Nous suivre Info chimie

L'agrochimiste BASF marche seul

L'agrochimiste BASF marche seul

L'agrochimie continue de focaliser l'attention en ce début 2016. A la fois celle du grand public, de plus en plus inquiété par des enquêtes soulignant une insuffisante maîtrise des risques, celle des politiques et des autorités sanitaires, qui ne sont pas toujours unanimes comme sur le dossier du glyphosate, et évidemment celle des acteurs industriels du secteur. Alors que ChemChina s'est lancé dans l'acquisition de Syngenta, et que Dow et DuPont sont concentrés sur leur fusion, les réactions des trois autres grands du secteur sont guettées. Notamment celle de BASF. Seulement n°6 de la hiérarchie agrochimique, on pourrait imaginer le leader mondial de la chimie plus ambitieux. Il l'est. Mais pour y parvenir, il ne semble pas prêt à compter sur les autres. En marge de la présentation de ses résultats 2015 le 26 février, BASF a affirmé sa foi en son propre avenir, et sa volonté de miser sur sa croissance organique en agrochimie.


« Une taille et d'une masse critique dans les phytosanitaires »
 

Avec 5,82 Mrds € de ventes en 2015, Agricultural Solution est sa plus petite division. Mais elle a affiché, avec +7 %, la plus forte croissance de l'ensemble de ses activités l'an passé. Et cela devrait perdurer car BASF croit en ses nouveaux produits. Ceux lancés ces cinq dernières années comptent déjà pour 40 % des ventes. Ceux qui seront lancés entre 2015 et 2025 devraient générer un pic de ventes de 3 Mrds €. Un fongicide blockbuster est attendu pour 2019. Des produits innovants et financièrement prometteurs se profilent aussi dans les herbicides et les insecticides, assure le groupe. Les futurs produits issus de Functionnal Crop Care (phytosanitaires biologiques, traitements de semences, polymères et colorants) devraient, d'ici 2020, plus que doubler les ventes actuelles de cette business unit (343 M€ en 2015). « Nous disposons d'une taille et d'une masse critique dans les phytosanitaires », s'est ainsi satisfait Kurt Bock, le patron lors de la présentation du bilan annuel.
 

En parallèle, BASF se montre aussi rationnel. En matière de semences, le groupe veut continuer de privilégier la recherche ou les collaborations avec d'autres. Comme avec Monsanto sur les rendements et la résistance au stress dans le maïs et le soja. Mais le groupe allemand veut aussi se concentrer sur les segments jugés à « plus fort potentiel » et ne plus s'éparpiller. Il vient ainsi d'engager un plan de restructuration pour son activité Plant Science, évoluant séparément d'Agricultural Solutions. Les effectifs en R&D (700 postes) seront réduits de moitié avec 140 en moins en Amérique du Nord et 180 en Europe cette année. Des sites en Inde et à Puerto Rico seront fermés, comme des champs de tests à Hawaii (Etats-Unis).
 

La conjoncture économique mondiale, plus ou moins morose selon les régions, encourage aussi la rationalisation du portefeuille. BASF sort d'une année 2015 décevante. Le chiffre d'affaires a fléchi de 5 %, à 70,45 Mrds €. Les ventes ont souffert de la chute des prix (-9 %) dans toutes les divisions via l'effondrement des prix des matières premières. Le phénomène a surtout touché la division Chemicals, dont les ventes se sont contractées de 14 %, à 14,67 Mrds €. Les deux autres grandes divisions chimiques, Performance Products et Functionnal Materials et Solutions, ont affiché des croissances respectives de 1 % et 5 %, à 15,65 Mrds € et 18,52 Mrds €. Niveau rentabilité, l'Ebit de BASF a fondu de 18 % en un an, à 6,25 Mrds €, et le résultat net a flanché de près de 23 %, à 4 Mrds €. Pour 2016, BASF s'attend à un exercice difficile. En premier lieu avec une croissance toujours un peu plus ralentie en Chine, un ralentissement de la dynamique américaine, et une croissance qui continue d'être faible en Europe.

 

AUTRES ARTICLES DU DOSSIER

L’agrochimie toujours en effervescence

Monsanto résiste à Bayer

L’agrochimiste BASF marche seul

Syngenta séduit par ChemChina

Dow et DuPont fusionnent pour créer trois géants

RETOUR AU SOMMAIRE DU DOSSIER

 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Linde cède ses Amériques à Messer et CVC

Linde cède ses Amériques à Messer et CVC

Les grandes manœuvres de « PraLin », la gigantesque fusion entre l’Américain Praxair et l’Allemand Linde, sont sans doute en passe d’aboutir. Le 16 juillet, l’Allemand Messer et le fonds[…]

Ineos construira un vapocraqueur en Europe

Ineos construira un vapocraqueur en Europe

L'ACC inquiète d'une guerre commerciale

L'ACC inquiète d'une guerre commerciale

Monsanto se fond dans Bayer

Monsanto se fond dans Bayer

Plus d'articles