Nous suivre Info chimie

L'Afpa Lyon-Vénisseux a inauguré 600 m2 de plateau technique

À Vénissieux, Sylvie Latieule

Mettre des stagiaires en situation, dans des conditions voisines de celles rencontrées dans l'industrie chimique et du traitement des eaux : c'est l'objectif de la nouvelle plateforme inaugurée à l'Afpa de Lyon-Vénissieux. Moyennant 1 million d'euros d'investissement, 20 unités en format « skid » miment les principales opérations unitaires que l'on peut rencontrer sur les unités de production.

Inauguré le mardi 15 novembre 2016, le Centre stratégique national Chimie-Environnement de l'Afpa Lyon-Vénissieux est présenté comme une réponse au développement et au maintien des compétences des professionnels de la chimie en Rhône-Alpes. Un million d'euros a été investi, ces deux dernières années, pour mettre en place le plateau technique de 600 m2 (Unité de production pédagogique). Dans cet espace, 20 unités en format « skid » miment les principales opérations unitaires que l'on peut rencontrer sur les unités de production dans le domaine de la chimie ou du traitement des eaux. Sept encadrants sont associés à ces nouvelles installations pour proposer une pédagogie novatrice pour former les professionnels de demain.

À l'Afpa de Lyon-Vénissieux, l'offre de formation professionnelle dans le domaine de chimie-environnement n'est pas nouvelle. Depuis plusieurs années, le centre propose trois formations qualifiantes, pour les actifs, salariés et demandeurs d'emploi, d'une durée variant entre 7 et 8 mois à travers les cursus de : conducteur d'appareils de l'industrie chimique de niveau V (CAP-BEP), technicien de fabrication de l'industrie chimique de niveau IV (BAC) et technicien de traitement des eaux de niveau III (BAC). Ne possédant pas de plateau technique suffisant, les stagiaires utilisaient celui d'un autre organisme de formation. Désormais, les formations pourront être dispensées dans leur intégralité sur le centre de Vénissieux.

Sur cette nouvelle plateforme, les unités skids ont été fournies par la société Pignat, leader sur le marché des matériels pilotes pour l'enseignement du génie des procédés et des phénomènes physiques qui y sont associés. On dénombre quatre unités de distillation continue, une unité de distillation discontinue de produits pétroliers, quatre pilotes de réactions polyvalentes, quatre unités d'étude des boucles de régulation (niveau, pression, température, débit), trois unités fluides et thermique (dynamique des fluides, étude des pompes, échangeur thermique), quatre pilotes complémentaires (extraction solide liquide, fermentation, filtration, traitement des déchets). La société familiale, installée à Genas en banlieue de Lyon, a également contribué à la rédaction des livrets pédagogiques et à la formation des enseignants. « Notre nouveau Centre stratégique national a pour ambition de placer ce nouveau dispositif de formation au coeur de son tissu productif, en lien avec la branche professionnelle (UICRA) et le pôle de compétitivité Axelera auquel nous sommes adhérents », a déclaré Bertrand Carpentier, directeur du centre Afpa de Lyon-Vénissieux à l'occasion de l'inauguration. Ce nouveau centre vise à mieux anticiper les besoins des industriels de la chimie en matière d'emploi, de compétences techniques, mais aussi de compétences comportementales.

Avec l'avènement de la génération Y (jeunes nés entre le milieu des années 1980 et celui des années 1990), les entreprises se trouvent confrontées à des publics dont les comportements naturels sont parfois difficiles à concilier avec les exigences de l'industrie, notamment en matière de qualité et de sécurité. D'où la nécessité d'insister sur le savoir-être.

