Nous suivre Info chimie

La LOPR veut dynamiser la recherche

Sylvie Latieule

Un vent nouveau souffle sur la recherche académique française. Avec la LOPR (Loi de programme pour la recherche) publiée en avril dernier et toute la série de dispositifs qui l'entoure, le ministère est en train de reprendre la main, avec la volonté de donner au pays une vraie vision stratégique dans ce domaine. L'idée est aussi de dynamiser les laboratoires de recherche publique et de les emmener vers « plus d'efficacité », déclarait un représentant du ministère en ouverture d'un colloque intitulé « La chimie et la Loi de programme pour la recherche (LOPR) », proposé par la Fondation de la maison de la chimie. Au cœur de ce dispositif, on trouve un ensemble de nouveaux outils s'adressant tantôt aux chercheurs académiques, à leurs laboratoires ou aux universités et tantôt aux industriels. Doté d'un budget confortable de 800 millions d'euros, l'ANR (Agence nationale de la recherche) accompagne les projets innovants de laboratoires académiques autour de thématiques prioritaires. Les RTRA (Réseau thématique de recherche avancée), lancés début octobre, vont consolider des hauts lieux scientifiques, à l'image du Centre international de recherche avancé en Chimie à Strasbourg. Les Instituts Carnot donnent un coup de pouce à la recherche amont. Et comme son nom l'indique, l'AERES (Agence de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur) va évaluer les chercheurs et leurs niveaux de productivité. Les PRES (Pôle de recherche et d'enseignement supérieur) ont pour vocation de regrouper des universités ou autres établissements d'une même région pour une meilleure visibilité à l'international. À disposition des industriels, on trouve les pôles de compétitivité, ainsi que l'AII (Agence de l'innovation industrielle). Cette dernière se consacre à des projets en rupture. Elle a déjà labellisé sept projets dont le BioHub porté par Roquette Frères et pourrait accorder six nouveaux labels d'ici à la fin de l'année dont un ou deux dans la chimie. Nous entendrons bientôt parler de l'IHEST (Institut des hautes études pour la science et la technologie) qui va délivrer des formations sur la science à des décideurs, hommes politiques ou membres des médias, pour réconcilier par leur entremise la société et la science. Et pour piloter toute la machine, il a été créé le 25 septembre dernier, le HCST (Haut conseil de la science et de la technologie). Malheureusement, l'énumération de ces initiatives n'a pas eu sur les industriels présents dans la salle l'effet escompté. Certains n'ont pas manqué de dénoncer le côté « usine à gaz » du projet. Pour les industriels, la vraie question se situe au niveau de l'efficacité de la recherche académique. Dans toutes ces agences qui financent des projets, on ne parle jamais de retour sur investissement. Il y a toujours de l'incompréhension entre l'industriel qui a en ligne de mire son marché et mène en permanence une course contre la montre et le monde académique qui veut prendre son temps pour mettre en place sa nouvelle mécanique. Pour autant, la volonté de stimuler la recherche publique et de mieux la valoriser industriellement est là. Les entrepreneurs finiront bien par récolter les fruits d'une recherche publique plus dynamique, recentrée sur des filières stratégiques où devraient émerger des champions d'envergure internationale. Encore un peu de patience.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

European Plasticisers s’investit dans le recyclage du PVC

European Plasticisers s’investit dans le recyclage du PVC

European Plasticisers, l’organisation regroupant les producteurs de plastifiants européens, organisait le 26 et 27 novembre plusieurs visites d’usines afin de présenter ses engagements en faveur du recyclage et rappeler[…]

Lubrizol : Le groupe veut agir en bon voisin

Lubrizol : Le groupe veut agir en bon voisin

L’OGCI met en place des programmes CCUS

L’OGCI met en place des programmes CCUS

Des produits domestiques interdits à la vente en libre-service ?

Des produits domestiques interdits à la vente en libre-service ?

Plus d'articles