Nous suivre Info chimie

L'UE enquête sur la transaction Solvay-BASF

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
L'UE enquête sur la transaction Solvay-BASF

© © EC

La Commission européenne a ouvert une enquête approfondie au sujet de la cession de l'activité Polyamides de Solvay à BASF. Elle craint des hausses de prix et de plus grandes difficultés pour la concurrence, face au futur géant européen du nylon.

L'ultime phase de transformation du portefeuille de Solvay ne sera sans doute pas si simple. Presque huit mois après l'annonce de la cession de son activité Polyamides au géant BASF, pour une valorisation de 1,6 milliard d'euros (CPH n°815), la Commission européenne vient d'annoncer, le 26 juin, l'ouverture d'une enquête approfondie. L'UE s'inquiète principalement de la taille de la future entité polyamides de BASF et de la présence de Solvay sur toute cette chaîne de valeur, décrit comme le « seul fabricant dans l'espace économique européen qui possède des actifs de production à tous les niveaux de la chaîne de production du nylon, de l'adiponitrile (ADN) aux composés et fibres de nylon ». Selon la Commission, « l'opération envisagée créerait un acteur important sur le marché des composés de nylon, dont la taille de marché serait presque deux fois supérieure à celle du concurrent le plus proche. L'entité issue de la concentration contrôlerait également des parties considérables des marchés libres et des capacités de production à tous les niveaux de la chaîne de production du nylon. En outre, aucun autre acteur ne serait pleinement intégré de la même manière dans la chaîne de production. Les concurrents dépendront par conséquent de la capacité de l'entité issue de la concentration à continuer à leur fournir un ou plusieurs intrants essentiels ». De plus, l'UE n'est pas persuadée que la concurrence pourra « être préservée par les nouveaux arrivants, étant donné que l'accès aux intrants essentiels (tels que l'ADN) est limité et indispensable pour pouvoir exercer une concurrence effective ».

Problèmes de concurrence

L'enquête préliminaire menée par la Commission européenne lui fait craindre des risques de hausses de prix. Il y aurait, en l'état, des « problèmes de concurrence en ce qui concerne la fourniture des intrants suivants, essentiels pour la chaîne de production du nylon : ADN, hexaméthylène diamine, acide adipique, sel adipate d'hexaméthylènediamine, polymère de base polyamide 6.6 et plastique technique polyamide 6.6 », souligne la Commission. Ajoutant que « l'enquête initiale menée sur le marché a également montré que les concurrents de l'entité issue de la concentration craignent qu'elle cesse de leur fournir ces intrants essentiels, compte tenu de ses propres besoins accrus en aval ». Solvay et BASF vont devoir attendre jusqu'au 31 octobre prochain au maximum pour connaître la décision finale de la Commission européenne sur ce dossier. D'ici là, les deux protagonistes soumettront sans doute des remèdes.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Arkema cède son activité Polyoléfines fonctionnelles

Arkema cède son activité Polyoléfines fonctionnelles

Arkema a annoncé qu’il cédait son activité Polyoléfines fonctionnelles au groupe coréen SK Global Chemical. Rachetée pour 335 millions d’euros, la branche Polyoléfines[…]

15/10/2019 | SpécialitésPolyoléfines
Arkema augmente sa production en Chine

Arkema augmente sa production en Chine

TPE : Trinseo investit dans un pilote à Taïwan

TPE : Trinseo investit dans un pilote à Taïwan

Henkel signe un accord d’approvisionnement avec Carbon Revolution

Henkel signe un accord d’approvisionnement avec Carbon Revolution

Plus d'articles