Nous suivre Info chimie

JEAN PELIN, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L'UIC «La chimie a un grand avenir en France.»

Aurélie Dureuil
JEAN PELIN, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L'UIC «La chimie a un grand avenir en France.»

© © UIC

Dur travail que de promouvoir la chimie en France. L'UIC s'y emploie avec une action tournée tant vers les pouvoirs publics français et européens que vers le grand public.

« Les dix dernières années n'incitent pas à un optimisme forcené et les cinq à dix ans qui viennent risquent d'être difficiles, mais je reste persuadé que la chimie a un grand avenir en France. Cela repose sur plusieurs conditions : des clients satisfaits, un territoire avec des usines compétitives, des hommes et des femmes pour faire fonctionner les usines, des matières premières et de l'énergie accessibles. Sur tous ces points, la France n'est pas mal positionnée. En effet, nous avons la chance d'avoir parmi les clients de l'industrie chimique avec des secteurs importants, tels que l'automobile, l'aéronautique et la santé. Il faut ensuite des usines, sûres et compétitives. Depuis 20 ans, la compétitivité de nos sites industriels s'est dégradée. Dans l'optique 2020-2030, un ensemble réglementaire extrêmement complet aura été mis en œuvre dans tous les pays européens. Il faut alors cesser ce processus inflationniste de nouvelles réglementations pour se concentrer sur la compétitivité des sites industriels et ne réglementer qu'au strict minimum. La compétitivité exige aussi de pouvoir rendre plus flexibles certaines charges fixes et de réduire le fardeau fiscal. Le 3e défi pour le secteur est l'attractivité des métiers des industries chimiques. Nous devons refaire rêver les Françaises et les Français. Il faut inverser l'image qu'ont les jeunes et les moins jeunes de l'industrie chimique, en leur montrant que la chimie permettra de répondre aux enjeux de la civilisation de demain. De plus, la chimie a la chance d'être à la fois une science et une industrie. Les États généraux de l'industrie peuvent marquer un sursaut d'un nouvel amour de la France pour son industrie. Cela montre déjà que les pouvoirs publics y sont sensibles. Le 4e point concerne les matières premières et l'énergie. En une dizaine d'années, on devrait multiplier par deux la part des matières premières renouvelables pour atteindre 20 % des matières premières en 2015-2018. En tant que 1er territoire agricole européen, la France possède de vrais atouts. De même, la chimie a un rôle très important à jouer sur les nouvelles sources d'énergie (nucléaire de 4e génération, biomasse, éolien... ). Pour toutes ces raisons, il faut que la France reste attractive par un meilleur accès aux sources de matières premières, des infrastructures et des capacités logistiques, mais aussi avec une politique industrielle qui allège le poids des prélèvements obligatoires sur les entreprises. Sur le plan industriel, la notion de « cluster » est essentielle pour la chimie de demain en France. Nous sommes des chimistes de taille moyenne à l'échelle internationale. Les plateformes qui permettent la mutualisation des utilités et la gestion des risques : c'est là que se situe aussi la chimie du futur. »


Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Une première phase surestimée

Une première phase surestimée

Reach est bien entré dans sa phase opérationnelle mais beaucoup de questions et d'embûches demeurent. Au 30 novembre dernier, 4 300 premières substances étaient enregistrées ou en cours d'enregistrement, ce qui est moins qu'envisagé. Et les deux[…]

01/12/2010 | Reach
Lanxess cible les pays émergents

Lanxess cible les pays émergents

« Une occasion unique pour la France de faire parler de sa chimie »

« Une occasion unique pour la France de faire parler de sa chimie »

OLIVIER HOMOLLE, PRÉSIDENT DE BASF EN FRANCE «La chimie devra être toujours plus responsable, plus ouverte et plus unie.»

OLIVIER HOMOLLE, PRÉSIDENT DE BASF EN FRANCE «La chimie devra être toujours plus responsable, plus ouverte et plus unie.»

Plus d'articles