Nous suivre Info chimie

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Le site d'Ineos à Sarralbe

© Ineos

Suite à l'annonce de l'arrêt programmé du vapocraqueur de Total à Carling, la CGT craint des menaces pour la pérennité du site de polyoléfines d'Ineos à Sarralbe, et réclame des garanties. Des inquiétudes que ne partagent pas les deux industriels.

L'annonce de l'arrêt du dernier vapocraqueur en activité de Total à Carling (Moselle) a ravivé les craintes des partenaires sociaux sur l'avenir du site industriel voisin d'Ineos, à Sarralbe. Ce site de polyoléfines, qui avait d'ailleurs fait l'objet d'un projet avorté de cession en 2012, est dépendant des productions d'éthylène à Carling. Il consomme habituellement entre 190 000 et 200 000 tonnes par an d'éthylène pour ses unités de polyéthylène haute densité, d'une capacité totale de 195 000 t/an. Selon la CGT d'Ineos Sarralbe, Total a annoncé un investissement de 23 millions d'euros pour augmenter les capacités du pipeline reliant Carling à Lavera (Bouches-du-Rhône), en passant par Feyzin (Rhône), et permettre d'assurer la livraison d'Ineos en éthylène. Lors de l'annonce du projet de la transformation de la plateforme de Carling, Total avait confirmé une enveloppe de 30 M€ pour la logistique, ce qui comprenait à la fois le volet Ineos et aussi l'alimentation en propylène du site d'acide acrylique d'Arkema à Carling. En réalité, la CGT s'inquiète pour deux raisons. D'une part, elle évoque la rumeur d'une garantie de seulement 160 000 t/an d'éthylène via le pipeline à Ineos Sarralbe, et non de 200 000 t/an. D'autre part, le contrat actuel d'approvisionnement entre Total et Ineos s'achève au 31 décembre 2015. Soit l'année même de la fermeture du vapocraqueur. « Nous ne nous contenterons pas de bonnes intentions ou de discours rassurants, nous voulons un accord signé avec des quantités suffisantes, des prix corrects et des échéances allant largement au-delà de décembre 2015 », affirme aujourd'hui la CGT, estimant de plus que « pour notre alimentation en propylène, rien n'est réglé ».

Aucune raison de s'inquiéter selon les industriels

La direction d'Ineos Sarralbe de son côté ne perçoit aucune raison de s'inquiéter. Des conversations sont en cours avec Total pour trouver une solution d'approvisionnement en monomères au-delà de fin 2015. Ce qu'a confirmé le géant pétrochimique français. Il n'y a aucun élément indiquant que ces approvisionnements seraient limités, nous a également assuré la direction. Laquelle envisage la solution de Total d'investir sur le pipeline sud comme la plus évidente et la plus simple pour garantir son approvisionnement en éthylène. La solution d'un approvisionnement alternatif par le projet, maintes fois reporté, d'un éventuel pipeline raccordé au réseau allemand est perçue comme totalement hypothétique actuellement. Enfin, la direction dIneos Sarralbe dit « ne pas paniquer » face à l'échéance du 31 décembre 2015 pour le contrat avec Total. D'une part, car le contrat ne va pas s'arrêter demain mais dans plus de deux ans, d'autre part, car les contrats à long terme pour l'éthylène en Europe de l'Ouest ne sont plus monnaie courante, et qu'il n'y a donc rien d'inquiétant dans ce contexte.

La question de l'approvisionnement en propylène pour le site d'Ineos Sarralbe n'est en revanche pas dans la balance. Les deux lignes de polypropylène en activité, d'une capacité combinée de 90 000 t/an, sont alimentées par rail par d'autres fournisseurs que Total et pas depuis Carling. Le site dispose d'une troisième unité, de 150 000 t/an, mais qui demeure inactive depuis 2008.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Bayer ne détient plus que 6,8 % de Covestro

Bayer ne détient plus que 6,8 % de Covestro

La part du géant allemand dans son ancienne division CropScience se réduit comme peau de chagrin. Bayer a annoncé, le 4 mai, avoir procédé à la vente, le 3 mai au soir et uniquement à des[…]

Horizon dégagé pour la chimie en France

Horizon dégagé pour la chimie en France

Shell se dotera d’une centrale photovoltaïque à Moerdijk

en bref

Shell se dotera d’une centrale photovoltaïque à Moerdijk

Kuraray s'offre Calgon Carbon

Kuraray s'offre Calgon Carbon

Plus d'articles