Nous suivre Info chimie

Ineos se prépare à exploiter de l'éthane issu du gaz de schiste américain

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

Rafnes en Norvège d'un côté, Grangemouth en Écosse de l'autre. Ces deux sites du géant pétrochimique européen sont en pleine mutation pour exploiter à court terme de l'éthane issu des gaz de schiste américain.

Localement, Ineos a fait part de l'avancement de ces deux projets. A Rafnes, Reuters rapporte que la direction du site a fait état d'un investissement global d'environ 160 millions de dollars (environ 120 M€). Comme prévu, le groupe a bien démarré les travaux pour la construction de capacités de stockage supplémentaires et les infrastructures qui lui permettront d'importer par bateau du gaz liquéfié depuis les États-Unis. Mais cette enveloppe d'investissements englobe aussi la construction d'un 12e four de craquage sur le vapocraqueur norvégien. D'ici fin 2015, les capacités seraient ainsi portées de 570 000 à 620 000 tonnes par an. Le projet est d'autant plus crucial pour Ineos que Rafnes devrait servir de modèle pour les projets à Grangemouth. Sur le site écossais, finalement sauvé après des mois de menaces de fermeture, les capacités de stockage d'éthane liquéfié importé des États-Unis devraient être deux fois plus grandes que celles installées à Rafnes, a indiqué le groupe à la presse d'outre-Manche. Sur l'enveloppe de 300 M£ (environ 360 M€) d'investissements prévus pour la refonte du complexe pétrochimique de Grangemouth, 125 M£ seraient injectés pour cette cuve de stockage qui pourrait être la plus grosse en Europe lors de sa mise en service en 2016. En plus des infrastructures à construire pour accueillir les bateaux importateurs d'éthane américain, Ineos va investir dans la conversion et modernisation du vapocraqueur de 700 000 t/an, déjà sur base gaz (éthane et propane). Le groupe estime qu'en 2016, il pourrait ainsi tourner à pleine charge alors qu'il tourne au ralenti ces derniers mois en raison de la faiblesse des apports en gaz issus des gisements de Mer du Nord. La direction estime que ce vapocraqueur pourra consommer 400 000 t/an d'éthane américain par an dès 2016, rapporte The Scotsman.

Fermetures d'unités à Grangemouth

Ineos s'apprête aussi à fermer définitivement des unités de son complexe écossais. Le plus petit des vapocraqueurs, le G4 d'une capacité de 340 000 t/an selon Platts, sera fermé d'ici 2015. Idem pour une unité de benzène. La presse britannique avance également la fermeture d'une unité de butadiène. Du côté des effectifs, la direction n'a pas encore été très claire. Alors que les syndicats craignent des coupes de plus de 200 salariés, les suppressions de poste ne devraient pas dépasser les 50, affirme pour l'heure la direction aux médias britanniques.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Polariseurs LCD : LG Chem conclut un accord avec Shanshan

Polariseurs LCD : LG Chem conclut un accord avec Shanshan

  Le groupe coréen LG Chem a annoncé la signature d’un contrat conditionnel avec la société chinoise Ningbo Shanshan. Cet accord porte sur la vente d’une partie de l’activité de[…]

Accident industriel : LG Polymers India sommé d’évacuer son stock de styrène

Accident industriel : LG Polymers India sommé d’évacuer son stock de styrène

Fuite de gaz sur le site de LG Polymers India

Fuite de gaz sur le site de LG Polymers India

Empreinte environnementale : Total vise la neutralité carbone pour 2050

Empreinte environnementale : Total vise la neutralité carbone pour 2050

Plus d'articles