Nous suivre Info chimie

Hexcel mise sur la France

Julien Cottineau
Hexcel mise sur la France

© Hexcel

Les investissements dépassant les dizaines de millions d'euros dans la chimie en France sont rares. Au-delà de la barre de la centaine, c'est de l'ordre de l'exceptionnel. Quatre ans après l'annonce du projet (CPH n°691) et trois ans après la pose de la première pierre (CPH n°719), Hexcel vient de finaliser son gigantesque projet européen et français sur la plateforme chimique Osiris des Roches-Roussillon, en Isère. L'Américain a investi 200 M€ pour implanter cette usine, précisément à Salaise-sur-Sanne. Sur 15 hectares, le groupe a construit une unité de fibres de carbone et une unité de polyacrylonitrile (PAN), indispensable précurseur. Il s'agit du tout premier complexe PAN/fibres de carbone pour Hexcel en dehors du sol américain.

L'objectif principal du projet réside dans les débouchés pour l'aéronautique. Un marché particulièrement dynamique avec la demande mondiale toujours croissante d'appareils, et avec les besoins en matériaux composites pour alléger les avions et les rendre moins gourmands en kérosène, et donc plus rentables. D'ailleurs, depuis le lancement du projet, Hexcel a déployé de solides liens avec certains constructeurs aéronautiques, et est impliqué dans les programmes de l'A350 XWB d'Airbus ou du moteur Leap de CFM International. Dès le démarrage de l'usine, le groupe a ainsi déjà obtenu certaines certifications aéronautiques. En termes d'emplois, la finalisation du projet a permis la création de 120 postes, portant les effectifs de l'Américain à 1 200 salariés en France, sur un total de 6 200 dans le monde.

« 200 M€ pour implanter un complexe PAN/fibres de carbone »

Cette implantation en Auvergne-Rhône-Alpes est loin d'être anodine. Cette usine d'Hexcel est à la fois proche de ses clients aéronautiques mais aussi de ses autres sites industriels français. D'ailleurs, 1 000 employés du groupe sont basés dans la région. À Dagneux, dans l'Ain, est implantée une usine de pré-imprégnés et de fibres de carbone. Aux Avenières, en Isère, Hexcel détient la plus grande usine de tressage de fibres de carbone en Europe. Ce site fait l'objet d'un renforcement capacitaire qui devrait s'achever début 2019 (CPH n°778). C'est à peu près au même moment que le groupe américain prévoit de mettre en service un centre de R&D aux Avenières. Le bâtiment de 3 500 m2 aura nécessité un investissement d'une dizaine de millions d'euros et hébergera une cinquantaine de chercheurs. Selon un porte-parole, le nouveau centre rassemblera des chercheurs actuellement en fonction dans le laboratoire de procédés mais permettra aussi des embauches. Le futur centre se focalisera sur les nouveaux procédés et sur les technologies hors autoclave. Selon Thierry Merlot, président Aerospace Europe/Asie-Pacifique/Moyen-Orient/Afrique d'Hexcel, le groupe « entre dans une phase très active de recherche et développement afin de mettre au point des matériaux et des procédés de nouvelle génération pour les moteurs et les avions de demain ».

En plus de sa croissance organique, Hexcel investit en croissance externe en France. L'an dernier, il a ainsi mis la main sur Structil, un spécialiste français de matériaux composites pour l'aéronautique, la défense et l'industrie, dont l'usine de Vert-Le-Petit (Essonne) produit des pré-imprégnés, des adhésifs structuraux, et des profilés en composite par pultrusion (CPH n°807). Hexcel a, par ailleurs, signé un accord au printemps avec Arkema pour constituer un laboratoire commun, toujours en France, afin de développer des rubans composites thermoplastiques pour des pièces de structures primaires dans les avions de nouvelle génération (CPH n°838). L'ensemble de ces projets laisse penser qu'Hexcel nourrit une vision durable pour ses activités et investissements en France.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Lanxess va investir 200 M€ pour consolider sa position dans les retardateurs de flamme

Lanxess va investir 200 M€ pour consolider sa position dans les retardateurs de flamme

Le chimiste basé à Cologne (Allemagne) a annoncé un plan d'investissement de 200 millions d'euros sur les trois prochaines années pour renforcer sa position sur le secteur des retardateurs de flammes. «[…]

17/12/2018 | SpécialitésChimie
Perstorp cède sa filiale Capa à Ingevity pour 590 M€

Perstorp cède sa filiale Capa à Ingevity pour 590 M€

Toray investit en Malaisie pour ses résines ABS

Toray investit en Malaisie pour ses résines ABS

BASF démarre la production du fongicide Revysol aux États-Unis

BASF démarre la production du fongicide Revysol aux États-Unis

Plus d'articles