Nous suivre Info chimie

Interview/Sabic plaide pour une coopération accrue avec les pétrochimistes européens

Sujets relatifs :

,

Entretien avec Mohammed H. Al-Mady, directeur général et vice président de Sabic Dans une interview exclusive accordée à l'occasion du Salon K'98 de Düsseldorf, le nouveau directeur général de Sabic, nous a commenté la baisse des résultats de Sabic qui se chiffre, pour les neuf premiers mois, à -51% en bénéfice net (464M$ contre 954M$ pour la période correspondante de 1997), alors que les tonnages vendus ont progressé dans le même temps de 7% à 14,5Mt (tous produits confondus). "C'est la forte baisse des prix aussi bien dans les engrais que dans les produits pétrochimiques et plastiques qui explique cette dégradation" a commenté M. Al-Mady. "Mais nous pensons que le creux de la vague a été atteint et espérons une amélioration au quatrième trimestre" a-t-il ajouté. "C'est la dégradation du marché asiatique, plus en prix qu'en quantités, qui est à l'origine de ce phénomène, d'autant que dans les plastiques par exemple nous vendons près de 50% de notre production dans cette zone, contre 30% sur les marchés locaux du Moyen-Orient (530000t/an de thermoplastiques) et 20% dans le reste du monde", a précisé M. Al-Mady. Sabic reste néanmoins confiant dans sa capacité de croissance future et le programme d 'investissements de plusieurs milliards de $ engagé en vue d'accroître de 50% la production d'ici à l'an 2000 se déroule suivant les plans prévus. De plus, la réorganisation de Sabic en SBU (strategic business units) rattachées à ses quatre secteurs - produits chimiques de base, intermédiaires, polymères, engrais et métaux - devrait également porter ses fruits pour rendre l'entreprise plus réactive et plus proche des besoins de ses clients. Mais, pour le moment le groupe saoudien n'entend pas s'engager dans une chimie plus en aval de la pétrochimie "où les procédés sont bien contrôlés par les grands groupes. Notre vocation essentielle reste d'être un producteur compétitif de produits de base et de grandes matières plastiques", précise le directeur général de Sabic. En dépit d'une augmentation du prix de ses principales matières premières, le gaz naturel et l'éthane, fournies par Saudi Aramco qui est passé de 0,5 à 0,75$/MBTU, Sabic continue à bénéficier de ressources à des prix avantageux. "Mais, dans la mesure où nos prix, fixés par le gouvernement, ne sont pas indexés sur ceux du pétrole, notre compétitivité par rapport aux concurrents qui ont bénéficié de la baisse des prix du brut a été affectée" commente M. Al-Mady. Le succès de Sabic repose aussi sur le bon fonctionnement, depuis une quinzaine d'années, de ses joint-ventures avec des grands groupes essentiellement américains "qui ont montré leur solidité dans les années de crise". En revanche, rares sont les collaborations de ce type avec d'autres pays, et notamment avec les Européens (à part Ibn Zahr avec Neste et Ecofuel-Italie dans le MTBE). Une situation que le directeur général de Sabic déplore : "s'il y a un message à transmettre, c'est celui de notre souhait de voir se développer des coopérations avec les pétrochimistes et chimistes européens" a conclu M. Al-Mady. n Propos recueillis par Dmitri Savostianoff n

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Total passerait à l'échelle industrielle en Chine

Total passerait à l'échelle industrielle en Chine

Des capacités d'un million de tonnes par an de polyoléfines pour un investissement compris entre 2 et 3 milliards d'euros. Total vient de s'engager dans un projet majeur avec le groupe énergétique chinois China Power Investment Corpo ration[…]

K+S acquiert Potash One

K+S acquiert Potash One

Fin du feuilleton BHP Billiton/PotashCorp

Fin du feuilleton BHP Billiton/PotashCorp

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

Plus d'articles