Nous suivre Info chimie

L'effroyable insécurité chimique en Chine

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Le 21 septembre 2001, la France déplorait 31 morts et 2 500 blessés. La semaine dernière se sont tenues les commémorations du quinzième anniversaire de la terrible catastrophe d'AZF à Toulouse (Haute-Garonne). Ce drame, aussi emblématique qu'il soit par l'ampleur de son bilan humain, est avant tout - et heureusement - exceptionnel en France pour l'industrie chimique. Il l'est aussi à peu près partout sur la planète ces dernières années. Partout, sauf en Chine. Greenpeace a publié la semaine dernière un rapport édifiant sur l'insécurité des usines et complexes chimiques dans ce pays qui est par ailleurs devenu ces dernières années le premier marché mondial de l'industrie chimique.
 

« Une moyenne de 29 accidents par mois »


Intitulé « China Chemical Accidents Counter », le rapport de Greenpeace East Asia compile une multitude de chiffres effroyables. Entre janvier et août 2016, l'ONG a recensé pas moins de 232 accidents en Chine liés aux activités de l'industrie chimique. Soit une moyenne de 29 par mois ! On frôle l'accidentologie quotidienne. Le bilan humain est dramatique avec 199 décès et 400 blessés ! À la lecture de ces chiffres, on repense évidemment à la catastrophe du port de Tianjin, qui avait causé la mort de 165 personnes (CPH n°749). Ces victimes ne sont pas comptabilisées dans le rapport de Greenpeace puisque le drame de Tianjin a eu lieu en août 2015. Mais en seulement 8 mois en 2016, le nombre de victimes d'autres accidents bien plus mineurs a supplanté celui de cette catastrophe exceptionnelle.
 

L'ONG au panda a précisé avoir collecté ses données à travers toutes les informations publiques sur les accidents chimiques disponibles auprès du ministère chinois de Sécurité au travail et de la China Chemical Safety Association, en les croisant avec les informations parues dans les médias. Pour autant Greenpeace déplore que sa compilation n'est très certainement pas exhaustive et que le nombre d'accidents et de victimes est certainement plus élevé.
 

D'autres données contenues dans le rapport sont particulièrement marquantes. En termes de causes, Greenpeace fait état de 43 % des accidents dus à des fuites, 27 % dus à des incendies, et 16 % à des explosions. 52 % des accidents auraient par ailleurs eu lieu durant des phases de transports de produits chimiques, 27 % lors de phases de production, 10 % au cours d'opérations de stockage, 7 % lors de phases de maintenance. Autres données remarquables : la dangereuse proximité entre les usines chimiques et les populations. La majorité des 33 625 usines chimiques en Chine serait concentrée dans l'est du pays, la région la plus densément peuplée. Un facteur forcément aggravant et qui pèse fatalement sur les bilans humains. D'autres données de ce type auraient de quoi faire pâlir tout PPRT. Le rapport assure que 84 % des usines chimiques sont implantées en dehors des 60 cantons désignés par le gouvernement chinois comme prioritaires pour la gestion de la sécurité des productions. En outre, près de 18 % des usines seraient au coeur d'espaces écologiques reconnus. Ces dernières données sont basées sur des documents datant de 2010-2011, précise Greenpeace qui n'a pu trouver mieux, fustigeant au passage le manque de transparence dans l'industrie chinoise ces cinq dernières années.
 

Face à ce constat, l'ONG demande instamment aux autorités chinoises de revoir leurs politiques de gestion des risques et leurs standards en matière de sécurité dans l'industrie chimique. Vu le désastreux bilan, on ne peut que soutenir cette demande.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Édito] : Solvay se redresse au 2e trimestre

[Édito] : Solvay se redresse au 2e trimestre

«  La reprise est en marche et visible dans 90 % de notre portefeuille », a déclaré Ilham Kadri, la présidente de Solvay, lors de la publication des résultats du 2e trimestre de son[…]

30/07/2021 | SpécialitésRésultats
[Édito] : Ces chimistes appâtés par le marché pharma

[Édito] : Ces chimistes appâtés par le marché pharma

[Édito] : Arkema accélère dans les batteries

[Édito] : Arkema accélère dans les batteries

[Édito] : Compostables biosourcés, des plastiques qui ont encore la cote

[Édito] : Compostables biosourcés, des plastiques qui ont encore la cote

Plus d'articles