Nous suivre Info chimie

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

,
Le temps des développements industriels débridés est clairement arrivé à son terme ».

Le temps des développements industriels débridés est clairement arrivé à son terme ». Cette citation pourrait être signée d'un représentant des pays développés à l'adresse des nations en voie de développement au Sommet de Copenhague. Mais elle est tirée de l'éditorial du 8 décembre du Bangkok Post, quotidien économique thaïlandais. L'écho aux débats dans la capitale danoise est (peut-être) fortuit car la citation s'applique ici à la crise qui sévit à Map Ta Phut, en Thaïlande. Considéré comme le 8e plus gros hub pétrochimique au monde, ce gigantesque site industriel se trouve aujourd'hui en partie paralysé. Suite à une plainte de l'ONG Stop Global Warming Association, un tribunal administratif régional avait mis 76 projets industriels en suspens fin septembre. Début décembre, la Cour suprême administrative thaïlandaise a confirmé un jugement similaire, largement en défaveur des industriels. Onze projets seulement ont été autorisés à reprendre leur progression. Selon la Fédération des industries thaïlandaises (FTI), les projets suspendus représentent 260 milliards de baht (5,3 Mrds €) de chiffre d'affaires annuel pour leurs promoteurs. Et leur arrêt menacerait plus de 37 000 ouvriers. L'objet du procès concerne la nécessité pour tout nouveau projet industriel de mener et de faire approuver un contrôle de son impact sur la santé (Health Impact Assessment, HIA). Comme le requiert la nouvelle constitution thaïlandaise publiée en 2007. Avant, les industriels devaient simplement obtenir l'approbation d'un contrôle sur l'impact environnemental. En 2007, peu

« Des menaces lourdes
sur les investissements
étrangers »

de gens ont pris connaissance du changement D'où un cafouillage et les retards actuels pour une mise en conformité. Stop Global Warming Association, qui se bat
contre les pollutions industrielles, a sauté sur l'occasion. À Map Ta Phut, l'ONG estime que plus de 2 000 personnes sont mortes de cancers liés aux pollutions ces dernières années, et que les taux de substances carcinogènes sont bien au-dessus des seuils tolérés. Après cette première victoire, l'organisation scrute 181 autres projets industriels dans toute la Thaïlande.
Les 65 projets suspendus à Map Ta Phut affectent surtout les groupes thaïlandais. 18 des 20 projets de Siam Cement, essentiellement en pétrochimie, sont visés, gelant des investissements de plus de 1,17 Mrd €. Thai Plastics and Chemicals s'inquiète pour deux nouvelles lignes de polychlorure de vinyle (PVC) et pour deux unités de chlorure de vinyle monomère (VCM). La décision de justice touche aussi de nombreux groupes étrangers, le plus souvent implantés à Map Ta Phut en coentreprise. C'est le cas de Solvay avec Vinythai, pour qui la décision retarderait l'extension d'unités de chlore et de chlorure de vinyle. D'autres acteurs comme Bayer, Dow, ou les Japonais Mitsui, Asahi Kasei, Marubeni et Ube sont impactés. Les menaces qui pèsent ainsi sur l'économie locale et sur les investissements étrangers sont lourdes. Les industriels devraient se pourvoir en appel rapidement. Tandis que le gouvernement thaïlandais tente de trouver une parade pour que la reprise des projets s'effectue en moins de 45 jours. Car aujourd'hui, la FTI considère que le délai d'obtention d'un HIA est de 14 mois. Certains des projets suspendus devaient démarrer leurs productions début 2010… En attendant, le Bangkok Post estime qu'il est temps que « le business, le gouvernement et les résidents locaux coopèrent pour des projets industriels responsables ». Comme quoi, la conscience environnementale n'est pas l'apanage du Nord. Et le Sud n'est peut-être pas prêt à tout accepter en matière de HSE pour poursuivre son développement.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Ineos construira un vapocraqueur en Europe

Ineos construira un vapocraqueur en Europe

Pour une fois, cela va arriver près de chez nous. Pour une fois, ce ne sera pas outre-Atlantique, même si le projet est aussi motivé par les gaz de schiste. Cela, c'est un gigantesque projet pour lequel Ineos va engager[…]

09/07/2018 | PétrochimieEdito Hebdo
L'ACC inquiète d'une guerre commerciale

L'ACC inquiète d'une guerre commerciale

Monsanto se fond dans Bayer

Monsanto se fond dans Bayer

Reach est loin d’être fini

Reach est loin d’être fini

Plus d'articles