Nous suivre Info chimie

abonné

France Relance : 100 milliards pour sortir de la crise

Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

France Relance : 100 milliards pour sortir de la crise

© France Relance

Après le plan d’urgence de 470 milliards d’euros, déployé pendant le confinement pour faire face au lockdown planétaire qui a plongé nos économies dans la récession ; après le plan de résistance qui a pris la forme de soutiens sectoriels pour des industries gravement menacées, comme l’automobile ou l’aéronautique, voici France Relance. Validé le jeudi 3 septembre en Conseil des ministres, le plan de relance bénéficiera bien d’un financement de 100 Mrds € sur deux ans - dont 40 Mrds € apportés par l’Europe - pour accélérer la transformation du pays et bâtir une France « compétitive et souveraine » à l’horizon 2030. Et alors que l’on s’écharpe déjà sur le « trop » ou le « pas assez », le Premier ministre Jean Castex a assuré que, « rapporté à la richesse nationale, c’est le plan le plus massif des grands pays européens ». On fait donc mieux que l’Allemagne. Reste que pour donner des résultats – comme la création de 160 000 emplois dès 2021 selon Jean Castex – cet argent devra être disponible rapidement, et surtout être bien dépensé. C’est la raison pour laquelle il se décline en trois volets que l’on peut résumer de la façon suivante : transition écologique, compétitivité et cohésion sociale et territoriale.

Nicolas Hulot en aurait rêvé, mais c’est Barbara Pompili qui l’a fait, puisqu’un montant de 30 Mrds € est consacré à la transition écologique. « On a plus que doublé les investissements consacrés à l’environnement », s’est enthousiasmé le Premier ministre. La rénovation énergétique des bâtiments empoche 6,7 Mrds €, contre 2 Mrds € pour l’hydrogène vert (7 Mrds € sur 10 ans). Mais le transport, l’agriculture, les forêts, la biodiversité, le bien-être animal… ne sont pas en reste. S’il n’y a pas d’aide directe aux industriels de la chimie dans ce premier volet, la transition écologique est déjà pour eux un formidable marché, avide de matériaux et composants innovants pour l’isolation thermique, la production d’énergies renouvelables ou la pratique d’une agriculture plus durable.

Néanmoins, c’est surtout le volet compétitivité, qui cache « le réarmement de l’industrie », en particulier des TPE/PME. Son budget s’élève à 35 Mrds €, avec 20 Mrds € sur deux ans consacrés à la baisse des impôts de production, et 1 Mrd € pour des projets de relocalisation. C’est justement pour illustrer ce dernier point que le Président Emmanuel Macron était en visite chez Seqens à Villeneuve-La-Garenne (92), le 28 août 2020. Le montant sera alloué par le biais « de subventions directes sous forme d’appels à projets ». Parmi les principaux bénéficiaires, la santé (dont les matières actives pharmaceutiques) et l’agroalimentaire sont[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

La Fipec a pu tenir son assemblée générale en ‘présentiel’

La Fipec a pu tenir son assemblée générale en ‘présentiel’

La Fipec, association qui représente le secteur des industries des peintures, encres, couleurs, colles, adhésifs et préservation du bois, a tenu son assemblée générale le 18 septembre 2020, dans le[…]

22/09/2020 | Conjoncture
Covid-19 : les biocarburants subissent la crise

Covid-19 : les biocarburants subissent la crise

BASF a repris sa place de n°1 mondial en 2019

BASF a repris sa place de n°1 mondial en 2019

Le secteur de la Chimie salue le plan de relance

Le secteur de la Chimie salue le plan de relance

Plus d'articles