Nous suivre Info chimie

La chimie U.S. se montre « great again »

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
La chimie U.S. se montre « great again »

© ExxonMobil

Cette fois-ci, c'est très positif. Alors que l'exercice 2017 avait été décevant (+0,8 % seulement), malgré l'accélération des mises en service de capacités additionnelles (CPH n°826), la production chimique américaine, hors pharmacie, devrait afficher une croissance de 3,1 % pour 2018. Soit une situation totalement inversée par rapport à la chimie européenne tombée de 3 % à -0,5 % en un an (voir ici). C'est ce qu'établit le bilan annuel publié par l'American Chemistry Council (ACC). Le rapport se félicite du dynamisme américain. Alors que l'économie mondiale ralentit, celle des États-Unis progresse, notamment grâce au doublement de la croissance du secteur manufacturier, facilitant ainsi la vigueur de la production chimique outre-Atlantique. La demande est tirée par la construction automobile qui, même si elle a passé un pic, reste à un niveau élevé, ainsi que par la bonne santé de la construction et des activités industrielles. La chimie américaine continue aussi de bénéficier d'avantages en termes d'énergie et de matières premières grâce aux gaz et pétrole de schiste. Par grand segment, la chimie de base américaine, profitant surtout de la demande des secteurs de la construction et de l'automobile, ainsi que de l'export, devrait enregistrer une croissance de 2,1 % en 2018. Mais le meilleur est à venir puisque l'ACC table sur +4,8 % en 2019 et +4,3 % en 2020. Du côté des spécialités, la croissance de la production affiche 3,7 % en 2018. Elle devrait se limiter à 2,2 % l'an prochain. Les sous segments les plus dynamiques sont les produits chimiques pour le pétrole et le gaz, les spécialités pour l'électronique, les revêtements, les adhésifs, les cosmétiques, les arômes et les parfums.

Sur le front de la balance commerciale, le bilan est également très positif. L'ACC indique que les échanges entre les États-Unis et ses partenaires vont atteindre 248 milliards de dollars (218 Mrds €) pour 2018, en hausse de 9,1 % par rapport à 2017. Les exportations américaines de produits chimiques gagneraient 10 % sur un an, à 143 Mrds $. Les importations enregistreraient une croissance de 7,8 %, à 105 Mrds $. Ce qui permettrait de dégager un excédent commercial de l'ordre de 38 Mrds $ pour l'année.

Avec cette dynamique actuelle et les formidables investissements dans l'outil industriel américain (333 projets annoncés depuis 2010 pour une valeur d'investissement de 202 Mrds $), la fédération américaine imagine un avenir radieux. L'excédent commercial pourrait plus que doubler, à 69 Mrds $ dès 2023 ! La croissance de la production devrait encore s'améliorer en 2019, de 3,6 %, et atteindre 3,1 % en 2020 avant de décélérer à 2,2 % en 2021. Oui mais, car il y a un « mais ». Ces belles promesses sont conditionnées par un environnement commercial apaisé avec les partenaires commerciaux de l'Amérique. Martha Moore, directrice senior de l'analyse politique et économique de l'ACC, co-auteur du rapport, a beau se féliciter du fait que les « taux de croissance de la chimie américaine pour les cinq prochaines années devraient surpasser la moyenne annuelle des 20 années précédentes », elle souligne que cela se fera si « l'accès aux marchés à l'export demeure ouvert à nos producteurs ». Une remarque adressée à la politique de la Maison Blanche et de son artificier en chef, Donald Trump. Les tensions commerciales avec la Chine, surtout, et l'UE ne cessent d'inquiéter les chimistes américains. L'ACC avait d'ailleurs tapé deux fois du poing sur la table cet été sur ce sujet, demandant une retenue américaine et une bonne intelligence pour la gestion des dispositions commerciales (CPH n°856). La publication de ce bilan est l'occasion d'en remettre une couche à l'approche des fêtes.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Edito : Le premier semestre 2019 en résumé

Edito : Le premier semestre 2019 en résumé

Alors que votre publication s’apprête à faire une pause estivale, il est temps de dresser un bilan de ce premier semestre 2019. Dans la chimie, deux sociétés ont indéniablement occupé le devant de[…]

19/07/2019 |
Centenaire de l’IUPAC : Quatre grands patrons de la chimie réunis à Paris

Centenaire de l’IUPAC : Quatre grands patrons de la chimie réunis à Paris

Chimie européenne : Le Cefic annonce un bon début d’année

Chimie européenne : Le Cefic annonce un bon début d’année

Une chimie hyper-durable en 2050

Une chimie hyper-durable en 2050

Plus d'articles