Nous suivre Info chimie

L'acide adipique par voie biologique relancé au Canada

S.L.

Sujets relatifs :

, ,

Deux chercheurs, Kit Lau de la société BioAmber, et Radhakrishnan Mahadevan, de l'équipe BioZone de l'université de Toronto vont bénéficier d'un financement total de 5,7 millions de dollars pour un programme de production d'acide adipique par voie biologique. « Actuellement, le nylon est fabriqué à partir de pétrole. Bien que le processus fonctionne bien, il n'est pas aussi respectueux de l'environnement que beaucoup le souhaiteraient. Il existe une forte demande pour le nylon produit à partir de produits chimiques dérivés du sucre, qui nécessite moins d'énergie et réduit les émissions de gaz à effet de serre », expliquent les partenaires. Dans ce duo, BioAmber, société de biotechnologie industrielle installée à Sarnia, en Ontario (Canada), fabrique déjà avec succès de l'acide succinique à partir de sucre, ce qui réduit considérablement l'empreinte carbone de ce composé. Ces mêmes principes pourraient être utilisés pour développer un procédé de fabrication d'acide adipique, utilisé dans la production de nylon. L'acide adipique à lui seul représente un marché de 2,2 millions de tonnes ; les produits chimiques qui peuvent en découler ont des perspectives similaires. De son côté, l'équipe de BioZone de l'Université de Toronto, dirigée par le Dr Radhakrishnan Mahadevan, a déjà développé une approche de bio-ingénierie axée sur la génomique, pour convertir des sucres en produits chimiques industriels à valeur ajoutée comme l'acide adipique. En tant qu'entreprise de biotechnologie industrielle, BioAmber est en mesure de convertir les résultats de ce programme de recherche en projet industriel. Ce financement s'inscrit dans le cadre du Genomic Applications Partnership Program (GAPP) qui finance des projets de recherche et de développement translationnels qui répondent à des défis bien réels identifiés par l'industrie, le gouvernement, des organismes sans but lucratif et d'autres « récepteurs » des connaissances et des technologies de la génomique. En comptant ce programme sur le bionylon, cinq projets ont été sélectionnés dans le cadre de la « série 8 » du GAPP, pour un montant total de 24,5 M$ : 8,1 M$ de Génome Canada et 16,4 M$ de partenaires cofinancés incluant les gouvernements provinciaux, le secteur privé et des organismes à but non lucratif. Selon le GAPP : « les résultats de ces travaux profiteront à l'économie canadienne car ils permettront le développement de l'industrie du bioraffinage et créeront de nouveaux emplois dans la fabrication, tout en protégeant l'environnement par suite de la réduction des gaz à effet de serre et de la pollution ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Cinq lauréats au palmarès 2019 des Prix Pierre Potier

Cinq lauréats au palmarès 2019 des Prix Pierre Potier

La cérémonie de la 12e édition des Prix Pierre Potier s’est tenue le 29 mai au Ministère de l’économie et des finances, en présence de la secrétaire d’état Agnès[…]

Le fluvial, un potentiel à exploiter sur le bassin Rhône-Saône-Méditerranée

Le fluvial, un potentiel à exploiter sur le bassin Rhône-Saône-Méditerranée

Total et Sanofi parmi les 25 entreprises les plus attractives de France

Total et Sanofi parmi les 25 entreprises les plus attractives de France

L’Echa et le Cefic cherchent des solutions face aux non conformités des dossiers Reach

L’Echa et le Cefic cherchent des solutions face aux non conformités des dossiers Reach

Plus d'articles