Nous suivre Info chimie

L'État soutient le projet de Deinove dans les bactéries déinocoques

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,

Deinove change de locaux

Jusqu'ici implanté sur le technoparc Cap Alpha à Montpellier, Deinove a déménagé en octobre dernier. Toujours à Montpellier, il s'est installé dans le bâtiment Cap Sigma, qui fait partie du biopôle Euromédecine. Il occupe désormais 1 000 m2 de locaux équipés d'une salle blanche avec un équipement robotique, d'une plateforme informatique, d'un laboratoire de fermentation ainsi que des équipements analytiques et de caractérisation des composants de la biomasse végétale. Il emploie plus de 40 salariés dans son nouveau laboratoire.

L'État soutient le projet de Deinove dans les bactéries déinocoques

Activités de recherche de Deinove à Montpellier.

© Deinove

La société française de biotechnologies a reçu 6 M€ de l'État. Cette aide lui permettra d'avancer son projet Deinochem dans la chimie verte.

Il s'agit « d'un des plus importants financements jamais octroyés dans le secteur de la chimie du végétal », souligne le ministère du Redressement productif. Et c'est Deinove, spécialisé dans les bactéries déinocoques, qui en bénéficiera. Il s'est vu octroyer près de six millions d'euros, sous forme d'avances remboursables, de la part de l'État dans le cadre du programme « Démonstrateurs et plateformes technologiques en énergies renouvelables et chimie verte » des Investissements d'avenir. « Notre pays a clairement placé les biotechnologies au cœur de son projet d'innovation industrielle », souligne Emmanuel Petiot, directeur général de Deinove. La chimie verte et les biocarburants font d'ailleurs partie des 34 plans de « reconquête industrielle » lancés par l'État en septembre. Les fonds serviront à booster le programme de développement dans la chimie du végétal de Deinove. Nommé Deinochem, il a pour objectif de produire des composés chimiques à partir de biomasse non alimentaire comme de la paille de blé, des drêches, des épis de maïs, des déchets industriels et urbains, etc. Pour cela, la société compte développer un procédé de production basé sur les bactéries déinocoques. Elle s'appuiera sur les capacités métaboliques et fermentaires de ces « micro-usines » naturelles. Elle a déjà identifié les souches les plus adaptées et a lancé, en 2010, le premier volet de ce programme : les isoprénoïdes. Dérivés de l'isoprène, ces intermédiaires chimiques sont aujourd'hui pour la plupart d'origine pétrochimique. Ils sont utilisés dans de nombreux secteurs tels que la chimie de spécialité, la parfumerie, l'alimentation animale, les cosmétiques, la pharmacie... Ce coup de pouce du gouvernement permettra à Deinove de passer à la vitesse supérieure. Il prévoit de mettre en place, d'ici à trois ans et demi, un démonstrateur de recherche permettant de développer la production d'au moins deux composés isoprénoïdes à partir d'un substrat modèle. « Ce soutien accompagne un programme d'investissement ambitieux qui vise à faire émerger Deinove comme un acteur technologique majeur de la chimie verte dans le monde », explique Philippe Pouletty, président et cofondateur de Deinove. Au niveau mondial, la chimie verte représente un marché de 135 milliards de dollars, d'après la société française, qui ajoute qu'une « forte progression est attendue dans les prochaines années ». En dehors de la chimie verte, Deinove se concentre également sur les biocarburants via le programme Deinol. Celui-ci vise à produire du bioéthanol à partir de biomasse à l'aide des déinocoques. Le procédé est actuellement en phase de pré-industrialisation.

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

BASF réaligne sa division Global Business Services

BASF réaligne sa division Global Business Services

Le géant allemand de la chimie BASF a fait part de son intention de réaligner sa division Global Business Services dans la continuité de son développement. Créée le 1er janvier 2020 dans le cadre de la[…]

22/09/2020 | Chimie
Recyclage chimique : BASF investit dans Pyrum

Recyclage chimique : BASF investit dans Pyrum

Urée : BFI respecte son calendrier pour la construction de son usine

Urée : BFI respecte son calendrier pour la construction de son usine

Protection des cultures : BASF s’offre une technologie d’AgriMetis

Protection des cultures : BASF s’offre une technologie d’AgriMetis

Plus d'articles