Nous suivre Info chimie

La chimie bien orientée en France

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

L'année 2016 aura été dynamique. Avec 2 % de croissance, la production de la chimie en France a surclassé celles de l'Europe et de l'Allemagne, cantonnées à 0,5 %. C'est mieux, aussi, que la croissance de l'ensemble de l'industrie manufacturière en France, limitée également à 0,5 %. Avec ce rythme, deux fois plus soutenu qu'en 2015 (CPH n°754), la production chimique en France est désormais supérieure de près 10 % à son niveau d'avant-crise. Le bilan présenté par l'UIC la semaine dernière est très positif, presque à tous les étages. Certes, l'évolution de la production reste disparate. Mais là où seules les spécialités avaient progressé en 2015, une seule a enregistré un repli l'an dernier. Pénalisée par la baisse des volumes d'engrais, la chimie minérale a subi une contraction de 1,4 %. Malgré les grèves au printemps 2016, la chimie minérale a néanmoins avancé, de 0,8 %. Le segment des savons, parfums et produits d'entretien a retrouvé des couleurs avec 2,5 % de croissance. Surtout, les spécialités ont enregistré +5,4 % sur un an. « C'est la chimie de l'aval, de l'application, qui tire la performance de notre industrie », s'est réjoui Pascal Juéry, le président de l'UIC.


« Les moyens de se faire mieux entendre »


Autre satisfaction de taille : le commerce extérieur. Le solde des échanges a renoué avec le record de 2014, à 7,4 milliards d'euros, contre 7,1 Mrds € l'an dernier. Une performance similaire à celle de la pharmacie (7,5 Mrds €) et en troisième position derrière l'aéronautique (18,6 Mrds €). L'UIC se félicite aussi des dépenses en R&D, de l'ordre de 1,8 Mrd €, soit 10 % de la valeur ajoutée du secteur, ou de la progression des dépenses d'investissement qui se poursuit, évaluées à 3,3 Mrds € en 2016, soit 17,9 % de la valeur ajoutée. Enfin, la fédération française se dit en bonne voie pour tenir ses engagements en matière d'emploi (31 500 embauches depuis 2015 pour un objectif de 47 000 cette année, 5 009 contrats d'alternance par an sur un objectif de 5 000) et la diminution de son empreinte environnementale (-57 % d'émissions de gaz à effets de serre par rapport à 1990).

Toutefois, tout n'est pas optimal. Le chiffre d'affaires est estimé à 71,2 Mrds € en 2016, en retrait de 3 % sur un an et proche du plus bas niveau de 2009 (68,2 Mrds €). Ce qui résulte surtout d'un effet prix. « Ce qui compte sont les volumes et les marges, le chiffre d'affaires n'est que le reflet de la situation des matières premières », relativise Pascal Juéry. Ce dernier préfère pointer du doigt d'autres difficultés. Comme celle des réglementations. Si leur coût a doublé en France depuis 10 ans, l'UIC dénonce surtout la fâcheuse manie des décideurs français à en rajouter sur les contraintes européennes, entraînant des déficits de compétitivité avec les voisins européens. Par ailleurs, pour muscler la compétitivité du secteur en France, l'UIC continue de s'appuyer sur l'étude Advancy présentée à l'automne et identifiant toute une série de leviers (CPH n°780). Avec trois priorités absolues : en finir avec la surréglementation, renforcer l'attractivité des plateformes et soutenir l'innovation. Il est préconisé la création d'un statut incitatif pour les plateformes. « Aujourd'hui il n'y a pas de statut légal de plateforme », regrette Pascal Juéry. « Quand vous avez 12 industriels sur une plateforme, vous avez 12 permis d'exploitation, là où cela devrait se limiter à un seul. Il ne faut plus regarder individuellement ». Concernant l'innovation, au-delà du crédit impôt recherche toujours plébiscité, l'UIC demande plus de soutien public pour les filières innovantes, ou un meilleur accompagnement des PME dans la transition numérique. À l'heure des présidentielles, et dotée d'un dynamique bilan, la chimie en France a peut-être là les moyens de se faire mieux entendre.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Edito : Deux craqueurs saoudiens en projet au Texas

Edito : Deux craqueurs saoudiens en projet au Texas

En mai 2018, le Saoudien Sabic et l’Américain ExxonMobil créaient la Gulf Coast Growth Ventures, une société commune chargée de construire un complexe pétrochimique de plusieurs milliards de[…]

14/06/2019 | ExxonMobilPétrochimie
Edito : La chimie au coeur de la stratégie de Shell

Edito : La chimie au coeur de la stratégie de Shell

Edito : Début d’année en demi-teinte pour la chimie européenne

Edito : Début d’année en demi-teinte pour la chimie européenne

Edito : Chimie et digital, le retour

Edito : Chimie et digital, le retour

Plus d'articles