Nous suivre Info chimie

L'industrie française a rebondi en 2017, mais reste en mal de compétitivité

S.L.

Sujets relatifs :

, ,

L'industrie en France a connu une année 2017 très positive. La production industrielle a augmenté de 5 % en volume. L'investissement est reparti à la hausse. Le secteur est « redevenu créateur net d'emplois » l'an dernier, pour la première fois depuis la crise de 2007-2008. Le solde de création de sites industriels est désormais positif. Les exportations de produits manufacturiers ont très nettement progressé. L'environnement de prix est aussi plus favorable avec la fin de la déflation des prix de production en Chine. Ces bons chiffres de l'industrie en France ont été présentés lundi 26 mars à la presse, en ouverture de la semaine de l'industrie par Denis Ferrand, directeur de Coe-Rexecode, qui a démontré que l'industrie française tournait à haut régime : « On est dans une situation de quasi-saturation de l'utilisation des capacités de production », a constaté Denis Ferrand. Désormais, le poids de l'industrie est stabilisé à 14 % de la valeur ajoutée industrielle depuis 4 ou 5 ans. Il était tout de même de 24 % en 1980 !

Pour autant, depuis ces trois derniers mois, Denis Ferrand observe une dégradation dans l'appréciation du climat des affaires par les patrons de l'industrie. Cette hésitation se retrouve également dans la courbe de consommation des ménages qui plafonne, tandis que le solde de nos échanges extérieurs de produits industriels atteint un déficit record. D'où le discours plus tempéré de Philippe Varin, président de l'organisation professionnelle France Industrie*, qui a rappelé que le problème de compétitivité de l'industrie en France n'était pas réglé. « Les mesures de soutien de l'État et le rebond conjoncturel ont en partie stabilisé la désindustrialisation et enclenché des améliorations sectorielles », a-t-il expliqué. Mais il a ajouté que les marges des industriels français sont de « trois points inférieures aux marges allemandes », et les prélèvements obligatoires en France sont « supérieurs de quatre points à la moyenne européenne ».

Pour dépasser un simple effet conjoncturel et enclencher une reprise industrielle durable, France Industrie propose deux pistes de réformes : réduire les charges sociales pesant sur les salaires médians (par exemple, jusqu'à 3,5 fois le SMIC), pour soutenir l'emploi qualifié des secteurs exposés à la concurrence internationale, et réduire la fiscalité de production, qui grève la compétitivité des entreprises industrielles. Elle représente un différentiel de 70 milliards d'euros avec l'Allemagne.

Philippe Varin a ajouté que l'industrie en France doit poursuivre sa mobilisation en faveur de la compétitivité hors coût et accélérer sa montée en gamme. Pour cela, il a souligné le bien-fondé du programme de l'Alliance Industrie du futur, volet numérique de l'initiative French Fab, qui oeuvre notamment en direction des PME. Dans le même temps, les filières industrielles se mobilisent via le Conseil national de l'Industrie (CNI) sur de grands projets structurants : digitalisation des PME et ETI, création de plateformes numériques, innovation, formation sur de nouvelles compétences et internationalisation.

*France Industrie est la nouvelle organisation professionnelle représentative de l'industrie en France. Elle a été créée en début d'année par la réunion du Cercle de l'Industrie (réunissant les présidents de 40 grandes entreprises privées et publiques) et le Groupe des Fédérations Industrielles (19 fédérations sectorielles de l'industrie adhérentes au Medef).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Cinq lauréats au palmarès 2019 des Prix Pierre Potier

Cinq lauréats au palmarès 2019 des Prix Pierre Potier

La cérémonie de la 12e édition des Prix Pierre Potier s’est tenue le 29 mai au Ministère de l’économie et des finances, en présence de la secrétaire d’état Agnès[…]

Le fluvial, un potentiel à exploiter sur le bassin Rhône-Saône-Méditerranée

Le fluvial, un potentiel à exploiter sur le bassin Rhône-Saône-Méditerranée

Total et Sanofi parmi les 25 entreprises les plus attractives de France

Total et Sanofi parmi les 25 entreprises les plus attractives de France

L’Echa et le Cefic cherchent des solutions face aux non conformités des dossiers Reach

L’Echa et le Cefic cherchent des solutions face aux non conformités des dossiers Reach

Plus d'articles