Nous suivre Info chimie

L'Appel des 30, deuxième édition

Sujets relatifs :

, ,

C'est déjà la deuxième édition de ce projet qui vise à moderniser et réindustrialiser la Vallée de la Chimie, cet ensemble de sites industriels de chimie qui sont installés en sortie de Lyon, le long du Rhône, en direction du sud.

Depuis deux ans, la métropole de Lyon a clairement fait le choix d'accompagner la filière chimie dans sa mutation, en particulier pour moderniser et dynamiser tous ses sites industriels, installés le long du Rhône, en direction du sud. Cela s'est traduit par le lancement de l'Appel des 30, une opération réunissant 30 partenaires publics et privés qui ont commencé par mettre 60 hectares de foncier à la disposition de porteurs de projets, ciblés dans les domaines de la chimie innovante, de l'énergie et de l'environnement. Fort du succès rencontré par la première édition - elle s'est traduite par la sélection de 16 lauréats en mars, dont 3 projets en phase de construction sur une surface de 20 ha -, un deuxième appel a été lancé le 1er septembre 2016. Cette fois, l'offre comporte 20 ha d'emprises à l'intérieur de sites (Arkema, Bluestar Silicones, Kem One, Solvay Belle Étoile et Solvay RICL), 50 000 m2 de locaux d'activité dont 10 000 m2 au sein des plateformes d'Axel'One, 87 000 m2 de toitures et de parkings pour l'installation de panneaux photovoltaïques, et 33 ha de fonciers délaissés et/ou très contraints par le PPRT, destinés à recevoir des projets de paysage productif. « Cette deuxième édition s'inscrit dans la continuité avec un élargissement du gisement foncier proposé », explique Frédéric Laroche, directeur de la mission Vallée de la Chimie, évoquant la récente mobilisation du site Arkema de Pierre-Bénite ou de nouvelles opportunités proposées par Kem One à Saint-Fons.

 

Des projets de paysages productifs

 

Cependant, « la vraie nouveauté vient des projets de paysages productifs », a-t-il ajouté. Il s'agit de terrains, parfois en zone rouge dans les PPRT, où l'on ne pourra pas installer de salariés, mais qui pourront accueillir des productions végétales expérimentales ou des activités de dépollution. D'ailleurs, un projet, sélectionné sur l'appel 1, est en passe de voir le jour. Il s'agit de la société Serpol, qui convoite un terrain de 3,2 ha de la métropole, jouxtant la raffinerie de Feyzin. L'idée serait d'accueillir des terres polluées par des hydrocarbures et de les traiter par de la culture de légumineuses. Ce projet, prévu pour 2018, devrait faire l'objet de 1,2 M€ d'investissement et créer trois emplois.

Un autre projet bien avancé est celui de la société de transport/logistique Jontrans. Elle prévoit d'installer dans le même timing un stockage de conteneurs chez Solvay à Belle-Étoile (3 ha) afin de renforcer son assise dans le milieu de la chimie. Le site est déjà rompu à l'accueil de partenaires. Depuis 2011, il abrite une centrale solaire de 2 000 MWh, tandis que se termine sur son sol la construction du démonstrateur Gaya d'Engie, visant à produire du biométhane à partir de biomasse lignocellulosique.

Pour ce qui est du calendrier du 2e appel à projet, des visites de sites sont prévues, les 15 et 29 septembre, tandis que les porteurs de projets auront jusqu'au 30 octobre pour déposer leur candidature. Les lauréats seront ensuite désignés en mars 2017. Dans l'espace-temps, industriels et pouvoirs publics attendent avec impatience la promulgation d'un PPRT unique pour la Vallée de la Chimie avec l'espoir de disposer enfin d'un cadre réglementaire stable plus incitatif pour les investisseurs. Une décision qui pourrait être concomitante avec la tenue du salon Pollutec, fin novembre, où la Vallée de la chimie prévoit de révéler sa toute nouvelle identité. Puis, c'est sur le thème de la gouvernance que la Vallée de la Chimie devra travailler, alors que celle-ci est régie, depuis deux ans, par une charte de partenariat entre industriels et pouvoirs publics. Une des dernières pièces du puzzle à placer pour doter la métropole lyonnaise de la plus grande plateforme chimique de France, résolument tournée vers la chimie du futur.

LES 30 PARTENAIRES PUBLICS ET PRIVÉS DE LA VALLÉE DE LA CHIMIE

Les partenaires industriels : Air Liquide, Arkema, Bluestar Silicones, CNR (Compagnie Nationale du Rhône), Engie, IFPÉnergies nouvelles, Kem One, Novacap, Solvay, Suez, Total. Les partenaires publics : les communes de Feyzin, Pierre-Bénite, Saint-Fons, Solaize, la Métropole de Lyon, les services de l'État (DREAL, DDT, DIRECCTE), la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Les partenaires financiers : l'Ademe, Bpifrance, le FEDER, Green Channel, le Groupe Caisse des dépôts, Somudimec, Total Développement régional. Les autres partenaires : l'ADERLY, AMARIS, ADDVC, Axelera, Axel'One, la CCI Lyon Métropole, FNAIM, Interfora Ifaip, Tenerrdis, l'Union des industries chimiques (UIC), l'Union des industries chimiques Rhône-Alpes

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Les résultats du 1er semestre 2019 du Cefic sont mitigés

Les résultats du 1er semestre 2019 du Cefic sont mitigés

Le Cefic, l’association professionnelle européenne des entreprises de la chimie, a publié son rapport sur les résultats du secteur sur le premier semestre 2019.  Dans un contexte économique mondial morose,[…]

Edito : Le premier semestre 2019 en résumé

Edito : Le premier semestre 2019 en résumé

Centenaire de l’IUPAC : Quatre grands patrons de la chimie réunis à Paris

Centenaire de l’IUPAC : Quatre grands patrons de la chimie réunis à Paris

Chimie européenne : Le Cefic annonce un bon début d’année

Chimie européenne : Le Cefic annonce un bon début d’année

Plus d'articles