Nous suivre Info chimie

Fronde grandissante chez Syngenta

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

La grogne s'amplifie. Certains actionnaires de Syngenta tapent de plus en plus fort du poing sur la table, décriant des orientations stratégiques confuses et un management pas à la hauteur pour l'avenir du groupe. Dans une lettre publiée le 18 janvier dans le journal suisse Basler Zeitung, une alliance d'actionnaires, revendiquant représenter 10 % du capital de Syngenta, a indiqué clairement qu'elle s'opposait à une cession au groupe chinois ChemChina, et réclame le renouvellement des membres du comité exécutif. Le porte-parole de cette alliance se nomme Folke Rauscher, un ancien de la direction financière de Daimler, actuel directeur général de l'agence de communication financière Bluechip, et partenaire au sein du cabinet financier Blättchen et Partner. Dans cette lettre, consultable sur le site internet www.critical-syngenta-shareholders.com créé ces derniers mois par ces actionnaires en colère, il porte de violentes charges contre le comité exécutif. Dans les grandes lignes, est reproché un manque de résultats depuis 2011, après pourtant 10 belles années de développement de Syngenta, créé via la fusion des activités agrochimiques de Novartis et d'AstraZeneca. Pire, la rude conjoncture actuelle sur les marchés agricoles pourrait perdurer. Folke Rauscher craint ainsi que le géant suisse ne devienne sous-performant face à ses concurrents directs, eux-mêmes en difficulté.

 

« De violentes charges contre le comité exécutif »
 

Le rejet de l'offre de Monsanto a aussi beaucoup divisé . Certes, cette fusion n'était pas favorisée par les actionnaires en raison du profil peu apprécié du groupe américain par le grand public européen. Mais passer à côté d'un deal de 47 milliards de dollars, potentiellement juteux en termes de bénéfices, a fortement déplu. Depuis l'abandon de l'offre Monsanto, qui serait toutefois revenu discrètement à la table des négociations, Folke Rauscher pointe des signes alarmants suggérant une fébrilité stratégique des dirigeants de Syngenta. Comme l'éviction cet automne du p-dg Michael Mack. Comme les changements de position dans les médias de Michel Demaré, le président de Syngenta, qui a finalement reconnu après l'épisode Monsanto que le groupe ne pourrait sans doute plus survivre seul. Autre grief : les dirigeants de Syngenta auraient manqué d'habileté pour nouer un accord avec un autre américain, DuPont, avec qui ils discutaient à l'automne. Mais « qui voudrait fusionner avec un groupe qui ne croit plus en lui-même ? », assène Folke Rauscher. L'option est aujourd'hui enterrée avec la méga fusion Dow-DuPont, qui va aboutir à la naissance du n° 1 mondial de l'agrochimie.
 

Ces revirements semblent avoir conduit à la possibilité, la plus avancée, d'un rachat par ChemChina. Un profil de repreneur qui ne passe pas bien. « On peut légitimement se demander si le comité exécutif a vraiment réfléchi aux conséquences de nationaliser Syngenta en le cédant à une entreprise contrôlée par un État communiste ? », s'affole Folke Rauscher, qui insinue qu'une telle opération pourrait mener à « une distorsion de la concurrence au détriment des intérêts privés ».
 

Ce groupe d'actionnaires juge que le comité directeur a « perdu foi dans la survie de l'entreprise en tant qu'entité indépendante et autonome », mais qu'il est incapable de « proposer la moindre alternative ». Ainsi, le comité exécutif « se trouverait dans un cul-de-sac, et n'a plus la force de s'en extirper de lui-même ». Ce qui aboutirait à la nécessité de mener un remaniement du comité dès la prochaine assemblée générale annuelle, prévue le 26 avril. La direction de Syngenta n'a pas encore réagi. Mais les prochaines semaines pourraient être agitées du côté du géant suisse.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

RSE : Croda obtient le statut Platine d’EcoVadis

RSE : Croda obtient le statut Platine d’EcoVadis

Le chimiste britannique Croda vient de recevoir une certification Platine remise par la plateforme d’évaluation des performances de responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) EcoVadis.  Cette distinction[…]

Merck confirme son virage dans l’électronique

Merck confirme son virage dans l’électronique

Toray équipe les rovers en voyage sur Mars avec ses fibres composites

Toray équipe les rovers en voyage sur Mars avec ses fibres composites

Des pneus robustes et plus verts pour Bridgestone, Arlanxeo et Solvay

Des pneus robustes et plus verts pour Bridgestone, Arlanxeo et Solvay

Plus d'articles