Nous suivre Info chimie

L'appel du 6 décembre

Sylvie Latieule
Avec 810 inscrits et un amphithéâtre de la Cité des sciences et de l'industrie bondé, les premiers États généraux de la chimie ont remporté un franc succès. Imaginée par l'Union des industries chimiques pour débattre des grands enjeux de l'industrie chimique d'aujourd'hui et de demain, cette manifestation a fait le plein, même si les PME-PMI ne se sont pas mobilisées aussi massivement que les grands groupes.
Bien entendu, ce succès revient à la qualité des intervenants. À la tribune, philosophes, sociologues, historiens et chercheurs ont débattu avec des dirigeants de la chimie (Jean-Pierre Clamadieu de Rhodia, Michel Delaborde d'Arkema…) et d'industries aval (Philippe Camus, président du Gifas, Robert Peugeot…). Mais il faut aussi souligner que la forme avait été particulièrement soignée. Au placard les discours soporifiques. L'UIC a opté pour une succession de tables rondes animées par un ex-présentateur de journaux télévisés. Lieux d'échanges, ces tables rondes étaient elles-mêmes entrecoupées de microtrottoirs et témoignages de stakeholders. Tandis que les résultats d'un sondage, réalisé en partenariat avec Louis Harris auprès des adhérents de l'UIC, étaient distillés tout au long de l'après-midi. Pour revenir sur le fond, Alain Devic, président de l'UIC, a lancé le débat en reprenant sa fameuse formule: « la France a mal à sa chimie ». Tandis que 81 % des dirigeants interrogés par Louis Harris se sont déclarés pessimistes sur l'avenir de la chimie, seulement 1 % d'entre eux sont totalement optimistes! Les raisons ont été rappelées : poids de la réglementation, concurrence asiatique forte, interpellation des médias et des ONG sur les produits chimiques, déficit d'image auprès de la société civile et politique. Nathalie Brion, dg de l'Institut européen d'analyse géo-économique, est même allée plus loin en déclarant que la chimie n'avait pas d'image du tout. Il est toutefois ressorti que tout n'était pas perdu. Alain Devic a ainsi lancé un appel en proposant la date du 6 décembre comme point de départ d'un processus de reconquête du moral des dirigeants et de l'opinion publique. Il en a profité pour relancer le projet de réforme des structures de l'UIC. Une annonce qui tient lieu de sommation de rentrer dans le rang pour les UIC régionales et syndicats de branches sécessionnistes. « Les enjeux de compétitivité et de développement de l'industrie chimique en France nous obligent à nous organiser de manière plus efficace et réactive… Nous devons assurer une cohérence et une meilleure coordination entre les niveaux régional, national, européen et avec les secteurs », a déclaré A. Devic. Parallèlement, l'UIC s'apprête à lancer un vaste programme de communication sous la conduite de Philippe Desaulles, président de DuPont de Nemours SA. Reste à réunir le million d'euros nécessaire au financement de ce projet. Cette journée a été clôturée par Patrick Devedjian. Le ministre de l'Industrie n'a pas été en mesure de dévoiler les premières conclusions du groupe de réflexion stratégique sur la chimie qu'il a récemment initié. Il s'est en revanche exprimé sur nos deux champions français de la chimie – Rhodia et Arkema: « j'engage les équipes dirigeantes à regarder avec attention ce qu'elles peuvent faire ensemble et avec leurs homologues allemands ». Mais si le ministre pense à une fusion, les chances de voir son souhait se réaliser sont infimes, voire inexistantes. Sylvie Latieule

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Installation de Plastic Energy à Notre-Dame-de-Gravenchon, le débriefing d'ExxonMobil

Installation de Plastic Energy à Notre-Dame-de-Gravenchon, le débriefing d'ExxonMobil

Olivier Dumas, responsable des relations externes d’ExxonMobil, revient sur l'installation de Plastic Energy à Notre-Dame-de-Gravenchon. Les deux groupes seront essentiellement liés par un contrat commercial qui[…]

21/04/2021 | VapocraquageRecyclage
AmSty et Agilyx collaborent pour construire une unité de recyclage avancée

AmSty et Agilyx collaborent pour construire une unité de recyclage avancée

Reach : Sept substances inscrites à l’Annexe XIV

Reach : Sept substances inscrites à l’Annexe XIV

Électronique : Merck étend son site de R&D et de production à Shizuoka

Électronique : Merck étend son site de R&D et de production à Shizuoka