Nous suivre Info chimie

L'UIC pointe l'absence de stratégie gaz

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

L'Union des Industries Chimiques (UIC) demeure concentrée sur le projet de loi sur la transition énergétique développé par le gouvernement afin de préserver la compétitivité et l'accès à une énergie compétitive.

Le projet est d'autant plus important pour le secteur qui se pose comme le premier consommateur industriel d'énergie (20 % de l'énergie électrique et 40 % du gaz dans le pays par an). L'un des points noirs soulevés par l'UIC dans le projet actuel est l'absence d'une stratégie gaz. Or, le gaz est central pour l'industrie chimique en étant à la fois source d'énergie cruciale et une matière première indispensable et non substituable pour la fabrication de certains produits. Actuellement, l'UIC juge que « le gaz est le grand absent de ce projet de loi alors que la production européenne est en décroissance. L'UIC souhaite que la France puisse se doter d'une véritable stratégie gaz afin de permettre aux filières gazo-intensives d'améliorer leur compétitivité ». D'ici quelques semaines, le représentant de l'industrie chimique en France émettra des propositions pour étoffer la loi sur la transition énergétique.

Par ailleurs, l'UIC s'inquiète quelque peu du « pari tout électrique avec une énergie décarbonée » que semble privilégier le gouvernement, en raison des problèmes posés par les énergies renouvelables jugées intermittentes (solaire, éolien) et encore non compétitives. Arguant que des coûts non supportables menacent particuliers et industriels si une bonne intégration n'est pas définie. L'UIC en veut d'ailleurs pour exemple l'Allemagne. Suite à la catastrophe japonaise de Fukushima, le gouvernement allemand a engagé la sortie du nucléaire et l'impératif des énergies renouvelables. Or, outre le problème de la relance des centrales à charbon outre-Rhin et l'impact sur les émissions de gaz à effets de serre à la hausse, l'objectif ambitieux de 80 % d'électricité provenant de sources renouvelables d'ici 2050 est bien plus onéreux et bien plus complexe que prévu, a récemment reconnu le ministre allemand de l'Économie et de l'Énergie.

Néanmoins, plusieurs composantes du projet de loi sur la transition énergétique sont perçues positivement par l'UIC : « développement de filières industrielles compétitives et riches en emplois, prise en compte des électro-intensifs, possibilité de faire un point et d'analyser les écarts par rapport aux objectifs tous les cinq ans afin d'adapter la politique énergétique de la France à la situation internationale de l'énergie, de la compétitivité des entreprises et du changement climatique ». L'UIC souligne toutefois que cette « politique énergétique volontariste » doit « s'accompagner d'une étude d'impact et d'une analyse suffisante pour définir le montant des investissements nécessaires dans la durée ».

Enfin, le point très positif soulevé par l'UIC dans le cadre de la transition énergétique réside dans la force du secteur pour se poser comme le pourvoyeur idéal de solutions et de matériaux plus efficaces pour le développement des énergies renouvelables et la réduction de la consommation d'énergie.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Euro Chlor lance son plan pour 2050

Euro Chlor lance son plan pour 2050

L’entité du Cefic, en charge du secteur chlore-alcali, a publié le 11 septembre 2020 sa feuille de route « Mid-Century for a Sustainable Chlor-Alkali Industry (MCS) », définissant ses axes[…]

Glyphosate : Bayer fait appel du verdict concernant le RoundUp

Glyphosate : Bayer fait appel du verdict concernant le RoundUp

Batterie : LG Chem gagne une action en justice contre SK Innovation

Batterie : LG Chem gagne une action en justice contre SK Innovation

Plastique : Les déchets non recyclés taxés par l’Europe

Plastique : Les déchets non recyclés taxés par l’Europe

Plus d'articles