Nous suivre Info chimie

La facture s'alourdit encore pour le complexe américain de Sasol

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
La facture s'alourdit encore pour le complexe américain de Sasol

© Sasol

La finalisation du complexe de Lake Charles en Louisiane du pétrochimiste sud-africain est en vue. Mais plusieurs facteurs pénalisants au cours du quatrième trimestre 2018 ont fait déraper les coûts, portant les investissements à près de 12 Mrds $, et repoussent de quelques mois les dates prévisionnelles de démarrage des différentes unités.

Sasol en voit le bout. Mais c'est plus problématique qu'envisagé. Le 8 février, le groupe sud-africain a fait un point sur l'avancement de son gigantesque projet de complexe pétrochimique américain, le Lake Charles Chemicals Project (LCCP), en Louisiane, déplorant des retards de calendrier et un dérapage des coûts. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que Sasol est obligé de revoir la note à la hausse. Dès 2017 il avait évoqué un investissement de près de 11 milliards de dollars, soit près du double de ce qui avait été envisagé initialement en 2012 (CPH n° 770) ! Désormais, Sasol estime que les investissements nécessaires s'établiront entre 11,6 et 11,8 Mrds $ au lieu des 11,13 Mrds $ prévus.

Intempéries et absentéisme

Cette dérive des coûts est liée à plusieurs facteurs survenus au quatrième trimestre 2018. Il y a d'abord eu des problèmes de planification, notamment des travaux d'ingénierie insuffisants identifiés trop tardivement pour le vapocraqueur (capacité de 1,54 million de tonnes par an d'éthylène). Il y a aussi eu des défauts sur des pièces forgées en acier pour le vapocraqueur et l'unité d'oxyde d'éthylène et d'éthylène glycol. Par ailleurs, le chantier a subi des précipitations très excessives et inhabituelles en fin d'année. Enfin, Sasol a dû faire face à un problème de productivité, lié notamment à un fort absentéisme des équipes de construction autour des périodes de fêtes de fin d'année. Ce problème d'absentéisme est estimé à 155 M$. Ce qui est moins que les problèmes d'ingénierie et de construction, estimés à 180 M$. Sasol a chiffré le problème lié aux intempéries à 45 M$ tandis que les reports de calendrier coûteront autour de 70 M$. Enfin, le groupe a provisionné 200 M$ pour les imprévus d'ici à la fin du chantier.

À fin décembre 2018, les activités d'ingénierie et de fourniture des équipements étaient quasiment terminées, et la construction finalisée à 84 %. La finalisation du projet était estimée à 94 % et les investissements atteignaient 10,9 Mrds $ au total. Les reports varient de 1 à 5 mois. Le démarrage du vapocraqueur, programmé en février 2019 est ainsi reporté à juillet, celui de l'unité de polyéthylène basse densité ne s'effectuera pas en mars mais en août. Les dernières unités devraient être mises en service en janvier 2020 au plus tard. Le 13 février, Sasol s'est réjoui du bon démarrage de son unité de polyéthylène basse densité linéaire, la toute première des sept unités du LCCP à être mise en service. Pour les utilités, tout est opérationnel depuis la fin novembre 2018.

Sasol reste confiant

Financièrement, Sasol a du coup révisé les Ebitda qui étaient initialement entrevus. Pour 2019, le groupe tablait sur un Ebitda entre 110 M$ et 160 M$ pour le LCCP. Désormais ce sera entre -165 M$ et -195 M$. L'Ebitda devrait être positif à partir de 2020, à hauteur de 700 M$ au lieu de 1 Mrd $ envisagé au départ, et atteindre 1,3 Mrd $ à partir de 2022, comme prévu. Malgré ces délais et ces coûts supplémentaires, Sasol dit rester confiant dans les fondamentaux de son projet LCCP. En premier lieu pour l'avantage des matières premières, l'intégration de ce complexe de taille mondiale, et la haute valeur ajoutée attendue des produits.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Saudi Aramco signe des accords en Chine

Saudi Aramco signe des accords en Chine

Le 22 février, Saudi Aramco a signé un accord en vue de créer une entreprise commune avec le groupe Norinco et Panjin Sincen. L'objectif est de développer un complexe de raffinage et de pétrochimie[…]

11/03/2019 | ChinePétrochimie
Les marges d'Ineos en retrait

Les marges d'Ineos en retrait

Versalis en perte en 2018

Versalis en perte en 2018

Total s'empare de Synovia

Total s'empare de Synovia

Plus d'articles