Nous suivre Info chimie

La chimie, bonne élève de l'industrie

Sylvie Latieule, rédactrice en chef

Sujets relatifs :

,
La chimie, bonne élève de l'industrie

Sans aucun triomphalisme, l'industrie chimique en France vient de dresser le bilan d'un exercice 2012 moins mauvais que prévu. Alors que l'on s'attendait à l'automne à un recul de la production en volume de 1,2 %, le retrait ne sera finalement que de 0,5 %. Le chiffre d'affaires correspondant ressort à 88,9 milliards d'euros en hausse de 2,5 %. Dans un contexte économique difficile en France comme en Europe, cette performance n'est pas à mettre sur le compte de la demande intérieure qui est restée très faible, tant du côté des industriels que du grand public. D'ailleurs, l'industrie française dans son ensemble a plongé de 2,7 % en volume en 2012. En revanche, Philippe Goebel, président de l'UIC, fait observer que l'activité chimique a bénéficié d'une demande plus soutenue à l'export, en particulier en dehors de l'Union européenne (+5,7 %). Mais il a très vite tempéré son message en soulignant que le poids de la France dans les exportations de la chimie européenne continue de diminuer, la France se trouvant largement distancée par l'Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas.

Une source de satisfaction vient cependant du côté des investissements qui ont atteint en 2012 le chiffre record de 3,7 Mrds €, soit 4,1 % du chiffre d'affaires. Et dans ces investissements, près de la moitié du montant est consacré à des projets d'avenir : nouveaux produits (12 %) et extensions de capacités (35,8 %). Au final, en ajoutant un poids de la recherche qui dépasse les 1,4 Mrd €, on constate que l'industrie chimique consacre 6 % de ses revenus à la préparation de son avenir.

Concernant les perspectives pour 2013, l'UIC anticipe une hausse des volumes de production de 0,6 %, en ligne avec une chimie européenne qui pense progresser de 0,5 %. « Le début de l'année montre une continuité par rapport à 2012 et nous avons même l'espoir en deuxième partie d'année de profiter de l'amélioration de la demande extérieure », estime le président. Il fait allusion à l'économie américaine qui retrouve des couleurs en partie grâce à la manne des gaz de schiste, mais également à la zone Asie, dont la croissance s'était ralentie en 2012, mais qui est en train de repartir.

Année après année, l'industrie en France se maintient donc malgré un parcours semé d'embûches, souvent d'ordre réglementaire. Mais aujourd'hui, un sujet d'une autre nature ressurgit : le coût de l'électricité. Tout le monde sait que grâce au nucléaire, le prix du kWh est plus bas en France qu'en Allemagne. Mais ce qui est vrai pour le particulier ne l'est pas forcément pour les industriels électro-intensifs. Depuis deux ans, par le biais de mécanismes de soutien à son industrie de plus de 10 Mrds € par an, l'Allemagne est parvenue à renverser la tendance. Selon l'UIC, un industriel électro-intensif allemand paie même son électricité 30 % de moins. Défavorisés par rapport aux Allemands, les industriels français le sont aussi par rapport aux chimistes américains qui bénéficient d'un gaz 3 à 4 fois moins cher. Et pour couronner le tout, le débat français sur la transition énergétique laisse entrevoir l'option de faire payer aux industriels électro-intensifs un renoncement partiel au nucléaire et le déploiement des énergies renouvelables. L'industrie chimique est prête à apporter des solutions technologiques pour faciliter cette transition mais pas à régler la facture. Ce serait le coup de trop assené à sa compétitivité déjà bien fragile


La production chimique en France n'a reculé que de 0,5 % en 2012.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Édito] : Cap sur le vapocraquage neutre en carbone

[Édito] : Cap sur le vapocraquage neutre en carbone

Comme tout grand acteur mondial de la pétrochimie, Dow doit se placer sur la bonne trajectoire pour atteindre la neutralité carbone en 2050, tout en délivrant de la croissance et de la valeur à ses actionnaires.[…]

[Édito] : Fin de mois surbookée pour la chimie du végétal

[Édito] : Fin de mois surbookée pour la chimie du végétal

[Édito] : Les prémices d’une réindustrialisation

[Édito] : Les prémices d’une réindustrialisation

[Edito] Décarbonation : A chacun son chemin

[Edito] Décarbonation : A chacun son chemin

Plus d'articles