 

Une génération Y difficile à apprivoiser

 

C'est d'ailleurs ce sujet qui a été retenu pour la table ronde qui a accompagné cette inauguration sous l'intitulé « Quelles nouvelles pratiques RH face à la génération Y ? ». Dominique Garnier, référent Ressources humaines pour IFPEN, a témoigné des écarts observés entre les comportements naturels des individus et les exigences des industries de process, fortement réglementées. Pour tenter de résoudre ce problème, Céline Gobin, chargée de missions entreprises et formation chez Axelera, a présenté le référentiel des compétences comportementales pour la filière chimie-environnement, élaboré par le pôle de compétitivité. Il recense 22 compétences comportementales clés (adaptabilité, maîtrise de soi, gestion des conflits, initiative, management des risques...). Certaines d'entre elles sont considérées comme des prérequis pour être en mesure de conduire un procédé. Pour les formateurs, ce référentiel permet de partager des repères clairs sur lesquels s'appuyer pour développer des approches pédagogiques innovantes. Les formations de l'Afpa intègreront désormais ce référentiel. Pour les entreprises, il permet d'échanger entre RH, managers et salariés afin de suivre les progressions de chacun et d'envisager des projets de formation. Également invité à la tribune, Sylvain Maistre, responsable du Pôle Économie et Emploi de l'UIC Rhône-Alpes, n'a pas manqué de rappeler que la région Auvergne-Rhône-Alpes était la première région française de production en chimie avec près de 600 établissements, 11 Mrds € de chiffre d'affaires et 500 M€ d'investissements.

QUATRE CENTRE STRATÉGIQUES NATIONAUX EN AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

Parce que la formation est un levier de compétitivité pour les entreprises et le développement des régions, l'Afpa a créé un réseau de 30 centres stratégiques nationaux de formation répartis sur l'ensemble du territoire. À elle seule, la région Auvergne-Rhône-Alpes en recense quatre : - Lyon-Rillieux : maintenance, mécanique, robotique - Lyon-Vénissieux : chimie-environnement - Clermont-Beaumont : production industrielle - Grenoble-Pont-de-Claix : électronique

MRS : UNE NOUVELLE MÉTHODE DE RECRUTEMENT ADAPTÉE À LA GÉNÉRATION Y

Développée par Pôle emploi, la Méthode de recrutement par simulation (MRS) permet d'aborder autrement le recrutement, a expliqué Camélia Ressier, responsable de la plateforme de vocation à Pôle emploi dans le Rhône, lors de la table ronde organisée par l'Afpa. La particularité de cette méthode ? ne pas tenir compte de l'expérience ni du niveau de diplôme d'un candidat. En revanche, elle se focalise sur les habiletés nécessaires pour occuper un poste de travail. Par exemple : le respect des normes et consignes, la capacité à travailler sous tension, à maintenir son attention dans la durée, à travailler en équipe... Ainsi, un recrutement par la méthode MRS débute par une analyse du poste de travail à pourvoir dans l'entreprise et elle va consister à repérer l'ensemble des habilités nécessaires à ce poste. Puis, des exercices sont construits par les experts de Pôle emploi pour permettre d'évaluer ces habiletés chez les candidats. Ces exercices reproduisent par analogie le poste de travail et mettent donc les candidats en situation de démontrer concrètement leur capacité à tenir ce poste. Les candidats ayant réussi la séance d'exercices sont ensuite reçus par l'entreprise pour un entretien de motivation. En Rhône-Alpes, le géant américain Hexcel qui s'est installé sur la plateforme de Roussillon moyennant un investissement de 200 M€, a retenu cette méthode pour le recrutement de plus de 200 personnes. En décembre 2015, il a d'ailleurs signé un accord cadre régional avec Pôle emploi pour accompagner sa croissance et ses recrutements, notamment par la méthode MRS.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Talke ouvre un entrepôt à Cologne

Talke ouvre un entrepôt à Cologne

Le spécialiste allemand de la logistique pour la chimie, Talke, a inauguré un entrepôt à Hurth, près de Cologne, en Allemagne. La mise en service de ce dépôt à trois sections a permis de[…]

Maire Tecnimont limite la casse en 2019

Maire Tecnimont limite la casse en 2019

Exercice solide pour Brenntag en 2019

Exercice solide pour Brenntag en 2019

Univar accuse une perte nette en 2019

Univar accuse une perte nette en 2019

Plus d'articles