Nous suivre Info chimie

Inovyn construit une unité de KOH à Anvers

J.C.

Sujets relatifs :

, ,
Inovyn construit une unité de KOH à Anvers

Site d’Anvers/Lillo d’Inovyn

L'actuelle coentreprise rassemblant les actifs chloro-vinyliques de Solvay et Ineos va investir en Belgique. Sur son site d'Anvers/Lillo, Inovyn a lancé un projet de construction d'une unité de production d'hydroxyde de potassium (KOH), un co-produit du chlore. Le montant de l'investissement n'a pas été précisé mais devrait représenter quelques dizaines de millions d'euros, selon le groupe. L'unité disposera de capacités de 160 000 tonnes par an.

 

Une mise en service en 2017
 

Selon Inovyn, les travaux préparatoires ont déjà démarré puisque les premiers coups de pioche ont été donnés, que les infrastructures sur le site sont en cours d'installation et que les équipements principaux ont déjà été livrés. La mise en service est ainsi envisagée dès 2017. C'est à cette date qu'Inovyn doit notamment cesser d'être alimenté en KOH par International Chemicals Investors Group (ICIG) et plus précisément par sa filiale Vynova qui regroupe des actifs chloro-vinyliques acquis auprès de Solvay et Ineos lors de la constitution d'Inovyn. Actuellement, Vynova produit en partie à façon du KOH pour Inovyn, qui ne dispose d'aucune ligne de production de KOH à ce jour, depuis l'unité située à Tessenderlo en Belgique. Mais ce site dispose d'infrastructures basées sur une électrolyse à mercure, qui ne pourront plus produire de la sorte à partir de fin 2017 en respect de la législation européenne qui requiert l'utilisation de l'électrolyse membranaire pour les productions de chlore. De son côté, Inovyn dispose sur le site d'Anvers/Lillo d'une électrolyse à membrane, d'une capacité de 350 000 tonnes par an, qui a été convertie récemment. Le site comporte aussi une autre électrolyse, plus petite et à mercure, qui sera soit convertie soit arrêtée d'ici à 2017. La conversion des électrolyses est un sujet fondamental pour les producteurs de chloro-vinyliques. Début septembre, Inovyn a d'ailleurs annoncé une suspension de la production à partir de novembre d'une unité, baptisée J Unit, employant une technologie mercure sur son site de Runcorn, au Royaume-Uni. Sur le complexe britannique, Inovyn partage une électrolyse à membrane avec Vynova, et les deux partenaires doivent évaluer si cette unité moderne pourra suffire à l'avenir à leurs besoins. Une décision sera arrêtée au premier trimestre 2016. Elle entraînera soit la fermeture de la J Unit, soit une conversion de celle-ci vers une électrolyse membranaire. Deux unités employant la technologie à mercure ont déjà fermé sur le site de Runcorn en 2006 et 2008, rappelle Inovyn.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Polariseurs LCD : LG Chem conclut un accord avec Shanshan

Polariseurs LCD : LG Chem conclut un accord avec Shanshan

  Le groupe coréen LG Chem a annoncé la signature d’un contrat conditionnel avec la société chinoise Ningbo Shanshan. Cet accord porte sur la vente d’une partie de l’activité de[…]

Accident industriel : LG Polymers India sommé d’évacuer son stock de styrène

Accident industriel : LG Polymers India sommé d’évacuer son stock de styrène

Fuite de gaz sur le site de LG Polymers India

Fuite de gaz sur le site de LG Polymers India

Empreinte environnementale : Total vise la neutralité carbone pour 2050

Empreinte environnementale : Total vise la neutralité carbone pour 2050

Plus d'articles