Nous suivre Info chimie

L'IPGG ouvre officiellement ses portes

D.O.

Sujets relatifs :

, ,

C'est en présence du président de la République François Hollande et de la maire de Paris, Anne Hidalgo, que l'Institut Pierre-Gilles de Gennes (IPGG) a été officiellement inauguré le 14 mars à Paris. Regroupant 4 centres de recherches (ESCPI Paris Tech, ENS, Institut Curie et Chimie ParisTech), cet institut a pour objectif de développer la recherche fondamentale et collaborative sur la microfluidique et ses applications industrielles : diagnostic sur puce, séquençage génomique, impression 3D microfluidique, affichage sur support sans rétro-éclairage, etc. « L'objectif de l'IPGG est de porter la révolution microfluidique. L'IPGG doit permettre à la France de conquérir une place de choix sur l'échiquier mondial de cette nouvelle discipline. Cela en regroupant en un même lieu les meilleures équipes parisiennes dans cette discipline. Et dans un second temps, en mettant à disposition de ces chercheurs mais aussi des start-up qu'ils engendrent, une plateforme technique unique au monde, regroupant les meilleures technologies existantes au service des applications de la microfluidique », détaille Patrick Tabeling, directeur de l'IPGG. L'Institut abrite à la fois un Laboratoire d'Excellence (Labex) et un Équipement d'Excellence (Equipex), qui ont bénéficié de 15,2 M€ alloués dans le cadre des Investissements d'avenir et financés par le Grand emprunt de 2010. L'IPGG héberge 15 équipes de recherche impliquées dans plusieurs domaines scientifiques tels que les biotechnologies, la biologique, la chimie analytique, la rhéologie, etc. Il s'appuie sur un espace de 3 000 m2 dédié à la recherche, et 600 m2 dédiés à l'incubation de start-up. À ce jour, cet incubateur héberge 10 jeunes sociétés : Biomillenia, Calyxia, Cardiawave, DNA Script, HiFiBio, Microfactory, Millidrop, Nexdot, Platod et Singulia. L'IPGG abrite également une plateforme technologique de 550 m2, équipé de toutes les technologies nécessaires pour la réalisation de systèmes microfluidiques : une salle blanche de 100 m2 en ISO 6 et 7, un atelier de micro-usinage, une salle grise de 150 m2 en ISO 8, une salle de microscopie, un laboratoire de culture cellulaire, une salle de chimie analytique, et un espace de travaux pratiques pour la formation.

Un coup de pouce à la recherche

En marge de l'inauguration de l'IPGG, le président de la République a annoncé que l'Agence nationale de la recherche (ANR) accepterait davantage de projets dès cette année. En 2016, les projets « Frontières de la recherche » bénéficieront d'un taux de réussite d'au moins 14 %, et d'au moins 12 % pour ceux concernant les défis sociétaux (contre 9 % jusqu'à présent). En 2017, les taux de sélection devraient être portés respectivement à 20 et 14 %. François Hollande a par ailleurs annoncé une mesure pour les jeunes chercheurs, dont les dossiers n'ont pas pu bénéficier des financements européens. L'Etat a décidé de débloquer une enveloppe de 10 M€ « affectés dès cette année au soutien de leurs projets ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

European Plasticisers s’investit dans le recyclage du PVC

European Plasticisers s’investit dans le recyclage du PVC

European Plasticisers, l’organisation regroupant les producteurs de plastifiants européens, organisait le 26 et 27 novembre plusieurs visites d’usines afin de présenter ses engagements en faveur du recyclage et rappeler[…]

Lubrizol : Le groupe veut agir en bon voisin

Lubrizol : Le groupe veut agir en bon voisin

L’OGCI met en place des programmes CCUS

L’OGCI met en place des programmes CCUS

Des produits domestiques interdits à la vente en libre-service ?

Des produits domestiques interdits à la vente en libre-service ?

Plus d'articles