Nous suivre Info chimie

La chimie se rattrape

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

C'est le printemps. Et il est de bon augure. Contrairement aux premiers résultats trimestriels moribonds du printemps dernier, les chiffres 2010 affichent de larges croissances pour les acteurs de la chimie européens et nord-américain. Le terme « dépasser les attentes » est même en vogue sur les marchés. Le leader mondial a publié d'excellents résultats. BASF a amélioré son chiffre d'affaires de 26 %, à 15,5 Mrds €. Surtout, le résultat opérationnel a bondi de 98 %, à 1,84 Mrd € et le résultat net a quasiment triplé, à 1,03 Mrd €. Tous les segments affichent des croissances au-dessus de 30 %, et jusqu'à 71 % pour les Produits de performance. Au niveau géographique, les ventes ont aussi bien progressé. Si l'Europe reste modeste avec + 12 %, l'Amérique du Nord affiche + 47 % et pas moins de + 73 % pour l'Asie-Pacifique. BASF, comme l'ensemble des acteurs, estime que l'amélioration des volumes et des marges ainsi que le réveil asiatique amorcés en fin d'année 2009 se confirment, et revigorent les bilans. DSM voit son chiffre d'affaires reprendre 21 % à 2,23 Mrds € tandis que son profit opérationnel explose de 282 %, à 218 M€. Boosté par ses résultats dans les pays émergents, qui représentent la moitié de son portefeuille, Rhodia aussi surfe sur la bonne vague. Avec une croissance de 23 % de son chiffre d'affaires (1,18 Mrd €), un Ebitda passé de 2 à 221 M€ en un an, et un retour aux bénéfices (+ 69 M€), Rhodia se sent pousser des ailes, et évoque la possibilité d'une ou plusieurs acquisitions en 2010. Même Clariant, qui sort d'une année très difficile, retrouve des couleurs avec des ventes en hausse de 13 % (1,8 Mrd CHF), et repasse dans le vert avec un petit bénéfice de 10 M CHF. Bayer affiche un progrès moindre (+ 5,3 % de ventes, à 8,3 Mrds €) mais un certain sens de l'équilibre. Sa division MaterialScience en perdition depuis plus d'un an se retrouve ainsi contributrice avec des ventes en hausse de 35,5 %. Elle permet de pallier la stagnation de la division pharmacie et la baisse de forme de l'agrochimie qui recule de 7,9 %. Un peu comme pour Dow. Sa division Santé et agriculture est la seule à afficher un recul, de 6 %, quand tous ses autres segments croissent d'au moins 16 % et jusqu'à 49 % pour les plastiques de base. Avec des hausses de ventes régionales allant de 14 % pour l'Amérique du Nord à 51 % pour l'Asie-Pacifique, le géant américain a mieux progressé que prévu. Le groupe publie une croissance de 48 % de son chiffre d'affaires, à 13,4 Mrds $, et un profit net qui a bondi de 35 M$ à 552 M$. De son côté, DuPont affiche + 23 %, à 8,84 Mrds $ et un résultat net doublé, à 1,13 Mrd $. Tous ses marchés sont au vert. Avec un record de ventes géographiques pour l'Asie-Pacifique (+ 71 %) et un record par activités qui revient à la division Électronique et communications (+ 73 %). Enfin, on pourra noter le regain de vitalité du géant pétrochimique ExxonMobil dont les activités chimiques ont vu leurs bénéfices rebondir de 39 %, à 1,25 Mrd $. Reste que derrière ces chiffres au profil charmant se cache une réalité un peu moins glorieuse. Puisque tous se comparent ici aux résultats désastreux du morose premier trimestre 2009. Finalement, comme l'évoque Jürgen Hambrecht, le p-dg de BASF qui parle d'un retour « au niveau de nos meilleurs trimestres d'avant crise », l'industrie reprend les choses presque là où elle les avait laissées en 2008. Plus que des réels gains, c'est toujours ça de rattrapé.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Chimie européenne : Amélioration possible en fin d’année

Chimie européenne : Amélioration possible en fin d’année

Les résultats du deuxième trimestre de la chimie européenne tombent toujours pendant la trêve estivale, nécessitant de se mettre à jour à la rentrée. Cette année, ils apportent une[…]

31/08/2020 | Edito Hebdo
[Édito Plan de relance] : la chimie et la pharma aux aguets

[Édito Plan de relance] : la chimie et la pharma aux aguets

[Édito] : Quand Reliance se met au vert

[Édito] : Quand Reliance se met au vert

[Édito] : Ineos toujours aussi dépensier

[Édito] : Ineos toujours aussi dépensier

Plus d'articles