite être réactualisé tous les cinq ans ou en cas de modification des installations concernées.

(*) Installations classées pour la protection de l'environnement

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Pyrowave recycle le polystyrène avec des micro-ondes

Pyrowave recycle le polystyrène avec des micro-ondes

Créée en 2014, la société canadienne Pyrowave s'est attaquée au recyclage du polystyrène. Basé sur l'utilisation des micro-ondes, son procédé permet de[…]

01/06/2020 | PolystyrèneZoom
Le captage et le stockage du CO2 font un pas en avant

Le captage et le stockage du CO2 font un pas en avant

Des micro-algues pour une troisième génération de biocarburants

Des micro-algues pour une troisième génération de biocarburants

Les soudières françaises entament leur démarche de transition énergétique

Les soudières françaises entament leur démarche de transition énergétique

Plus d'articles