Nous suivre Info chimie

La direction de Sika continue de batailler contre Saint-Gobain

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

L'ordre du jour de la prochaine assemblée générale ordinaire du chimiste suisse dresse une série de mesures pour contrer la marge de manoeuvre de Saint-Gobain au sein de Sika. La tenue d'une assemblée générale extraordinaire, réclamée par Schenker-Winkler, a été réfutée par la justice suisse.

Le conseil d'administration de Sika continue de durcir le ton contre la possible prise de contrôle du groupe suisse par le Français Saint-Gobain. L'ordre du jour annoncé pour l'assemblée générale (AG) annuelle de Sika, prévue le 14 avril, est ainsi peu engageant pour Saint-Gobain et la holding Schencker-Winkler, représentante de la famille historique Burkard. D'autant plus qu'un tribunal suisse a annoncé, le 17 mars, qu'une assemblée générale extraordinaire, réclamée par la holding, n'avait pas lieu de se tenir avant l'assemblée générale ordinaire, en raison d'une trop grande proximité calendaire.


«Constituer un audit spécial pour enquêter sur les 24 mois précédant l'offre de Saint-Gobain»


Au menu de ce rendez-vous avec les actionnaires le 14 avril, le conseil d'administration a indiqué en premier lieu que tous ses membres se tenaient prêts à être réélus. Mais surtout, en raison de la volonté de Schenker-Winkler de voir certains membres débarqués, prioritairement le président Paul Hälg, le conseil d'administration menace la démission intégrale dudit conseil si un seul des membres actuels ne devait pas être réélu et si Paul Hälg n'était pas confirmé à la tête de Sika. Par ailleurs, le conseil déconseille vivement aux actionnaires la nomination de Max Roesle, préconisée par Schenker-Winkler, en raison de son manque d'expérience managériale et industrielle. La volonté d'un groupe d'actionnaire mené par la Fondation Ethos pour supprimer la clause d'opting-out (qui exempt un actionnaire s'emparant de plus d'un tiers des droits de vote de lancer une offre sur la totalité du capital) est aussi à l'ordre du jour. Et vivement défendue par le conseil d'administration. Par ailleurs, est soutenue aussi la proposition d'un autre groupe d'actionnaires (Fidelity Wordlwide Investment, Threadneedle Investments, Fondation Bill and Melinda Gates et Cascade Investment) de constituer un audit spécial pour enquêter sur les 24 mois précédant l'offre de Saint-Gobain afin de déterminer si Schencker-Winkler n'a pas transmis d'informations confidentielles au groupe français, et de faire la lumière sur de possibles arrangements entre les deux acteurs. Enfin, toujours sous la proposition de ce même groupe d'actionnaires, le conseil d'administration soutient la mise en place pour deux ans d'un comité spécial d'experts pour surveiller et enquêter sur la « gestion future des activités de Sika en lien avec la holding Schenker-Winkler, la famille Burkard et Saint-Gobain ». Ce comité serait doté de pouvoirs très étendus, comme un accès à tous documents confidentiels, y compris certaines communications électroniques, et ferait un rapport détaillé deux fois par an.

Selon la direction de Sika, et conformément aux lois applicables en Suisse, ces propositions de suppression de la clause d'opting-out et de mises en place du comité d'audit spécial et du comité d'experts, ne nécessiteraient qu'une majorité en termes de représentativité au capital et sans tenir compte des droits de vote.



 

Sika acquiert Axson Technologies

Le chimiste suisse a annoncé l'acquisition d'Axson Technologies, un leader dans le domaine des formulations époxy et polyuréthane dans les matériaux composites, l'encapsulation, le prototypage et l'outillage, ou encore les adhésifs structuraux. Des spécialités qui s'adressent aux marchés de l'automobile, de l'aéronautique, de l'industrie navale, de l'énergie renouvelable, des sports et loisirs, et de la construction. Le montant de la transaction n'a pas été indiqué. Axson génère des ventes annuelles d'environ 75 millions de francs suisses (environ 71 M€). Issue de l'Américain Hexcel, la société était devenue une entreprise à part dès 1994, et avait notamment été reprise par BSR en 2011 (CPH n°567). Axson (365 salariés) détient six sites de production dans le monde : aux États-Unis, au Mexique, au Japon, en Chine, en Slovaquie et en France, son plus important site avec plus de 1 000 t/an de capacités, établi à Saint-Ouen-L'Aumône (Val d'Oise).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Polariseurs LCD : LG Chem conclut un accord avec Shanshan

Polariseurs LCD : LG Chem conclut un accord avec Shanshan

  Le groupe coréen LG Chem a annoncé la signature d’un contrat conditionnel avec la société chinoise Ningbo Shanshan. Cet accord porte sur la vente d’une partie de l’activité de[…]

Accident industriel : LG Polymers India sommé d’évacuer son stock de styrène

Accident industriel : LG Polymers India sommé d’évacuer son stock de styrène

Fuite de gaz sur le site de LG Polymers India

Fuite de gaz sur le site de LG Polymers India

Empreinte environnementale : Total vise la neutralité carbone pour 2050

Empreinte environnementale : Total vise la neutralité carbone pour 2050

Plus d'articles