Nous suivre Info chimie

Ineos avance sur son passage à l'éthane américain en Europe

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Le pétrochimiste européen continue de progresser sur son complexe écossais pour la construction d'un gigantesque site de stockage d'éthane, tandis qu'en Asie les deux premiers des huit navires commandés pour l'acheminement d'éthane américain vers l'Europe sont en cours de finalisation.

Tandis que le gaz de schiste ne dépasse toujours pas le stade de chimère en Europe, Ineos avance. Le géant européen est dans les temps pour préparer sa révolution et devenir l'un des opérateurs pétrochimiques les plus avantagés et avantageux sur le Vieux continent, avec des productions d'oléfines qui seront pour partie produites à partir d'éthane américain bon marché. Les premières livraisons d'éthane sont prévues pour le second semestre 2016. À terme, Ineos prévoit d'importer 800 000 tonnes par an d'éthane depuis les États-Unis. Pendant une durée d'au moins 15 ans. Pionnier dans ce projet d'importation en Europe de matières premières issues des gaz de schiste américain, Ineos a engagé un investissement global d'environ 1 milliard de dollars dans l'ensemble du projet.
 

Le 10 juillet, il célébrait l'ajout du toit sur son futur site de stockage d'éthane sur son gigantesque complexe écossais de Grangemouth. Complexe qui est en passe de revenir « dans la première division des usines pétrochimiques », s'est réjoui à l'occasion John Mc Nally, p-dg d'Ineos Olefins et Polymers UK. Le réservoir de 56 mètres de diamètre et de 44 m de haut pourra contenir 60 000 m3 d'éthane. Les principaux éléments de structure externe sont ainsi installés, et les travaux pour les finitions et l'aménagement intérieur démarrent. Le projet s'inscrit dans le vaste plan de survie de 450 millions de livres, initié en 2014 après un lourd bras de fer avec les syndicats et les collectivités en 2013, destiné à moderniser Grangemouth et le repositionner comme un complexe pétrochimique leader en Europe.
 

Depuis le lancement de son projet de craquer en Europe de l'éthane américain, Ineos a initié également la construction de deux vastes terminaux d'éthane à Grangemouth et à Rafnes, en Norvège, où les capacités de stockage d'éthane sont aussi renforcées. Le groupe a aussi sécurisé ses apports futurs d'éthane aux États-Unis avec un accès à un pipeline reliant le bassin de Marcellus en Pennsylvanie au terminal de Marcus Hook, près de Philadelphie.
 

Enfin, Ineos avance sur l'accès à sa flotte de transporteurs maritimes d'éthane. Mi-juillet, à Qidong en Chine, le groupe a organisé le baptême des deux premiers navires construits rapporte Chemical Week. Le JS Ineos Insight et le JS Ineos Ingenuity devaient quitter la Chine à partir du 17 juillet et devraient atteindre les États-Unis d'ici un mois. Il s'agit des deux premiers navires sur les huit prévus. Ces transporteurs de la classe des « Dragon ships » disposent de capacités de 27 500 m3 d'éthane liquéfié. Construits pas des promoteurs chinois, ils sont la propriété du groupe danois Evergas, responsable de leur design, et qui les loue à Ineos. Chemical Week indique que les navires représentent un coût unitaire de 60 à 65 M$.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Polariseurs LCD : LG Chem conclut un accord avec Shanshan

Polariseurs LCD : LG Chem conclut un accord avec Shanshan

  Le groupe coréen LG Chem a annoncé la signature d’un contrat conditionnel avec la société chinoise Ningbo Shanshan. Cet accord porte sur la vente d’une partie de l’activité de[…]

Accident industriel : LG Polymers India sommé d’évacuer son stock de styrène

Accident industriel : LG Polymers India sommé d’évacuer son stock de styrène

Fuite de gaz sur le site de LG Polymers India

Fuite de gaz sur le site de LG Polymers India

Empreinte environnementale : Total vise la neutralité carbone pour 2050

Empreinte environnementale : Total vise la neutralité carbone pour 2050

Plus d'articles